Molybaron avait clairement séduit, et cela dès son premier album. Molybaron est un album de rock bien pensé et exécuté et The Mutiny, son petit frère l’est clairement tout autant. Après avoir joué sur un bon nombre de scènes en France comme à l’étranger le combo parisien-irlandais a pris de l’expérience et cela se sent.

Dès la première chanson de l’album, Animals, on retrouve le côté très catchy de la musique du groupe. Petit sample en introduction puis puissance des guitares tandis que la batterie se fait bien plaisir. Le rythme up-tempo des refrains prouve bien un chose : le groupe a envie d’en découdre. La voix de Gary vient une nouvelle fois nous charmer. Et cela ne va pas s’arrêter de tout l’album. Lucifer garde le rythme et continue à nous en mettre plein les oreilles. Efficace de bout en bout la musique de Molybaron a aussi une forte tendance à proposer des refrains auxquels viennent s’ajouter des envolées musicales. Et de fait cette alchimie fonctionne à merveille.

Mais ce groupe ce n’est pas que du rock extrêmement efficace, ils sont aussi capables de proposer des pauses plus mélancoliques comme The Lighthouse qui viennent ensuite sur le refrain atteindre un côté musicalement épique qui m’a tout de suite séduit. La recette continue d’être goûtue avec parmi les pistes remarquables Something For The Pain qui débute doucement avec une mélopée de guitare entêtante vite enchaînée par un refrain lui aussi prenant. Et Ordinary Madness qui vient conclure l’ensemble de belle manière, est un au-revoir juste impeccable au public, qui sait bien que le groupe reviendra encore plus puissant très bientôt.

Il y a peu de formations de rock que j’ai très envie de suivre au fil des années mais Molybaron a totalement su me séduire tant par leur musique que par leur sympathie et leur efficacité sur scène. The Mutiny est une excellente suite à leur premier album, qui devrait en convaincre plus d’un de se jeter sur leur musique pour l’écouter.

Thomas Riquet

Thomas Riquet

Passionné de littératures de l'imaginaire il cherche à faire partager sa passion au plus grand nombre à travers ses chroniques et le site. Depuis 2011 il est également anthologiste et directeur de la collection Reflets d'Ailleurs (Fantasy) des Editions Asgard, sous son vrai nom. Ce faisant il assure également la direction littéraire d'anthologie lorsque tous ses boulots lui en laissent le temps, ce qui arrive trop rarement à son goût..

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *