MMLXIX – H-One

Groupe de metal toulousain, H-One a sorti aujourd’hui son nouvel album, MMLXIX, 2069 pour les non-férus de chiffres romains. Voulu comme plus mature et plus prenant que son prédécesseur, Cygne. Très ancré dans les questions écologiques et de fin du monde, le groupe nous propose doc un album brut et intense derrière une pochette au moins aussi évocatrice que celle de Cygne.

Toxic Cloud est le premier des onze titres de l’album. Des gros riffs de guitare, une batterie bien présente, un chant saturé intense. On est clairement face à du metal à la fois brutal mais également extrêmement technique. Save It_Kill Yourself ne va pas à l’encontre de cette première impression. On se retrouve presque face à une ambiance hardcore avec cet album d’ailleurs, ce qui peut surprendre un peu. Et pourtant le groupe arrive à rendre communicatifs leur énergie et leur passion. Et le titre de cette piste annonce clairement la couleur… Hiiting A Wall reste dans la même veine avec toujours cette technicité musicale surprenante de qualité. Et clairement Alan s’en donne à cœur joie vocalement. 2069 nous propose un son plus sombre, plus inquiétant, tout en conservant la même intensité. Abyssal garde le même type d’ambiance un peu plus sombre grâce notamment à une mélodie de guitare qui fonctionne bien. Le refrain également donne des frissons avec cet ensemble musique plus voix. 7th marque le milieu de l’album et on retrouve de nouveau une ambiance lourde, prenante, plus proche de ce que Cygne avait montré.

L’introduction de Strenght And Silence, au violon, est juste magnifique, avant que toute la fureur du groupe ne vienne prendre place. Bland World continue sur la même voie avec cette guitare puissante et énervée qui prend aux tripes. L’aspect saccadée tant de la musique que du chant ajoutent à cette envie de headbanguer qui nous prend rapidement. The Light et Utopia viennent ensuite emplir nos oreilles. Ces deux pistes s’intègrent impeccablement à l’ensemble proposé depuis le début de l’album, avec The Light qui offre un côté presque Metalcore. Conclusion de ce MMLXIX avec I Don’t Give A Fuck, qui nous offre un featuring avec David, chanteur d’un autre groupe toulousain, Sidilarsen. Ca surprend puisqu’il chante en français mais le combo des deux fois passe vraiment bien et cette chanson est clairement l’une de mes préférées de l’album.

MMLXIX est donc un excellent album, brut, sans concessions. On sent que le groupe a pris de la bouteille, mûri, tout en continuant à défendre ses idéaux.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *