La fille de l’eau – Les contes du Magatama tome 1 – Noriko Ogiwara

livre-la-fille-de-l-eauVoici d’innombrables générations que le dieu de la lumière et la déesse des ténèbres s’affrontent dans une guerre impitoyable. Mais Saya n’a que quinze ans; pour elle, cette guerre lointaine est sans grande importance. Jusqu’au jour où elle apprend qu’elle est la réincarnation de la fille de l’eau, la princesse du peuple des ténèbres. Tandis que le prince de la lumière lui offre de l’épouser, son peuple l’exhorte à le rejoindre afin de le sauver.
Saya, éduquée dans l’amour de la lumière et la haine des ténèbres, peut-elle accepter un tel héritage? Lumière et ténèbres cherchent à s’attirer sa loyauté, car elle est la seule capable d’éveiller la légendaire épée du dragon, une arme terrifiante censée mettre fin à cette guerre millénaire.
Parviendra-t-elle à faire le bon choix ou connaîtra-t-elle un sort funeste, comme toutes les filles de l’eau qui l’ont précédée?

Dans ce premier volume d’une saga de Fantasy japonaise, l’auteur nous transporte à l’origine des Dieux créateurs du Japon dans une ambiance poétique et merveilleuse. Comme c’est souvent le cas dans les récits nippons, la nature tient une place importante tout comme la notion de famille.

La couverture de Marc Simonetti donne d’entrée le ton de l’histoire avec de belles couleurs pastels et un vrai respect de l’imagerie collective nippone.

Les dieux de la Lumière veulent empêcher les adeptes de la Déesse des Ténèbres de parcourir librement le pays. Lorsque Saya apprend qu’elle est la réincarnation de la fille de la Déesse, il lui est bien difficile d’accepter la nécessité des Ténèbres, elle qui vénère tant la lumière. Mais dans son aventure, la jeune prêtresse va découvrir tout ce que les Ténèbres apportent aux hommes et son fort lien avec la terre et la nature. Les Ténèbres apprennent aux hommes à vivre avec la Mort, nécessaire à toute vie! Un message subtilement distillé tout au long de l’intrigue donnant une ambiance assez mélancolique à l’oeuvre d’Ogiwara.

L’auteur reprend le mythe d’Orphée dans la deuxième partie de son roman et réussit ainsi à lier la mythologie de son pays à la notre tout en mettant brillamment en avant le folklore de son pays. Le livre se lit avec passion tant la traduction est réussie! La poésie qui se dégage de l’intrigue est tout aussi liée aux forts personnages et notamment la jeune Saya à laquelle on s’identifie très vite. Tous les personnages féminins sont d’ailleurs très bien travaillés: Dame Iwa, la Déesse des Ténèbres et même la cruelle princesse Tehuri qui, lorsqu’elle brise sa carapace, ne peut que nous faire pitié.

CONCLUSION

Panini Books n’est pour l’instant pas en mesure de fournir une date pour la suite de la saga, mais l’auteur est définitivement à suivre. Une fantasy merveilleuse, proche de notre féerie traditionnelle qui se dévore avec plaisir.

La fille de l’eau

Les Contes du Magatama – tome 1

Noriko Ogiwara

Editions Panini Books – Collection Eclipse 

Traduction de Nathalie Huet

Couverture Marc Simonetti 

18€

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *