Le règne digital – Meteors T1 – Fred Duval et Philippe Ogaki


Cette bande dessinée en trois tomes nous présente un futur où l’Intelligence Artificielle – la fameuse IA a qui actuellement tout le monde prête de bonnes ou de mauvaises intentions – a finalement obtenu le pouvoir et dirige les destinées de l’humanité. Il reste encore quelques ilots où des hommes et des femmes veulent prendre en main leur vie, mais ils s’éteignent peu à peu.

Avec Fred Duval au scénario et Philippe Ogaki au dessin, Meteors est une aventure où les temps morts n’existent pas. Ainsi, en 2136, nous allons suivre simultanément la jeune Noria Tayeb qui, dans une oasis saharienne, va rencontrer Rita et ses hommes prêts à explorer l’espace et rencontrer d’autres civilisations intelligentes.

Pendant ce temps, les IA savent qu’elles n’ont pas intérêt à ce qu’une autre civilisation les prive de la mainmise qu’elles détiennent. Pour explorer l’espace, il existerait des failles, des passages qui raccourciraient considérablement les distances à parcourir. Les IA vont à la fois combattre les explorateurs humains qui se dispensent de leur aide, mais aussi entraver tous ceux qui veulent en savoir plus sur les failles.

Il y a certes ce journaliste qui s’y intéresse, mais les IA vont porter leur attention sur Dustin Dinky et son remorqueur-éboueur qui, du côté de Mars, vont récupérer un scaphandre à la dérive. À l’intérieur, il n’y a rien de moins que la dépouille d’un cosmonaute russe disparu un siècle plus tôt. Comment peut-il se trouver à cet endroit, si ce n’est parce qu’il a emprunté une faille…

Les graphismes sont d’une grande finesse tout en restant dans la veine franco-belge la plus classique. La mise en page nous offre des planches dynamiques où l’action peut s’épanouir. La caractérisation est riche et l’idée de figurer les IA sous la forme d’animaux est juste géniale.

Enfin, la question des IA qui est très actuelle est posée. Les IA sont-elles plus aptes à gérer l’humanité que les hommes eux-mêmes ? Un peu comme si le privé était plus raisonnable que le public par son côté risquophile. Et le pouvoir, une fois conquis, pourrait-il un jour être restitué aux hommes ? La mise en concurrence de Frankenstein et de sa créature n’a pas fini d’inspirer les auteurs. Et c’est fort joliment fait ici avec un volume qui se clôt sur des IArchives de toute beauté.

Le règne digital – Meteors T1
Fred Duval (scénario) et Philippe Ogaki (dessins)
Couverture illustrée par Philippe Ogaki
Editions Delcourt
Collection Série B
2008 – réédition 2018

14,95 €

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *