Le voyage d’Hawkwood – Les Monarchies Divines tome 1

9782253022664-TLes différents royaumes qui gouvernent le monde sont entrés en guerre. Aekir, la grande cité ramusienne, vient de tomber sous le joug du sultan Aurungzeb. À Hebrion, le roi Abeleyn IV s’inquiète de la montée des Inceptines, cet ordre religieux fanatique qui veut faire disparaître toute trace de magie sur terre. Alors que le noble Hawkwood revient à Abrusio à bord de sa caravelle, une partie de son équipage se fait arrêter. Pour survivre, il doit accepter un marché : aller à la recherche d’un continent légendaire. Il a pour équipage les magiciens et les sorciers devenus indésirables dans la cité. Malheureusement, personne n’est jamais revenu vivant de ce périple impossible…

Ce premier tome des Monarchies Divines n’est pas forcément facile à aborder de primes abords. Il faut bien attendre 150 pages avant de voir l’intrigue démarrer et surtout de comprendre ce que l’auteur essaye de nous dire. Mais je vous conseille vivement de vous accrocher, car la suite vaut le coup!

Kearney tisse une grande toile mêlée d’intrigues politiques et religieuses, intrigues amoureuses et aventures au grand large. Malgré ces 150 premières pages difficiles, ses personnages sont assez vite attachants notamment le roi Abeleyn dont on suit les aventures avec grand intérêt.

La couverture d’Andrew Evans est simple et donne les éléments exactes de l’intrigue: la guerre des Ramusiens contre le Medruks. Le titre est d’ailleurs beaucoup moins éloquent que la couverture quand on sait que le voyage en question ne représente pas la moitié du roman.

L’auteur réussit habilement à donner un fort point de vue sur l’immigration ou les dérives religieuses (dans le même esprit que Le Royaume de Tobin d’ailleurs…). Les métaphores sur ces sujets sont très claires et bien que le roman ait été publié pour la première fois en 1995, il est tout à fait d’actualité en termes de thèmes soulevés. L’auteur bâtit son intrigue autour d’une copie de l’Inquisition afin que les lecteurs reconnaissent certains codes. Cependant, son univers est jalonné de nouveautés et son travail sur le pouvoir de la religion reste le principal atout du roman. On notera également de très bons dialogues, toujours au bon moment et jamais inutiles.

Le passage d’une intrigue à l’autre (Hawkwood et son voyage, Abeleyn et le conclave des Rois, Corfe et Macrobius) se fait dans la douceur avec de bons cliffhangers qui donnent envie de poursuivre la lecture. Si parfois l’auteur se perd dans de trop longue descriptions, on ne regrettera pas le suspens bien maîtrisé et surtout la tension qui se dégage de l’intrigue donnant aux lecteurs de quoi s’inquiéter pour le futur des personnages.

CONCLUSION

Le premier tome des Monarchies Divines est un bon démarrage pour une saga s’annonçant pleine de rebondissements, de surprises et d’intrigues politiques glaçantes. Une agréable découverte qui laisse présager du bon pour la suite.

Le voyage d’Hawkwood

Les Monachies Divines tome 1

de Paul Kearney

couverture d’Andrew Evans

traduction de Marianne Thirioux

Editions Le Livre de Poche

8,10€

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *