Accueil / Livres / Fantasy / Jivana – Nadia Coste
Bannière Institut de la Musique

Jivana – Nadia Coste

Jivana Nadia Coste

Jivana est une jeune fedeylin qui porte en elle un joli secret : depuis toute petite, elle partage son corps avec l’esprit d’une déesse qui a échoué à se réincarner. Les deux âmes, loin d’être concurrentes, sont devenues amies et même un peu plus.

Alors que des nuées d’insectes obscurcissent le ciel et imposent une nuit sans fin, le désespoir frappe leur village. Jivana et sa déesse partent à la recherche d’une solution pour que l’astre du jour brille enfin à nouveau. Une quête périlleuse qui les changera à jamais…

Jivana, publié aux éditions ActuSF dans la collection jeunesse Naos, est le premier roman de Nadia Coste qui m’ait été donné de lire. C’est donc sans connaissances de l’univers des Fedeylin, où se situe l’intrigue de Jivana, que je me suis plongée dans ce roman, et fort heureusement cela n’a pas posé le moindre problème.

J’ai découvert un univers riche, intéressant, poétique et j’ai pris du plaisir à lire la première partie de l’intrigue. Malheureusement, des incohérences, des enjeux résolus d’une façon que j’ai trouvé expéditive, facile et décevante compte tenu du mystère qui planait au départ, enjeux qui perdaient d’ailleurs en intensité sur la fin, avec une sensation de danger étrangement moins présente malgré certains événements dramatiques, une histoire d’amour que j’ai trouvé assez mal amenée et qui sombre immédiatement dans la mièvrerie m’ont empêchée d’apprécier le voyage.

Un lecteur moins exigeant et plus jeune (ce n’est pas parce qu’on est jeune qu’on n’est pas exigeant) fera sans doute l’impasse sur ces éléments, cependant je dois avouer n’avoir tout de même pas bien compris à quel public s’adressait ce livre. Jeune, certes, mais si le récit de l’histoire d’amour (prenant le pas sur tout le reste passé un certain point du récit au point d’occulter l’intrigue initiale) qui ne semble techniquement pas pouvoir être manifestée physiquement par autre chose que se serrer dans les bras, un amour « pur » de l’esprit où l’on ne peut faire autre chose que se regarder indéfiniment dans les yeux sans même être en capacité de s’embrasser, pourrait convenir à un jeune collégien, à contrario, certains éléments comme une tentative de viol et mariage incestueux d’un père sur sa fille ainsi que l’âge de la protagoniste, 25 ans, me font m’interroger.

De belles valeurs sont néanmoins véhiculées, des valeurs d’ouverture à la différence sous toutes ses formes, d’acceptation de l’autre tel qu’il est. Des valeurs féministes également, auxquelles je suis particulièrement sensible, avec une héroïne qui refuse le destin de toutes les femmes de son peuple : pondre et procréer en compagnie d’un mâle fort de la communauté. Malgré tout, même cela me semble être parfois un peu forcé, comme surjoué, non pas au début, qui est excellent, mais surtout dans la seconde partie. La quête de Jivana, son voyage, sa rencontre avec différents peuples, différentes races, auraient pu être superbes s’il ne manquait ce souffle épique, cette montée en puissance dans la seconde moitié du récit.

Je ressors extrêmement mitigée de cette lecture, à saluer les belles intentions et les valeurs positives sans pouvoir passer à côté d’éléments qui m’ont vraiment dérangée. Peut-être le format était-il trop court pour développer l’ensemble avec fluidité et cohérence, pour donner plus d’importance, d’enjeux et de vraisemblance à certaines parties, peut-être les ambitions du récit et du mystère initiaux étaient-elles trop élevées.

Jivana
Nadia Coste
Couverture par Zariel
Éditions ActuSF
2018

Eldricht Tales

A propos de Anouchka

Curieuse, rêveuse, voyageuse, geekette passionnée par les littératures de l'imaginaire et les jeux vidéos, j'aime partager les œuvres que j'ai apprécié, qui m'ont émue, touchée ou intéressée !

Lisez aussi

Chevauche-Brumes – Thibaud Latil-Nicolas

Mnémos a pour habitude de nous inviter bien souvent à découvrir de nouvelles plumes, de …

Entretien avec Nicolas Texier, auteur de la série Monts et Merveilles

Après avoir lu l’excellent Opération Jabberwock, avant même d’avoir découvert Opération Sabines, je dois dire …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *