Accueil / Musique / Métal / Breathe in Colours – Forever Still
Bannière Institut de la Musique

Breathe in Colours – Forever Still

Forever Still aurait a priori tout eu pour me déplaire. Un groupe nommé « Tranquille pour toujours »? Un énième groupe de metal à chanteuse ? Ne voyez rien de sexiste à cette remarque : les voix féminines ont tout autant droit de cité que les voix mâles dans le metal. J’estime simplement qu’arborer une chanteuse (et le plus souvent pas de bassiste de guitariste ou de batteuse) est souvent à la fois un argument de vente, surtout quand on met en avant son physique, et un cliché artistique, surtout quand l’utilisation de cette voix n’a rien d’original. De nombreuses formations en font une réelle composante artistique : Coven en son temps, Arch Enemy, Therion, The Gathering dans les glorieuses années 90, Myrkur ou aujourd’hui… Dans quelle catégorie ranger Forever Still ?

Certes, la chanteuse est mise en avant sur la pochette. On ne peut cependant pas vraiment dire que cela soit dans une logique de sexualisation type taille mannequin/robe de princesse à décolleté. L’écoute de l’album Breathe in colours m’incite définitivement à ranger le groupe du côté de l’originalité et d’une certaine authenticité. Car malgré quelques effets attendus, la voix de la chanteuse module de façon variée et présente même quelques fragilités qui en font sa force : elle force parfois sa voix à la limite (comme sur le deuxième titre, Fight!), ce qui la rend expressive et intense, en un mot, vivante. Vu le créneau choisi par le groupe, on aurait pu s’attendre à quelque chose de plus consensuel. Les danois produisent en effet un metal très mélodique et ambiancé qui ne rechigne pas à introduire des bruitages presque électro, donnant une ambiance cyberpunk. Cela évoque parfois un peu Lacuna Coil (avec qui ils ont tourné). Seul bémol à mon goût : la saturation de la guitare a quelque chose de très synthétique, qui m’incommode souvent sur plusieurs titres. Et pas de solos non plus, ce qui limite les possibilités d’arrangement mélodiques. Mais c’est mon tropisme pour le Marshall qui parle.

Si le premier titre, Rew1nd est posé et mélodique, Fight!, le second titre, déjà cité, est bien construit, véritablement entraînant, et porté par la voix toute en émotions de Maja Shining. Le riff introductif de Breathe in colours, un mid-tempo aux accents variés, fait de pauses et de redémarrages, pose une ambiance contrastée et mélodique. Le morceau fait parfois penser aux meilleurs morceaux de The Gathering période Anneke van Giersbergen, avec un je ne sais quoi de plus. C’est sans doute le meilleur morceau de l’album. On remarque que les morceaux sont courts, et c’est une excellente chose : on a envie de les réentendre. Is it gone est une sorte de ballade éthérée qui laisse libre cours à la voix de la chanteuse. Elle évite d’en faire trop, y compris sur le refrain, joli mais pas renversant par son originalité. Cela reste un morceau de qualité.

Survive semble annoncer un milieu d’album un peu mou, mais la batterie des couplets et son refrain/cri la sauve : on imagine l’explosion en concert. Je dirais néanmoins qu’on évite pas un air de déjà entendu sur les ponts mélodiques. Do your Worst n’a musicalement rien d’extraordinaire, ce sont là encore les inflexions de voix de Maja Shining qui portent le morceau. L’intro de Pieces attire l’attention, et la suite est intéressante ; même si l’alliance rythmique/mélodie du morceau n’est pas hyper originale, sa construction et son ambiance en font un morceau intéressant, la fin réservant des éléments explosifs et émotionnels qui réveillent l’album. Rising over you n’a guère retenu mon attention, mais c’est Say your goodbyes qui l’a fait. Belle mélodie, touches de piano, refrain là encore assez attendu en termes d’arrangement, mais bien chanté… Le dernier morceau, Embrace the Tide, dispose d’un couplet intéressant, et de quelques séquences qui attirent l’oreille. Reste qu’on se dit que le groupe gagnerait à varier les arrangements de ses refrains.

En résumé : un bon album malgré quelques morceaux plus faibles, et des arrangements parfois répétitifs. La voix de la chanteuse, l’ambiance et les arrangements les plus originaux, dans les premiers morceaux surtout, emportent l’auditeur. Il ne reste qu’a espérer encore un peu plus d’audace pour la prochaine galette ! D’autres morceaux du groupe, issus d’autres albums, permettent de varier les plaisirs musicaux : Awake the fire, assez rock, par exemple. On se dit alors que les concerts devraient être enthousiasmants !

Breathe in Colours
Forever Still
Nuclear Blast
2019

Eldricht Tales

A propos de Colwin

Lecteur de science-fiction, de fantasy, de fantastique, mais aussi de littérature ancienne et médiévale, et de classiques ou d'auteurs étrangers, il pratique régulièrement le jeux de rôles (médiéval fantastique, fantastique contemporain, historique...) et il est également amateur de musique (folk, blues, rock, metal...).

Lisez aussi

Bretzel Blues – Rita Falk

        Dans « Choucroute maudite », publié par les éditions Mirobole en 2017, nous …

The Death South- Le Trianon – 11/04/2019

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *