Distorsion Cérébrale – JIMM

Trois ans après la sortie de In[can]decence, Jimm reste dans la lignée Metal/Punk Rock énervé et engagé, proposant toujours des riffs puissants et saisissants. La preuve avec Distorsion cérébrale, dernier né de la trilogie sortie chez le label Juste Une Trace il y a quelques semaines…

Big Brother débute ce nouvel album avec tous ces éléments techniques et instrumentaux qui font la particularité de Jimm. Auteur-compositeur-interprète, il manie tout aussi bien les cordes de sa Gibson que les textes écrits et chantés en français, inspirés de sa vie personnelle et de son regard sur la société actuelle.
Le deuxième morceau, justement nommé Ton Blues dans la peau, est plus « calme » et surtout le plus long de l’album avec ses 5 minutes au compteur. C’est également le titre le plus bluesy de l’album et d’ailleurs ça parle un peu de ça aussi.
Prisonnier de Dieu met en exergue les talents de guitariste soliste de Jimm et il plutôt agréable à écouter. Prêt à penser est un morceau très énergique qui donne envie de taper du pied ou sur des gens, mais ça il paraît que ça se fait pas. Je trouve même que le petit mix/mastering chez Fred Duquesne donne une petite touche de perfection qui n’existe pas sur les précédents disques.
Jimm nous a confié, lors de notre entretien il y a quelques jours qu’il avait dû changer de studio car les mix originaux de cet album n’étaient pas bons, mais qu’on se rassure de suite, le problème à été rapidement réglé ! Il suffit d’écouter le reste de l’album pour être convaincu.

Le style musical, ou du moins les textes mis en avant, me font un peu penser à ce groupe toulousain que j’adore, Sidilarsen, qui propose un Metal Electro fortement engagé également, sur l’actualité et ses dérives. Je les imagine plutôt bien partager la même scène un jour d’ailleurs. Quoiqu’il en soit, ce nouveau disque de Jimm est fichtrement bien fichu et à force de l’écouter pour argumenter ma chronique, je suis presque sûre de le préférer aux précédents.
Je ne passerais pas à côté de la reprise Punk/Rock de Gainsbourg sur le titre La chanson de Prévert, qui est une réelle prise de risque que Jimm a réussi à réarranger de manière originale sans pour autant sortir complètement de son registre.

Pour résumer, je sens cette production plus mature et travaillée. Ce qui revient à dire, en trois mots, que je suis convaincue de Distorsion Cérébrale. Et vous ?

Distorsion Cérébrale
JIMM
Juste Une Trace
2018

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *