[SPECIAL ANNECY 2019] Ternet Ninja – Anders Matthesen & Thorbjørn Christoffersens

Le jeune Alex reçoit en cadeau une poupée ninja de la part de son oncle de retour d’un voyage en Thaïlande. Rapidement, il découvre que le jouet est vivant et qu’il parle ! Ce petit ninja à carreaux lui vient en aide pour résoudre ses ennuis à l’école, mais il n’est pas là par hasard : il est venu pour prendre sa revanche et il compte sur Alex, qui va devoir l’aider bien malgré lui.

Véritable coup de cœur du festival, Ternet Ninja est un long-métrage d’animation assez délirant dans lequel les réalisateurs ne mâchent pas leurs mots.

Le film s’ouvre sur une manufacture de jouets en Thaïlande dans laquelle travaillent uniquement… des enfants! Le ton est posé. L’une des premières scènes montre le contremaître frappant violemment un enfant. Comme souvent dans leur animation, les Danois ne s’embarrassent pas du politiquement correct pour les enfants: ils montrent la dure réalité, mais leurs histoires sont au final souvent poétiques (voir par exemple le très touchant, mais très dur « L’Ours Montagne » ); c’est aussi ce qui fait toute la qualité de leurs projets.

Passée cette ouverture difficile, on bascule soudainement dans le fantastique avec une poupée Ninja qui prend vit via l’esprit d’un samouraï qui renaît dans son corps peluché. La poupée est offerte à Alex pour ses 10 ans par un oncle complètement alcoolique et obsédé!

On rit beaucoup dans ce film grâce à des blagues très, très adultes en décalage complet avec ce que l’on voit à l’écran. Le comportement des pré-ados est réaliste et donc parfois cru, tout comme les réalités du quotidien parental. La salle a franchement ri pendant la projection, parfois surprise par la brutalité de certains propos. Pourtant, l’intrigue est vraiment amusante, pleine de rebondissements avec une belle évolution des personnages et un très joli message sur le fait de grandir. Le Ninja est vraiment, vraiment génial: à la fois mignon et dur, il nous replonge avec délice dans notre enfance tout en nous confrontant aux abus scolaires contemporains (harcèlement, violence, dérives des réseaux sociaux…).

CONCLUSION

Soudainement, à la fin, l’intrigue se tend et l’émotion prend le dessus, à l’opposé d’une intrigue pourtant dynamique et humoristique. Pourtant, le changement de ton reste fluide. La résolution de l’intrigue est logique et donc plus triste que si les auteurs avaient choisi une « happy-end ». C’est pour ça que le film est totalement réussi malgré une animation pas toujours parfaite. Mais c’est ce qu’il me semble important dans les films d’animation: vu les technologies actuelles, il est facile de faire un beau long-métrage en 3D, mais est-il si facile d’écrire une vraie bonne histoire? D’autant plus que Ternet Ninja plaira évidemment aux adultes grâce à un double niveau de lecture très bien maîtrisé. A voir!

Ternet Ninja

réalisé par Anders Matthesen & Thorbjørn Christoffersens

avec les voix de Anders Matthesen, Emma Sehested Høeg, Alfred Bjerre Larsen

sortie 25 septembre 2019

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *