Confessions d’une Séancière – Ketty Steward

 

 

À la faveur d’une nuit étoilée, la Séancière t’ouvre les portes de son île. Tu devras emprunter une langue de sable interminable à travers l’océan et braver bien des dangers.
Tu entends déjà Manman Dlo t’appeler par ton prénom. Sa voix t’attrape le cœur et ne le lâche plus.
Papa Dlo marche à ta rencontre au-dessus des flots, te désignant du bout de sa canne la crique où tu trouveras tout ce que tu cherches et, peut-être aussi,
ce que tu fuis.

Ketty Steward est une autrice singulière. Elle a publié en 2006 Je ne sais pas appartenir, un recueil de poésie ; en 2011 Connexions interrompues, un recueil de nouvelles de science-fiction et en 2012 Noir sur blanc, un roman autobiographique à la construction singulière. Elle nous revient en 2018,  après avoir disséminé ses nouvelles au gré d’anthologies aussi diverses que variées, avec ses Confessions d’une Séancière, recueil publié aux éditions de Mü qui nous entraîne tout droit vers les contes et mythes des Antilles, plus particulièrement de la Martinique.

Le lecteur découvre ici un folklore très riche et imagé composé de Séanciers et Séancières (sortes de sorciers, sorcières et chamanes) et de créatures parfois viles ou trompeuses (Ti Sapoti) mais souvent terriblement humaines. Il découvre un univers de croyances assez fascinantes et très ancrées dans de petits gestes du quotidien ou dans des habitudes ancestrales qui peuvent sembler rétrogrades (La Maison d’occasion). Car les mythes et contes sont avant tout le reflet de la société qui les a vus naître, des peurs et mises en garde que les parents adressent à leurs enfants, des tentatives d’expliquer l’incompréhensible qui prend vie autour de soi et des façons de maintenir les individus sous contrôle.

Ces nouvelles, plus souvent cruelles que joyeuses nous parlent, à travers les créatures issues du folklore martiniquais, des gens. Leurs petites bassesses qui entraînent parfois de grands drames, leurs maigres faits de gloire, leur médiocrité, leur désir d’exister, de pouvoir être eux-mêmes en toute liberté au sein d’une société sclérosée où tout le monde s’épie et où le racisme, la peur de l’autre et le harcèlement scolaire (La po zombi) ne sont jamais bien loin. Tout est scruté à la loupe.

Ketty Steward nous dresse ici le portrait de cette société, qui vit sur cette île et nous raconte la différence, l’indifférence et le danger qu’il y a à s’écarter du droit chemin quand on est issu d’un milieu pas si tolérant ni ouvert d’esprit qu’on pourrait le croire. Mais elle le raconte en laissant filtrer une grande tendresse pour un certain nombre de personnages, leurs souhaits, leurs aspirations.

Et au-delà de ce message profond, les nouvelles sont franchement bonnes. Le lecteur se prend au jeu, on s’attache en deux lignes à certains personnages, on en exècre d’autres en quelques mots. On tremble pour que certains dénouements soient positifs, parce qu’on ne veut pas qu’il leur arrive du mal (Mardi Gras). Ou on contraire, on réclame justice et on espère que ce malotru ne s’en tirera pas ainsi (L’Homme bâton). À la fin de certaines, on se demande si on a bien lu, quand un dénouement présenté comme à priori positif par les personnages nous semble juste terriblement atroce (Pessyette).

Après avoir parlé du fond, j’en viens à la forme. Tout d’abord avec la magnifique couverture, photographie de Jean-Emmanuel Aubert puis avec ces poèmes intercalés entre chaque nouvelle (rappelons que l’autrice est également poétesse). Poèmes drôles ou glaçants, à la typographie et mise en forme extrêmement travaillées et qui épousent le thème de la nouvelle qui les précède. Mention spéciale au troublant le Pacte, mon favori, troublant par ce puissant désir d’abandon de soi et de son identité, de son corps et de son âme mis en mots.

L’impression que je retire de ma lecture des Confessions d’une Séancière est que, finalement, à travers la Martinique, Ketty Steward nous parle de quelque chose d’universel. Ces petites bassesses, ces désespoirs et ces espoirs, nous les expérimentons au quotidien sans parfois nous en apercevoir. Nous connaissons (malheureusement) certains des monstres croisés dans ces pages et nous sommes tous susceptibles d’avoir vécu certaines injustices subies par les personnages ou d’avoir été le bourreau suiveur d’un jour. Dans ce livre il est question de nous, de vous, du voisin un peu bizarre, de la voisine qui épie le monde à travers ses rideaux, du mec qui paraît gentil mais est quand même un poil relou, de méchants et héros du quotidien. Universalité, donc.

Ma conclusion :

-Un recueil de nouvelles vibrantes ou grinçantes et prenantes mais surtout humaines
-La découverte d’un folklore composé de créatures aussi étranges que proches de nous
-Des contes, légendes et mythes qui, parce qu’ils parlent de l’humain sous toutes ses coutures, ont une portée universelle

Je vous laisse avec les premières pages.

Confessions d’une Séancière
Ketty Steward
Photographie en couverture par Jean-Emmanuel Aubert
Éditions de Mü
2018

One thought on “Confessions d’une Séancière – Ketty Steward

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *