La reine des esprits – Coup d’Etat T1 – Valérie Simon

Envoyer votre enfant en formation chez les femmes qui ont tué votre très tendre moitié… Voilà une idée a priori saugrenue, voire plus que discutable, mais qui prend tout son sens dans ce monde où chaque décision est le résultat d’un arbitrage entre raison et enjeux financiers/politiques. Peu de place aux sentiments donc comme l’a très tôt appris Alia, princesse héritière du royaume d’Alsybeen, envoyée pendant dix ans chez les Initiées du Denaia pourtant responsables de la mort de sa mère. Une situation difficile à comprendre pour une fillette de 6 ans et qui l’est tout autant pour la jeune fille de 16 ans qu’elle est depuis devenue. Mais de retour parmi son peuple et auprès de ce père qu’elle connaît si peu, mais pour lequel elle nourrit des sentiments ambivalents, elle va vite comprendre que cette formation qu’elle a détestée n’était peut-être pas dénuée d’intérêt…

Victime d’un attentat dès son arrivée dans son royaume, un parmi tant d’autres, Alia aura à de multiples reprises l’occasion de mettre à profit ses connaissances et ses facultés en matière de combat. Tout le monde ne voit pas, en effet, le retour de l’héritière d’un bon œil à commencer par cet ordre de femmes qui l’a formée, mais qui ne rêve que de l’effacer de l’échiquier politique. Il faut dire que les enjeux sont importants : s’assurer de la mainmise sur le trône et donc sur la manne financière que représente ce richissime royaume, seul producteur d’une ressource précieuse, le Cristal.

Les Initiées du Denaia sont des femmes fascinantes qui apportent une certaine noirceur à l’intrigue, et pas mal de tension. Dénuées de sentiments, intelligentes à l’extrême et rompues à l’art de la séduction comme arme de destruction et de manipulation, elles sont prêtes à tout pour atteindre les objectifs de leur ordre chapeauté par Mircéa Karach Wee. Cette vieille femme, dont l’âge ne doit pas faire oublier la dangerosité et la puissance, étend l’influence du Denaia par monts et par vaux en infiltrant chaque sphère du pouvoir. Pour ce faire, elle peut compter sur ses protégées et leurs charmes auxquels aucun homme ne semble pouvoir résister… Mais loin de présenter les femmes comme de simples objets sexuels, l’autrice nous offre une galerie de femmes fortes qui, en plus de pouvoir compter sur leur corps, se révèlent redoutables par leurs capacités au combat, leur esprit plus affûté qu’une lame, leur talent pour la dissimulation et leur implacable détermination.

À l’inverse des Initiées et de leur dévotion totale au Denaia, Alia, quant à elle, n’aspire qu’à la liberté, cette denrée précieuse que ni son ancienne sororité ni son père ne semblent vouloir lui offrir. Du haut de ses seize ans, elle dégage cette maturité que les épreuves de la vie inscrivent bien trop tôt dans la chair. On la voit donc osciller entre ses besoins, sa volonté d’être appréciée pour elle et non pour l’institution qu’elle représente, et sa prise en compte progressive de son rôle à jouer dans la vie de son royaume. En plus d’être attachante, cette jeune fille au fort caractère se révèle intéressante par sa propension à affronter le danger avec un courage certain et beaucoup d’aplomb. Loin de l’image de la princesse de conte qui attend sagement son prince charmant, elle prend son destin en main quitte à s’affranchir du protocole et faire grincer quelques dents ! Et puis en dehors du tumulte de son retour à la cour, elle doit aussi faire face à la découverte d’un don qui prend parfois des allures de malédiction…

Alia, qu’elle le veuille ou non, dégage une beauté et un charme tels que l’on ne s’étonnera guère que de multiples prétendants/alliés, qui joueront un rôle plus ou moins important dans sa vie, gravitent autour d’elle : l’ami dévoué et amoureux devenu garde personnel, le fils héritier de l’Empereur sans oublier ce mercenaire, Bucko Javis, qui l’agace autant qu’il l’intrigue. Les deux premiers manquent peut-être un peu de relief par rapport à toutes ces femmes d’exception qui tiennent le haut du pavé, mais Javis est doté d’une personnalité plus complexe et d’une certaine aura de mystère… Mais si les relations entre la jeune princesse et ces personnages masculins ne sont pas dénuées d’intérêt, l’histoire est avant tout marquée par les enjeux politiques et financiers qui se règlent autant dans une chambre à coucher lors d’étreintes sensuelles que sur le champ de bataille dans de terribles corps-à-corps. On alterne donc entre des chapitres qui permettent de suivre l’avancée de chacun sur le jeu de l’échiquier politique, et des chapitres plus mouvementés avec, parfois, de très immersives et sanglantes scènes d’action.

Une fois passé les premières pages qui peuvent paraître ardues, vous ne pourrez que vous plonger sans réserve dans cet univers de faux-semblants et de manipulation où chaque décision, chaque baiser, chaque sourire, chaque mot est calculé… Les complots sont érigés en art de vivre, les trahisons légion, la tension omniprésente, le danger constant, et la lecture prenante ! Quant à l’écriture, elle est très soignée avec des phrases non dénuées d’une certaine poésie, ce qui forme un contraste saisissant avec la dureté de ce monde qui mêle habilement luxure et violence, deux moyens d’atteindre un même objectif, la domination. La narration alternée, qui permet de suivre en parallèle plusieurs personnages, se révèle également très efficace pour vous faire tourner les pages avec avidité. Mais un petit conseil, ne vous attachez pas trop, l’autrice n’épargnant pas ses personnages…

À noter enfin l’atout charme de ce livre, la présence d’un bestiaire étoffé avec des créatures fantastiques plus ou moins sympathiques et apprivoisées, et une relation homme-reptile particulièrement bien exploitée… Quelques illustrations auraient d’ailleurs pu offrir une expérience de lecture encore plus immersive, mais c’est un point de détail, les éditions ActuSF nous offrant ici un ouvrage de qualité.

En conclusion, rythmé par les complots, les trahisons, les faux-semblants et le sang, ce roman de fantasy dans lequel séduction et domination sont intrinsèquement liées, happe le lecteur par sa propension à le surprendre à chaque instant, et à l’immerger dans un univers bien construit peuplé de créatures fascinantes. Entre (dés)illusions, alliances et trahisons, La reine des esprits met en place un échiquier politique complexe et mouvant dont l’issue est incertaine, mais dont on suit chaque mouvement avec attention.

ActuSF – Collection NAOS
21 Mars 2019
448 pages
16,90€

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *