Slasher – Aaron Martin

Un tueur rode en ville. Il tue sans pitié aucune. Il faut lui échapper et découvrir qui il est.

De base le pitch de Slasher est simple : un tueur en série, des événements normaux, une tuerie… rien de fou. Mais cette série a été annoncée comme une série horrifique et j’adore les histoires de meurtres en série et avec un titre pareil, nul doute que ma soif de sang sera un minimum comblée (ça fait un peu psychopathe ça non ? Ça sonne mieux en anglais « bloodlust ».. . bref). De plus, chaque saison est indépendante, au pire je pourrai toujours zapper et continuer sur la suivante.

Me voilà donc devant Netflix pour visionner cette petite série (chaque saison fait 8 épisodes), peu connue au final.

Saison 1 : le bourreau.

Waterbury en 1988. Le soir d’Halloween, un couple s’apprête à faire la fête. Un homme se présente chez eux déguisé en bourreau. Il tue le couple et pratique une césarienne sur la femme (enceinte jusqu’au cou). On le retrouve avec le bébé dans les bras.

Adulte, Sarah Bennett (le bébé), revient dans les lieux et place du drame familial accompagnée de son mari. Ils finissent par rouvrir l’enquête, car dès leur apparition, les meurtres reprennent avec le même modus operandi (alors que le meurtrier est en prison).

Cette saison c’est vraiment Seven qui rencontre Hannibal. Deux films emblématiques avec leur lot de situations chocs. On a les 7 péchés capitaux (avec les punitions bibliques, soit-disant, j’ai pas vérifié) et le tueur du fond de sa prison qui psychanalyse/aide la jeune enquêtrice. Vraiment bien servie par des acteurs assez remarquables (Sarah est campée par Kathie Mc Grath, c’est Morgane, dans la série Merlin, et on a presque du mal à s’y faire tellement le rôle est différent;)), le rythme est soutenu et les scènes de meurtre assez graphiques. Visuellement c’est très intéressant aussi car chaque apparition du Bourreau est appuyée d’une lumière particulière, il se détache toujours du fond de façon assez reconnaissable (même en plein jour). Le jeu du chat et de la souris est assez poussé dans cet opus qui nous tient en haleine de bout en bout. La place du père tient un rôle très important (et dans tous ses états, même les plus inattendus), on finit par voir tous les travers de la petite ville et des personnages, même les plus insoupçonnés. Bon je ne dirai pas que je n’ai pas vu venir un des twists de cette saison, ce serait mentir, mais le tueur n’était pas nécessairement celui sur qui j’avais parié. Intéressant vraiment !!!

Saison 2 : Coupable.

Camp Motega, il y a quelques années. Lors d’une soirée, les moniteurs assassinent l’une des leurs : Talvinder.

Aujourd’hui ils retournent sur les lieux, car un projet immobilier menace d’exhumer le corps. Un tueur en combinaison de ski les élimine un par un.

Alors cette saison-là m’a totalement blasée… autant la précédente, j’ai trouvé ça génial, autant celle-ci on dirait un mauvais film de série Z avec tous les clichés dedans. Flashbacks presque inutiles, scènes sanglantes tout aussi inutiles, explication bateau… bref un immense loupé comparé à la première. Ce n’est même pas vraiment visuellement intéressant. C’est classique et convenu. Je parle même pas de l’explication. Bref, ennuyeux à mourir et dispensable.

Saison 3 : solstice.

Une jeune réfugiée habite un immeuble plein de voisins quelque peu hétéroclites. Il y a quelques années un tueur (le Druide) avait sévi et fait quelques victimes. Elle a peur qu’il revienne. Et bien entendu, il revient.

La saison 3 révèle quelques surprises. Outre les meurtres parfois un peu originaux (c’est pas tous les jours qu’on assiste à une mort dans les toilettes qui n’est pas une noyade), le tueur est assez fou pour torturer ses victimes et aller jusqu’à les démembrer. Là, c’est la seule saison où j’ai eu des doutes sur le meurtrier, ne m’attendant pas plus que ça à la fin. Dommage que l’histoire générale de la série ait été un peu redondant, sinon j’aurai bien dit que c’était la meilleure des 3. Ceci dit, les acteurs étaient assez nouveaux pour que je ne les reconnaisse pas vraiment. Ils ont pourtant parfaitement fait leur job.

Trois saisons, trois ambiances. Trois thématiques. C’est très American Horror Story comme façon de faire, mais il faut bien avouer que ça n’a rien à voir. Autant American Horror Story est bien faite et limite poétique dans sa façon d’être vue et montrée, autant celle-là est populaire et beaucoup plus premier degré. Personnellement ça ne me dérange pas, je dois dire que j’ai bien apprécié la première saison, le tout m’a semblé relativement cohérent (même si la justification du bordel est totalement limite et infondée, mais ça c’était assez constant je dois dire). Maintenant soyons clairs : c’est du slasher. Un tueur, qui zigouille joyeusement, des archétypes de persos souvent tous plus crétins les uns que les autres. Ici il faut avouer que les types sont très typés. Je ne pense pas que ce soit réellement un souci majeur, on sait à qui on a à faire globalement et les gens se rangent du coup dans des p’tites cases, laissant toute la place au tueur et à ses tueries. Niveau suspens, tout est relatif. À certains moments, on est à fond, à d’autres on se demande pourquoi diantre on nous parle de tel ou tel détail. À vrai dire, certains détails finissent par nous perdre. Mais bon, c’est une série hein, pas un film d’auteur. Par contre, niveau ambiance, ils ont plutôt pas mal joué leur coup. C’est glauque un peu, trash un peu, attachant parfois un peu… pas mal vraiment.

Les thématiques aussi sont assez étranges de prime abord, j’avais mal cerné les différents buts. Mais on comprend que les motivations ne sont que vengeance, quand on a les clés de l’histoire (généralement à l’avant dernier épisode) et vu que les saisons sont courtes, c’est parlant. A vrai dire, cette série m’a fait penser à Harper’s Island, qui est plus vieux mais mieux amené dans le suspens.

Alors on regarde ou pas ? Moi je dirai oui. Ne serait-ce que pour se faire une idée. Il faut garder à l’esprit que les saisons sont inégales et que les personnes ne réagiront pas forcément comme moi. En attendant, si vous avez un peu de temps à tuer et que vous avez déjà englouti la série Chernobyl (oui celle-là, elle est INCONTOURNABLE), pourquoi pas. Cette fois, on est sur du scream genre, et à vrai dire si vous aimez le côté fun et hurlant de la chose profitez en donc pour aussi dévorer Scream Queens (excellent, des créateurs de Nip Tuck), mais ne boudez pas votre plaisir et allez faire un tour sur slasher. Vous pourriez être surpris !

Slasher

créée par Aaron Martin

avec : Katie McGrath, Brandon Jay McLaren, Steve Byers, Leslie Hope, Paula Brancati, Erin Karpluk

Shaftesbury Productions

distribué par Netflix

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *