Nouveau détenteur de la licence de l’Appel de Cthulhu, EDGE a récemment sorti, après la boîte de base (article —> ICI) et aux Portes des Ténèbres ( —> ), l’indispensable triptyque  composé du Manuel de l’Investigateur, le Manuel du Gardien et des Accessoires du Gardien.

Qu’en est-il donc ?

Allons jeter un œil (en faisant attention à ce qu’il pourrait se trouver derrière une porte, on sait jamais ^^)

 

 

 

 

 

Sans grande surprise – et c’est tant mieux –, le Manuel de l’Investigateur et celui du Gardien suivent la même maquette que celles déjà présentes dans les deux articles cités au-dessus. Cela donne des livre d’une grande qualité esthétique, à la mise en page claire et aérée.

Dans le manuel de l’Investigateur, on retrouve donc toutes les infos nécessaires à la création, dans les moindres détails, d’un Investigateur pour la V7 du célèbre JdR. C’est clair et didactique, rien à redire.

Cette création est précédée d’une des plus célèbre nouvelle de Lovecraft, L’abomination de Dunwich.

Les derniers chapitres du livre sont réservés quant à eux au années folles aux US, une bonne façon de préparer son immersion, ainsi qu’à des conseils divers et variés destinés aux joueurs. Les fiches d’Investigateur (années 20 et époque moderne), terminent l’ouvrage.

 

Le Manuel du Gardien est quant à lui la “copie conforme” du premier ouvrage, mais bien évidemment, réservé au Gardien des Arcanes.

Création des Investigateurs, les compétences, le système de jeu, la Santé mentale, les ouvrage du mythe, les monstres, tout y passe. Comme pour le volume précédent, c’est propre et sans bavure.

Un 10/10

L’ouvrage est conséquent et pourra peut-être rebuter certains gardiens débutants, mais nul n’est besoin de connaître tout sur le bout des doigts pour se lancer dans la maîtrise d’une partie de l’Appel de Cthulhu (et c’est d’ailleurs valable quel que soit le JdR).

 

Il est à préciser que pour le Manuel de l’Investigateur et celui du Gardien, les traductions sont celles du précédent éditeur français détenteur de la licence, c’est à dire Sans Détour;  c’est en tout cas ce qu’il ma été indiqué sur Facebook, avec la précision que seuls certains ajouts de SD avaient été retirés de cette V7².

 

 

Enfin, tout triptyque qui se tient doit se terminer par un écran pour le Mj. Ici, EDGE propose bien plus qu’un simple écran. Le kit comprends un – magnifique – écran, un guide de référence avec plein d’infos compilées et les renvois vers les livres de la gamme, des feuilles de personnages vierges, une carte d’Arkham, une de la Terre avec certains lieux importants du point de vue du Mythe, et une du compté de Miskatonic en 1922.

Évidemment – et c’est la cerise sur le gâteau, il y a 2 scénarios réunis dans un petit livret à part, avec leurs fiches d’Investigateurs prétirés fournis.

Les scénarios sont indiqués comme étant destinés aux investigateurs débutants. C’est vrai. Du coup, entre ceux de la boîte de base, de Aux Portes des Ténèbres et ceux-ci, ça fait du scénario pour débutants. Il faudrait peut-être commencer à ceux qui le sont moins, tout de même :).

Mais bon, ce n’est pas grave, 2 scénarios, c’est toujours bon pour une petite soirée sur le pouce (d’autant que la durée des scéances est ici très raisonnable.)

Mais.

Il y a l’écriture inclusive.

EDGE a indiqué sur son site en date du 24 juin 2020, lors, de sa présentation de ce triptyque, justement, son choix éditorial autour de cette V7². Le petit encart ci-contre résume leur position.

Voilà. C’est clair, net et précis.

Et c’est une position tout à fait respectable, même si je ne la comprends pas, ni la partage dans ses points 4 et 5.

De mon point de vue, l’écriture inclusive ne sert qu’à alourdir la lecture, et n’apporte rien au moulin. Je comprends et respecte la cause qui est derrière cette prise de position, mais m’est avis qu’il y a bien d’autres moyens de la défendre et la mettre en avant que l’utilisation de l’écriture inclusive.

Ici, le seul effet que ça produit chez moi, c’est de totalement me faire sortir de ma lecture, et de perdre le fil. C’est déjà ce qu’il s’était produit dans le scénario façon “livre dont vous êtes le héros” de la boîte de base.

Je m’étais étonné de voir la précision “à partir des accessoires du Gardien”, que je comprends mieux maintenant si la trad’ des 2 manuels est celle de SD.

Quoi qu’il en soit, ça m’interroge sur les suppléments à venir de la gamme :Berlin la dépravée et le Règne de la Terreur, par exemple.

Dommage donc que l’intervention de cette écriture inclusive empêche (de mon point de vue) à ce triptyque de se voir attribuer le sans faute.

 

 

À voir pour la suite.

Philippe Pinon

Philippe Pinon

Trublion de presque 50 balais, touche à tout, autodidacte, tête de cochon. Après plus de 20 ans à effectuer un travail décérébrant, change de voie. Scribouillard, « traductier de l'impossible », il devient même éditeur (OVNI) en 2015 où il édite, accompagné de son associée et conjointe, romans et JdR. Mais ce qui le définit le mieux, c'est quand même le terme de "Gros Connard" (au grand cœur, malgré tout, pour ceux qui prennent le temps de fouiller au delà des apparences).

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *