Rouille – Floriane Soulas

Il est assez rare que je m’enthousiasme réellement sur des premiers romans, même si ceux-ci ont été Coup de cœur des Imaginales. Et pourtant Floriane Soulas a su me mettre une claque littéraire telle que j’en ai rarement pris avec Rouille. Ce roman de steampunk est une petite merveille du premier mot à la dernière ligne, et sa réédition chez Pocket est clairement significative de son succès. Une plongée dans un Paris mécanique des plus surprenants et séduisants !

1897, Paris. Violante est amnésique. Elle ne sait plus qui elle est ni d’où elle vient. Ses uniques indices sont son pendentif, fait d’une étrange gemme, et son prénom. Placée dans une maison close, Les Jardins Mécaniques, elle devient Duchesse, la plus courue des prostituées, dont s’entiche le comte de Vaulnay, énigmatique promoteur ayant fait fortune sur la lune. Lors d’une escapade pour percer le secret de son identité, elle retrouve sa seule amie morte, atrocement mutilée. Elle s’aperçoit vite qu’elle est la dernière d’une série de prostituées ou d’enfants des rues dont les cadavres n’intéressent personne. La police ne semble pas même se préoccuper de cette nouvelle drogue, la rouille, qui fait rage dans les bas-fonds de la capitale. Il ne reste à Violante qu’à mener sa propre enquête…

Publié initialement chez Scrinéo, ce roman surprend. Car parler immédiatement de maison-close dans un roman pour ado a de quoi surprendre. Et pourtant cela marche impeccablement. Le prsonnage de Violante/Duchesse est suffisamment atypique pour séduire, tout en faisant en sorte que le lecteur s’attache à cette jeune fille sans passé, perdue dans les méandres de la prostitution d’un Paris steampunk. Mais le reste de la galerie de personnages est aussi  surprenante et attachante qu’elle. Qu’il s’agisse de Léon, de Jules, de Feu, d’Ayati, tous ont une part à jouer dans l’aventure que va vivre la jeune fille, en bien comme en mal. Chacun est parfaitement identifiable et leur importance dans l’histoire suffit à les rendre essentiels au lecteur.

Scénaristiquement Floriane Soulas nous propose un roman proprement impeccable, avec une histoire prenante, trépidante et qu’elle mène visiblement d’une main assurée. Elle a même par endroit réussi à me surprendre avec ses révélations inattendues. Clairement on ne voit que tardivement là où l’autrice veut en venir et cela ajoute du sel à l’ensemble. Quand à ce Paris steampunk qu’elle nous propose nous sommes face à un univers vraiment très travaillé, très prenant. Clairement j’ai été surpris de voir que pour un premier roman Floriane était capable de proposer un roman d’une telle complexité. C’est vraiment agréable d’entrer dedans et de découvrir les aventures de Violante. J’en viens presque à espérer qu’elle revienne prochainement proposer d’autres aventures dans un univers tout aussi intéressant.

Rouille est en tous points, à mon sens, un roman exceptionnel dont la sortie en poche devrait encore augmenter le succès auprès du public. Floriane Soulas nous propose une plume étonnante, un esprit d’imagination parfaitement développé et des personnages attachants. Rien de mieux donc que ce trio de qualités pour proposer quelque chose de rare. Le fait est que je vais me pencher rapidement sur son autre titre Les noces de la Renarde, afin de voir si elle confirme tout le bien que je pense de cette première production !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *