Entretien avec Julien, batteur et parolier de Mur

Bonjour, et merci de prendre quelques minutes pour répondre à mes questions. Est-ce que tu peux tout d’abord te présenter et nous expliquer ce que tu fais dans Mur ?

Je suis Julien Granger, batteur et parolier de Mur.

D’où vient le nom du groupe ?

De notre volonté de porter un nom qui soit lui-même évocateur d’images, de sensations. On peut traduire le mot « mur » dans toutes les langues et chacun peut se laisser porter par ce mot, comme par la musique de Mur.

Mur est un groupe total, à 360°. Notre nom, c’est aussi notre univers. Quant au sens premier du terme, quoi de mieux pour définir la musique de Mur.

Comment en es-tu venu au metal, à la fois en tant que fan et en tant que musicien ?

J’ai commencé la musique très jeune et ai eu la chance de grandir entouré de musique. C’est avant tout en tant que passionné de musique que je suis arrivé au metal. Ce genre musical et ses nombreux dérivés renferment de vrais talents et des sensations diverses. De nombreux groupes fabuleux et des mouvements très intéressant comme la naissance du Black Metal en Scandinavie. Une micro révolution culturelle hors des codes, qui entre temps a bien malheureusement développé une « orthodoxie » qui, selon moi, nuit au black metal aujourd’hui.

C’est là tout l’enjeu de Mur, offrir à nos auditeurs des sensations authentiques et nouvelles.

Comment définirais-tu la musique de Mur ?

Mur, c’est avant tout la somme des envies musicales des membres qui le composent. La musique de Mur est vivante et ne se soucie pas des codes stagnants. Notre musique est ambitieuse en ce qu’elle ne considère jamais l’auditeur comme un simple récepteur. Nous proposons un univers dont l’identité propre valorise l’Autre.

« Truth » est le nouvel EP du groupe. Comment s’est passée son écriture ?

Nous sommes restés en studio après avoir enregistré « Black Core » (un single sorti assorti d’un clip paru en aout 2020). Nous savions que nous devions entrer en studio en septembre. Nous avons donc composé de manière intense et avons travaillé sans relâche, tant à distance qu’ensemble en studio. Certains arrangements ont été écrits jusque pendant les phases d’enregistrement. Le rythme a été très soutenu jusqu’à la sortie du studio de mastering,

La musique de Mur est prenante et puissante. Comment parviens-tu à cette alchimie ?

Cette alchimie opère autour de Mur, c’est vrai. Et c’est uniquement le résultat du soin que nous portons à placer nos sensibilités au centre de notre processus créatif. Nos chansons ne sont composées que par nos envies, nos sensations d’écoute et de jeu.

Cette connexion permanente entre ces éléments génère l’intensité que tu évoques. Mais cette densité revêt un aspect naturel et organique à l’écoute. Nous souhaitons être au plus près de la sensibilité.

Quelle est ta piste préférée de l’EP, et pourquoi ?

Je ne peux répondre à cette question. Chacune des chansons de ce disque a son énergie propre, son histoire. Nous avons pris un plaisir infini à composer ce mini album, à l’enregistrer, à créer son univers. Ces chansons sont complémentaires selon moi. Ce mini album est pensé comme un chemin qui d’une révélation (« Epiphany ») mène à une vérité (« Truth »). Et tout l’enjeu de ce cheminement est le dépassement de la fin. Ces morceaux forment un ensemble et je les aime chacune à leur manière.

J’ai déjà assisté à un concert de Mur, et j’ai été séduit tant par le jeu de lumière que l’ensemble de l’alchimie qui se dégage entre vous tous. Comment avez-vous travaillé spécifiquement cet aspect live ?

Nous travaillons le live de manière simple. Sur la base d’une set list fixe pour chaque tournée. Une fois cette première étape passée dans l’élaboration de notre univers scénique, nous travaillons à la rigueur et à l’énergie. Nous envisageons les concerts comme une part entière de ce qu’est Mur. Au même titre que la musique elle-même, les visuels ou encore les clips.

C’est cet ensemble qui fait Mur.

Le confinement d’un musicien, ça consiste en quoi ? Beaucoup de musique avant tout ?

Nous avons passé beaucoup de temps en studio, mais aussi chez nous à travailler. L’internet est une vraie chance pour les musiciens aujourd’hui. Nous avons beaucoup travaillé à distance, sur la base d’échanges de fichiers et de visio conférences.

En réalité, nous n’avons pas souffert des différents confinements, rien de bien différent dans nos rythmes de vie.

2020 a été riche en sorties d’albums. Quel serait ton album de l’année ?

Je suis très mauvais sur ce terrain. J’écoute beaucoup de vieille musique de tous horizons musicaux. Tout en restant alerte sur la nouveauté, malgré tout.

Dans le registre metal, je citerais ici “Stare into death and be still” d’Ulcerate. Cet album est intéressant en ce qu’il propose de nombreux niveaux d’écoute. Les arrangements sont au service de la musique et l’exécution exemplaire. Un excellent disque, dans le genre.

Merci pour tes réponses et à bientôt au détour d’un concert !

 

Thomas Riquet

Thomas Riquet

Passionné de littératures de l'imaginaire il cherche à faire partager sa passion au plus grand nombre à travers ses chroniques et le site. Depuis 2011 il est également anthologiste et directeur de la collection Reflets d'Ailleurs (Fantasy) des Editions Asgard, sous son vrai nom. Ce faisant il assure également la direction littéraire d'anthologie lorsque tous ses boulots lui en laissent le temps, ce qui arrive trop rarement à son goût..

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *