Planet Chaos – Carcariass

Un peu de Deah Mélo pour améliorer la grisaille du week-end ? Eh bien c’est parti avec le nouvel album de Carcariass, la sixième production du groupe originaire de Besançon. Et croyez-moi, avec ce Planet Chaos vous allez vous en mettre PLEIN les oreilles !

Solar Invasion entame l’album de manière très aérienne avec ses samples doux, spatiaux presque, avant que une accélération avec batterie et guitares très bien mises en avant. Le chant saturé de Jerome T. vient ajouter son grain de sel pour notre plus grand plaisir. Ça envoie du lourd, avec des mélodies entêtantes et prenantes. J’irais même jusqu’à classer le groupe en Death technique tant la complexité du morceau est impressionnante. Cela augure du meilleur pour la suite en tous cas… Ultimate Escape reprend le même type de structure que la piste précédente : une introduction aérienne, suivie des instruments qui viennent ajouter leur grain de sel. Encore une belle et longue démonstration par le groupe de son talent. Apophis Impact offre une entrée en matière plus courte, plus intense que les chansons précédentes et on se retrouve assez rapidement dans une ambiance trépidante, immersive. Fait notable : la piste est entièrement instrumentale. Star Implosion vient ensuite nous en mettre plein les oreilles, toujours selon le même mode : introduction aérienne, retour à la réalité électrique. Une nouvelle belle démonstration de technicité de la part des musiciens qui une fois de plus proposent au public de découvrir leur talent. Il faut également noter le chant en voix claire, qui vient faire le contrepoint, ainsi que ce riff de guitare à la « Phantom of the Opera » qui est juste génial. Une de mes pistes préférées de cet album qui vous permettra de vous envoler loin de votre quotidien. High Speed Fury porte parfaitement son nom, évoquant une bataille spatiale trépidante à l’auditeur, les musiciens haussant encore le tempo sur cette piste de nouveau instrumentale. Genetic Conformity a très vite intégré la liste de mes chansons préférées de cet album avec cette mélodie qui a plongé en moi sans cesse au long des six minutes de la piste. Saturn Vision revient à l’entièrement instrumental avec une maestria impressionnante. Le tempo ne serait pas aussi élevé on pourrait croire un album de prog tant la complexité est bel et bien présente de bout en bout.

Deuxième moitié de l’album avec Battleground et sa mélodie de guitare renforcée d’une batterie martiale à souhait. Puis tout s’emballe et nous avec. Une chanson clairement faite pour pogoter dans les pits ! Dark Empire revient à des choses plus sombres et introspectives avec toutefois toujours ce tempo de batterie impressionnant. Letters From The Trenches nous invite une nouvelle fois au combat avec une rythmique très saccadée, on sent bien que le groupe cherche à nous faire passer une émotion et cela fonctionne. Dawn of The Dead qui suit est finalement la continuité d’une lettre des tranchées et son début en sample vite suivi de l’arrivée des instruments en fait un morceau particulièrement puissant. Psychotic Starship fait aussi partie de mes pistes préférées : cette mélodie de guitare puissante m’emporte tellement loin… Et on termine d’une manière absolument époustouflante sur les huit minutes et demie de Planet Chaos, un instrumental juste sublimissime. Rien à redire de bout en bout et pas mal de groupe de prog pourraient prendre des leçons d’intensité et de technicité devant le toucher des musiciens de Carcariass.

 

Le requin blanc de Besançon (c’est la signification du nom du groupe) n’a pas manqué son retour sur le devant de la scène avec ce Planet Chaos qui est ma plus belle surprise de cette fin d’année. Intense, prenant, technique, mélodique, parfait. Les adjectifs ne manquent pas pour qualifier une telle réussite en tous cas. À écouter d’urgence !

Thomas Riquet

Passionné de littératures de l'imaginaire il cherche à faire partager sa passion au plus grand nombre à travers ses chroniques et le site. Depuis 2011 il est également anthologiste et directeur de la collection Reflets d'Ailleurs (Fantasy) des Editions Asgard, sous son vrai nom. Ce faisant il assure également la direction littéraire d'anthologie lorsque tous ses boulots lui en laissent le temps, ce qui arrive trop rarement à son goût..

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *