Accueil / Musique / Métal / The Eight Mountain – Rhapsody of Fire
Bannière Institut de la Musique

The Eight Mountain – Rhapsody of Fire

Deux ans après la sortie de l’excellent Legendary Years, me voici en tête-à-tête avec le dernier né de mes italiens préférés ! Après une tournée d’adieu et une date inoubliable au Trabendo l’année dernière, je ne vous cacherais pas que j’attendais la suite avec impatience…

The Eight Mountain est le premier chapitre d’une saga intitulée « The Nephilim’s Empire Saga » et aussi la première qui n’est ni écrite par Luca Turilli, ni interprété par Fabio Lione. Alors quel intérêt me direz-vous ? Comme on ne change pas une équipe qui gagne, on retrouve une intro logiquement symphonique, signature Rhapsodienne éternelle. Deuxième album studio avec Giacomo Voli au chant (le premier est donc Legendary Years) qui n’en a pas fini de me séduire, une fois de plus. Les riffs bien portants de Roby De Micheli sont sauvagement maîtrisés et engagés, tandis que les coups de baguettes de Manu Lotter entraînent une très bonne rythmique globale. La voix est puissante, les chœurs mettent parfaitement en valeur l’ensemble des structures, qui sont explosives tant sur les parties instrumentales  « classiques » (batterie, guitare, basse et clavier) que symphonique, pour la partie orchestre.

Ces onze titres s’enchaînent donc avec une énergie maîtrisée comme on en fait peu. La magie Rhapsody fait une fois de plus son petit effet. Mes neurones sont en ébullition et il m’est impossible de me concentrer sur chaque titre en détail tellement le tout fonctionne merveilleusement bien. Les compos sont fluides et restent dans le thème des albums précédents. On pourrait penser qu’ils font la même chose depuis plus de 20 ans. C’est peut-être bien le cas à dire vrai, mais ça fonctionne toujours et c’est ça le truc ! Certains pourraient se lasser d’entendre toujours des compos ou des soli similaires depuis tout ce temps. Pas moi. Justement ça ne gâche rien à l’écoute. La production est toujours aussi propre et plaisante à découvrir. L’ensemble des titres est énergique et accrocheur. C’est du tout cuit pour le combo italien !

Pour résumer la situation, je pense très sincèrement que vous devriez vous le procurer. Ou même, à défaut, aller les voir en concert parce qu’ils le méritent vraiment. Pour ma part, si tout va bien je serais à Paris, le 25 Février pour les soutenir. Et vous ?

RHAPSODY OF FIRE
The Eight Mountains
AFM Records
2019

Eldricht Tales

A propos de Izzy

C’est l’histoire d’une fille qui n’a pas toute sa tête… Passionnée d’arts graphiques et de littérature fantastique, issue de diverses formations artistiques et amoureuse de la musique depuis belle lurette, elle cherche à faire partager ses passions à travers des productions de concerts. C’est ainsi qu’en 2012 elle crée une association de production de concerts indépendante sur la capitale, Extrême Factory. En parallèle, elle est chroniqueuse pour différents webzines musicaux et commence ainsi une carrière de schizophrène mélomane.

Lisez aussi

Fearless – Gus G.

Gus G. c’est un peu le modèle pour tous les jeunes commençant la gratte électrique, …

Barbarians in Black – Armored Dawn

Les groupes brésiliens qui parviennent jusque dans nos contrées ne sont malheureusement pas légion alors …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *