Sortilèges – Michel De Ghelderode

Mannequins de cire, diables, Mephisto, vieilles dames d’âge indéfinissable, vieux antiquaires et statues peuplent les douze contes fantastiques de ce recueil : « Le Diable à Londres », « L’Amateur de reliques », « Brouillard », « Voler la Mort », « Tu fus pendu ! »… La mort et le péché y traversent des décors qui suggèrent un monde de la décrépitude, des odeurs méphitiques, des brumes et de la laideur envahissante.

Michel de Ghelderode (de son vrai nom Adémar Adolphe Louis Martens) est un auteur flamand né à la toute fin du 19ème. Auteur très prolifique, il est surtout connu pour ses pièces de théâtre et ses contes. Il est décédé juste avant de recevoir le prix Nobel.

Ghelderode est un auteur de contes que je ne connaissais pas. Pourtant, dès les premières lignes de L’Ecrivain public j’ai su que le recueil allait me plaire. On pense immédiatement à Jean Lorrain ou encore Jean Richepin et son ouvrage Le coin des fous. Tout ça pour dire qu’on est dans un vrai fantastique bizarre et étrange.

Si les contes Sortilèges et L’odeur du sapin ne m’ont pas du tout convaincue, car étrangement agencés, tous les autres m’ont entraînée dans un univers bien réel, pourtant sombre et décadent. Le premier conte, L’écrivain public- où le visiteur d’un musée est persuadé qu’une statue a pris vie – et Brouillard – où un homme se perd dans le brouillard et a d’étranges apparitions, sont mes deux préférés. On retiendra aussi le Tu fus pendu! où l’auteur ajoute une dimension historique à son conte.

Les histoires de Ghelderode tournent beaucoup autour des thèmes de la mort et de la solitude. Chaque conte en est imprégné et comme chaque histoire est racontée à la première personne on ne peut s’empêcher d’y voir les démons intérieurs de l’écrivain. D’ailleurs, aucun conte n’est réellement positif, car tous présentent des personnages qui vont être confrontés à des phénomènes qui les dépassent, à la limite de la folie. Le plus étrange d’entre tous est le conte Rhotomago dans lequel un homme, possédant toutes sortes de bizarreries, a mis la main sur un bocal contenant un diable miniature à l’allure d’insecte! Avec celui-ci et Le jardin malade, on pense beaucoup à Lovecraft ou Poe notamment via une mise en scène qui met mal à l’aise et un très bon suspens sur peu de pages pourtant.

CONCLUSION
Le recueil proposé par Espace Nord est de grande qualité et renoue avec la tradition des contes et nouvelles fantastiques pour notre plus grand bonheur. A lire absolument! La bibliographie de Ghelderode étant conséquente, il y a de quoi découvrir d’autres bizarreries contées.

Sortilèges

Michel de Ghelderode

Editions Espace Nord – collection Contes

9€

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *