Jupiter + Season of Ghosts + Aeternitas + Lightning – Petit Bain – 13/05/2019

Access Live nous propose ce soir un plateau assez étonnant au Petit Bain : un groupe de J-metal et quelques supports assez surprenants. J’étais donc très curieux de voir ce qu’il allait en être de leur prestation scénique et j’ai profité de cette fin de journée ensoleillée pour me rendre sur la péniche bien connue des publics metalleux.

Et c’est Lightning qui ouvre le bal. Ce one-man-band propose des sonorités qui m’ont sans conteste rappelé les openings d’animés japonais. Clairement le chanteur guitariste est excellent à la fois dans son jeu de gratte mais également dans son jeu de scène, même si je n’entre pas dans l’univers car la scène paraît presque trop grande pour lui seul et c’est un peu dommage. Le public, pas forcément nombreux pour le moment, semble néanmoins aimer et il aura pas mal de monde à sa table de merch par la suite, démontrant que finalement il n’y a pas besoin d’être douze sur scène pour faire plaisir à ses auditeurs !

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Ce sont ensuite les allemands de Aeternitas qui arrivent sur scène, avec de l’avance assez étonnamment. Ils nous proposent un metal symphonique mêlant le chant clair de la vocaliste avec le saturé du gratteux. Un combo hyper classique qui devrait fonctionner, mais non finalement. A qui la faute ? Eh bien pour le coup j’ai trouvé que la chanteuse manquait cruellement de justesse alors que pourtant les compositions n’étaient pas désagréables du tout à l’oreille. Le guitariste relève un peu le niveau globalement mais entre le classicisme de leur musique et les problèmes de justesse de la chanteuse je n’ai juste pas adhéré…

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Season of Ghosts a par contre su nous propose une musique que j’ai trouvée plus efficace, plus prenante. Clairement ancrée dans une veine plus aérienne mais aussi plus metal, leur musique s’inspire du cinéma et cela se sent. Par contre j’ai eu un moment d’incompréhension brutal lorsque la chanteuse, Sophia, est montée sur scène avec un imper à capuche et des lunettes de soleil qu’elle n’a pas enlevé de tout le début du set (je suis remonté avant qu’ils aient fini) et j’ai trouvé que cela gâchait la prestation scénique. Pourtant cela était intéressant et surtout elle chantait juste ! Je dirais donc que le groupe est à revoir sur scène en espérant que le fait de masquer leur vocaliste ne soit pas une habitude, ce que je trouverais dommage car même si le public était ravi, moi j’ai vraiment peiné à entrer dans leur show.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Et ce sont aux japonais de Jupiter de conclure la soirée avec leur heavy power que j’avais trouvé sympathique et intriguant au vu de leurs clips. Le Petit Bain n’est rempli qu’à la moitié de sa capacité mais les nippons donnent un show de tous les diables, proposant un set visiblement millimétré et parfaitement carré. Une fois n’est pas coutume lors de cette soirée je ne tombe clairement pas amoureux de la musique de ce quintet, mais je dois dire qu’ils font le spectacle à la fois par leurs costumes mais également par des attitudes globales qui démontrent que lorsqu’il s’agit de mettre le feu à leur public ils savent y faire. J’ai toutefois trouvé toute une partie du set un peu molle à mon goût et je me demande, mais cela reste personnel, si leur prestation n’est pas presque trop mécanique, trop huilée pour m’avoir convaincu pleinement.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

C’est sur ces dernières impressions que je quitte la péniche pour m’en retourner dans la nuit parisienne traiter mes photos de cette soirée. Une fois de plus Access Live a su prendre des risques pour proposer un affiche surprenante au public francilien, et même si l’affluence n’a pas forcément été au rendez-vous, le public présent a visiblement eu le sourire aux lèvres toute la soirée, et c’est bien là l’essentiel, non ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *