Entretien avec Jen, chanteuse de Dust in Mind

Dust in Mind est un groupe de metal moderne de l’Est de la France qui vient de sortir son nouvel album, CTRL. Entre énergie communicative et mélodies séduisantes ils ont su me conquérir. J’ai donc posé quelques question à Jen, chanteuse du groupe !

Bonjour, et merci de prendre quelques minutes pour répondre à mes questions. Est-ce que tu peux tout d’abord te présenter et nous expliquer ce que tu fais dans Dust in Mind ?

Bonjour ! Avec plaisir ! DUST IN MIND existe depuis 2013 à l’initiative de Damien. Nous étions amis de longue date et avons ensuite décidé de monter un groupe. Je suis chanteuse du groupe.

D’où vient le nom du groupe ?

C’est assez « ouvert » , au final. Littéralement, cela signifie « Poussière dans la tête ». On pourrait définir cela comme tout ce bruit intempestif, toutes ces cendres que nous gardons dans des recoins de notre tête, de nos pensées. Toutes ces choses à extérioriser.

Comment en es-tu venu au metal, à la fois en tant que fan et en tant que musicien ?

J’ai decouvert le metal alors que j’étais adolescente avec le groupe Sonata Arctica. Ce sont eux qui m’ont converti au Metal à l’epoque ! :D
Et en tant que musicienne, j’ai écouté étant jeune des groupes avec des chanteuses comme Nightwish ou Epica. Mais le jour ou j’ai entendu la voix de Cristina Scabbia (Lacuna Coil), je me suis dit : « C’est ce que je veux faire ! ». Une voix claire, sans grande fioritures, un peu plus « dark » à l’époque. Elle a été ma plus grande inspiration.

Comment définirais-tu la musique de Dust in Mind ?

Comme du Metal Moderne avec des accents de Metal groovy teinté d’ambiances électro par moments.
Beaucoup diront que nous sommes influencés par Korn, Pain et Lacuna Coil. (Et c’est vrai !)

CTRL est le nouvel album du groupe. Comment s’est passée son écriture ? Pourquoi ce titre ?

L’écriture de cet album est assez particulière puisqu’elle a débuté directement après la sortie de « From Ashes To Flames » fin 2018 et qu’elle s’est achevée récemment. Il y a donc eu les différents confinements, une pandémie mondiale etc, ce qui a apporté une particulière saveur à cet album.
Nous avons vraiment pris notre temps dans la réalisation. Ce n’était pas le but de base, mais nous avons fait avec. Et plutôt que de subir la situation, nous avons travaillé encore plus.
Le titre « CTRL » nous est apparu en fin d’écriture de l’album, comme une suite logique.
En termes de paroles, j’écris vraiment instinctivement. Je ne suis pas une fan de « concept » album. J’ai besoin d’extérioriser des choses et j’écris avec le cœur. Mais sur la fin de la production de l’album, j’ai constaté qu’il y avait tout de même une grande « tendance », un réel thème sur l’écriture. Et ce thème est très relié aux émotions de manière générale mais surtout de notre appréhension face à ces émotions. A la peur, comme au lâcher prise. A ces confrontations intérieures, Le contrôle de son image également.
Le titre de l’album aurait pu être alors « LOST CONTROL », mais nous avons voulu donner une « touche » moderne également. La touche CTRL rappelant les nouvelles technologies, le contrôle de ce que l’on diffuse sur nos médias. Où l’on décide de qui nous voulons être, quelle image nous voulons donner.

La musique de Dust in Mind est à la fois énergique, prenante et entraînante, tout en gardant une part un peu électro. Comment parviens-tu à cette alchimie ?

Exactement, et c’est véritablement notre carte d’identité je dirais. Les influences KORN et PAIN sont toujours bien présentes depuis les débuts du groupe. Nous avons bien sûr notre propre style et Damien a véritablement une personnalité bien marquée.
Je suis toujours fascinée par ce qu’il arrive à trouver. Et aujourd’hui je trouve à la fois son son, mais aussi les compositions de plus en plus efficaces.

Où trouvez-vous tous les deux l’inspiration quand il s’agit d’écrire la musique de Dust in Mind ?

Concernant la composition des morceaux, Damien fonctionne à l’instinct. On peut très bien être en train de parler avec le groupe, et on pourra le voir composer dans sa tête. Il travaille et construit en silence, dans ses pensées. Et soudainement il ira en studio quelques jours et il écrira le morceau d’une traite. C’est vraiment le résultat d’un processus qu’il a en tête bien avant de toucher à un quelconque instrument .

Quelle est ta piste préférée de l’album, et pourquoi ?

Difficile de choisir, mais j’adore « EMPTY ». Tout simplement déjà parce que Damien chante le refrain. Et je trouve que cette variété a un gros impact. Le fait d’avoir la chanteuse qui fait tous les refrains c’est bien sûr efficace, mais il faut casser les codes. Et je trouve que ce morceau s’y prête bien.
Sinon « LOST CONTROL » a une saveur particulière pour moi. J’y trouve une efficacité redoutable, un clip original, et les paroles raisonnent parfaitement en moi à chaque fois que je la chante.

Un clip est actuellement sorti pour Synapses qui dépasse les 300 000 vues sur YouTube. D’où est venue l’idée de base de ce clip, tourné pour partie sur la Tour Eiffel ? Quelle est l’histoire derrière cette vidéo ?

Nous avons pris conscience à l’étranger que beaucoup de nos fans ne savent pas que nous sommes Français et nous avons voulu rectifier cela. Et quoi de plus parlant que la Tour Eiffel pour faire briller la France ? Nous aurions pu prendre un autre symbole, nous avons tellement de belles choses en France, mais nous voulions y aller de manière efficace, avec quelque chose qui parle au monde entier.

Pourquoi ce petit passage à la Edith Piaf sur ce morceau ?

Depuis quelques temps maintenant nous voulions ajouter quelques petits mots en Français. Nous avons l’habitude de chanter en Anglais mais il est important pour nous de montrer d’où l’on vient.

Ça ressemblera à quoi un concert de Dust in Mind, quand vous aurez le droit d’en refaire ?

Une boule d’énergie sur scène, des sourires ambulants. Une hargne, Un lâcher prise et un partage puissant avec le public. Nous avons hâte !

Et justement quelles sont les prochaines dates du groupe ?

Notre première tournée Headliner sera annoncée très bientôt ! On espère vous y voir tous !

Le confinement d’un musicien, ça consiste en quoi ? Beaucoup de musique avant tout ?

Beaucoup de travail, mais pas forcément beaucoup de musique . Au final nous avons beaucoup travaillé sur nos vidéos, l’organisation de tous nos clips, des sessions brainstorming avec le groupe qui n’en finissent plus etc. Au final nous aimerions pouvoir faire plus de musique, mais il y a tellement à faire dans un groupe autre que de la musique…

2021 a été riche en sorties d’albums. Quel serait ton album de l’année ?

Je dirais SOEN – Monarch

Merci pour tes réponses et à bientôt au détour d’un concert !

Merci à toi et avec grand plaisir !

Thomas Riquet

Thomas Riquet

Passionné de littératures de l'imaginaire il cherche à faire partager sa passion au plus grand nombre à travers ses chroniques et le site. Depuis 2011 il est également anthologiste et directeur de la collection Reflets d'Ailleurs (Fantasy) des Editions Asgard, sous son vrai nom. Ce faisant il assure également la direction littéraire d'anthologie lorsque tous ses boulots lui en laissent le temps, ce qui arrive trop rarement à son goût..

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *