Accueil / Musique / Métal / Dusk Of The Ages – Furor Gallico
Bannière Institut de la Musique

Dusk Of The Ages – Furor Gallico

Les italiens de Furor Gallico, rois du death folk, sont de retour sur le devant de la scène avec un tout nouvel album pour marquer ce début d’année : Dusk Of The Ages. Pour fêter sa douzième année d’existence ils sortent donc un troisième album aux forts accents de forêts celtiques et de mythes druidiques que je vais me délecter de savourer avec vous !

L’album s’ouvre sur Passage To A New Life : des bruits de forêt, des carillons, bref une mise dans l’ambiance parfaitement réussie avec cette guitare qui arrive ensuite, puis un violon, créant une ambiance mystique à souhait avant qu’une voix claire et des backings ne viennent compléter le tout. Mais c’est avec The Phoenix que les choses sérieuses commencent : batterie puissante, guitares et instruments classiques en contrepoint, puis le growl vient ajouter sa sauce à l’ensemble. La voix féminine passe également parfaitement sur les refrains. En écoutant ce morceau je me suis trouvé face à de l’excellent folk metal, un peu comme les meilleures pistes d’Eluveitie qui est quand même le meneur de revue de ce genre musical. Waterstrings propose quelque chose de plus doux avec ce son de harpe et cette voix cristalline qui apparaît ensuite. La beauté de l’ensemble est contrebalancée par moment avec la bestialité du growl mais cela passe tellement bien dans les oreilles ! Nebbia Della Mia Terra débute de manière très folk avec que l’on ne retrouve les instruments modernes qui viennent prendre le relai. Cette piste alterne intelligemment les moments metal et ceux plus doux dédiés au folk. Une très très belle réussite à mon sens et qui s’insère parfaitement dans cet album. Canto D’Inverno est plus purement folk dans sa composition : une batterie légère, un chant en italien, des instruments classiques. On ne retrouve un aspect metal qu’assez tardivement sur la chanson et cela offre une certaine pause plus douce au cœur de l’album.

Starpath début directement avec des gros riffs et cette fois ce sont les instruments classiques qui se retrouvent en simple support de l’ensemble. Le growl est puissant, les guitares aussi, et j’ai clairement pris mon pied. Aquane débute de manière extrêmement douce avant que tout la violence du metal ne vienne ajouter sa musique à la douceur purement celtique. Le manière se fait sans difficulté, tout comme sur Dusk Of The Ages qui vient ensuite. The Sound Of Infinity revient aux bases plus celtic folk du groupe et s’insère parfaitement en cette fin d’album. L’album se conclue avec The Gates Of Annwn, pour moi la meilleure piste de l’album : du metal efficace, tout en gardant le côté mélodique du pagan et la douceur dansante de la musique celtique. Un bel exemple de ce que Furor Gallico peut produire de mieux !

Furor Gallico continue donc son chemin dans la sphère pagan/folk metal avec ce Dusk Of The Ages. En l’écoutant on se croirait au cœur des forêts celtes, dans le mystique et les combats qui ont émaillé la vie des gens vivant à cette époque. C’est très clairement une exceptionnelle réussite de la part du groupe dont en tant qu’auditeur je ne peux que me féliciter. Et en plus ils passent au Cernunnos Pagan Fest 2019 donc je compte bien ne pas les louper !

Dusk Of The Ages
Furor Gallico
Scarlet Records
2019

Eldricht Tales

A propos de Thomas Riquet

Passionné de littératures de l'imaginaire il cherche à faire partager sa passion au plus grand nombre à travers ses chroniques et le site. Depuis 2011 il est également anthologiste et directeur de la collection Reflets d'Ailleurs (Fantasy) des Editions Asgard, sous son vrai nom. Ce faisant il assure également la direction littéraire d'anthologie lorsque tous ses boulots lui en laissent le temps, ce qui arrive trop rarement à son goût..

Lisez aussi

Le Chant des Vikings – Skáld

Après avoir révélé un premier EP qui m’avait purement séduit, Skáld, et lorsque j’ai appris …

Face au dragon – Isabelle Bauthian

  Polyxène est une jeune femme qui arrive très vite aux bonnes conclusions. Pourtant, confrontée …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *