Proposant un metal énergique, teinté de pop, Elyose revient sur le devant de la scène avec un nouvel album, devenu le projet à part entière de Justine, chanteuse. Persona est donc la nouvelle production, proposant au public dix nouveaux titres.

Metropolis nous replace directement dans le type d’univers musical proposé par Elyose dans leur album précédent, Reconnexion. Base électro, un poil d’indus pour faire prendre la sauce et la voix de Justine par-dessus. Batterie, basse et guitare semblent un peu retrait mais cela fonctionne plutôt bien au final. Fit In reste dans la même veine avec toujours cette voix omniprésente, avec un rythme planant et entraînant à la fois. Les orchestrations en fin de morceau, plus indus qu’auparavant, passent vraiment bien dans les oreilles. Porte-étendard de cet album Mille silences vient ensuite envahir les enceintes. Le featuring avec Julien Nutz Deyres, chanteur de Gorod, donne un parfait contrepoint à la voix de Justine. Ce fut aussi l’occasion de découvrir un nouvel univers cinématographique pour le groupe avec le clip lié au morceau, vraiment réussi. Une chanson plus brute que les précédentes qui donne une autre dimension à la musique d’Elyose.

https://youtu.be/uqkQ_3A6AkI

Hurt People reste dans la même veine avec des guitares lourdes, un son presque oppressant, les grattes étant renforcées par une batterie bien présente et des samples bien placés en introduction. Petite pause plus calme sur le couplet avant un refrain plus envolé. On retrouve ensuite un remis par Helalyn Flowers de Fit In. Beaucoup plus électro, intense, cette version est vraiment intéressante et a clairement sa place sur l’album. La version acoustique de Mille silences est, elle, plus anecdotique bien que plutôt réussie.

Persona est une renaissance pour Elyose, au sens propre. Justine s’émancipe et propose sa musique, qui n’a clairement pas été pour me déplaire. Une bonne surprise que de voir ce projet revenir, d’autant plus avec un univers graphique et musical aussi présent. Seul regret : il n’y a au final que quatre nouvelles chansons, les deux dernières pistes étant un remix et une version acoustique.

Thomas Riquet

Thomas Riquet

Passionné de littératures de l'imaginaire il cherche à faire partager sa passion au plus grand nombre à travers ses chroniques et le site. Depuis 2011 il est également anthologiste et directeur de la collection Reflets d'Ailleurs (Fantasy) des Editions Asgard, sous son vrai nom. Ce faisant il assure également la direction littéraire d'anthologie lorsque tous ses boulots lui en laissent le temps, ce qui arrive trop rarement à son goût..

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *