Divisive – Rescue Rangers

 

J’ai découvert la Klonosphere en 2012, lors du premier concert de leur tournée anniversaire, avec Trepalium, Klone et Hacride, trois groupes bien ancrés dans le top 20 de mes groupes préférés. Depuis, grâce à ce collectif/label, j’ai découvert mon groupe préféré de tous les temps (Hypno5e), et certains des meilleurs groupes de stoner français (7 Weeks, Last Barons, Jumping Jack…). Je suis donc assidûment les groupes rattachés à la Klonosphere, surtout dans le stoner, ce qui m’amène au groupe d’aujourd’hui: Rescue Rangers, formé en 2007 à Marseille, et plus particulièrement leur dernière sortie : Divisive.

Delicious & Refreshing, première piste de l’album, s’ouvre sur un riff qui me rappelle un peu du Fu Manchu, mais en plus énervé, avant de partir sur un riff plus éthérée et un chant plus mélodique, me rappelant plus Deftones. Même pas une minute et déjà deux influences que j’adore. On est plutôt bien partis. Accelerate sonne un peu plus rock alternatif, voire punk rock, autant pour le riff que pour la voix, mais toujours avec ce côté énervé, surtout pour sa dernière partie, qui lâche complètement le chant clair. Changement d’ambiance avec Loving Your Servitude, qui, pour le coup, me rappelle beaucoup plus le rock old school 60’s-70’s, grâce à ses harmonies vocales sur le refrain, et ses accords assez typiques de cette période. Mais, encore une fois, elle garde un côté énervé, qui devient la marque, sinon du groupe, au moins de Divisive. Nouveau changement, cette fois-ci vers le punk Hardcore, avec la brutalité et la rapidité de Authority, qui n’aurait pas dépareillé dans un set de Sick Of It All. La piste éponyme de l’album, Divisive, prend un côté plus mystique et hypnotique. Avec un riff répété pendant plus de la moitié de la chanson, une voix relativement, et une fin assez qui répète les mêmes notes et les mêmes paroles, ce qui est un type d’outro que j’adore, et dont le meilleur exemple est, pour moi, se trouve dans Rubber Boots de l’excellent Last Barons, malheureusement splitté depuis, le feeling est définitvement grunge. Le côté punk rock évoqué pour Accelerate revient à la charge avec Easy on the Eyes (Ice Cream), qui s’ouvre sur une partie de batterie qui me ferait presque penser à du The Offspring, et un côté mélodique et groovy très assumé. Peachy Boy fait revenir la brutalité, avec un feeling et une compo très grunge, qui, pour le coup, renvoie plus à du Alice in Chains. Après ça, on reprend une couche de dissonance typiquement grunge, avec Carnilove. La compo reste cela dit relativement calme, surtout grâce à son tempo assez lent, donnant juste un coup d’accélérateur sur la fin. Concrete City repart sur le rock alternatif, avec un petit côté Fu Manchu sur le chant, et un riff principal très entraînant, pour un rendu qui rappelle un peu ce qu’a pu faire Rise Against, par moments. Tradittore, avec ses rythmiques changeantes et ses lignes dissonantes prend une direction assez différente, bien plus metal, voire hardcore par endroits. Le côté metal est encore poussé d’un cran sur la dernière piste, Refined Barbarians, avec ses riffs lourds, ses lignes malsaines jouées à la guitare claire et la voix alternant entre le hurlement assez caractéristique et des harmonies vocales dissonantes. Le riff d’outro me rappelle même certains des riffs les plus lourds de Deftones.

Encore une fois, la Klonosphere ne m’a pas déçu. Divisive est un album assez riche, puissant et qui puise ses influences dans pleins de trucs cools. Les côtés dissonants et grunge peuvent en rebuter certains, mais les amateurs de stoner trouveront leur compte sans problème. Personnellement, je l’ajoute à la déjà longue liste des groupes à suivre découverts grâce à la Klonosphere, et j’ai hâte de le voir sur scène.

Divisive
Rescue Ranger
Klonosphere
2019

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *