Freezing zero – Lim Dall Young et Jung Soo Chul

limjungfreezingzero1Le scénariste Coréen Lim Dall Young est l’auteur de nombreuses séries, mais nous allons nous attacher à celle qu’il a réalisée avec le mangaka Kim Kwang Hyun : Freezing. Dans cette série de 24 volumes toujours en cours, l’humanité doit combattre les Nova, des êtres venus d’une autre dimension. Face aux Nova, ce sont les Pandora, des guerrières redoutable qui se lèvent et vont défendre l’humanité.

En 2012, les éditions Doki-Doki, qui éditent déjà Freezing en France, ont déjà sorti un premier spin-off, une série dérivée. Dans Freezing first chronicle,un one-shot, Lim Dall Young s’était associé au mangaka Yoon Jae Ho pour nous parler de Teeshee, une des recrues des Pandora qui a du mal à se faire sa place au sein de l’académie de West Genetics, alors que la guerre avec les Nova bat son plein. Jusqu’à ce que Shiffon Fairchild arrive à l’académie… Mais c’est en 2014 que sort un second spin-off, un préquelle cette fois, que Lim Dall Young signe avec Yung Soo Chul. C’est donc à Freezing Zero que nous allons nous intéresser.

Aux prises avec les Nova, des créatures venues d’une autre dimension, l’humanité ne doit son salut qu’au courage des Pandora, de jeunes guerrières surentraînées et équipées d’armes révolutionnaires.
L’une d’elles a marqué à tout jamais l’histoire de ce corps d’élite, en le propulsant dans une nouvelle ère. Son nom : Aoï Kazuha, la “Pandora légendaire”.
Plongez-vous dans le passé de la série Freezing, alors que Kazuha vient tout juste d’arriver à Genetics, Kazuya est encore un petit garçon, et Kim Yumi est à la tête des fameuses Numbers !

limjungfreezingzero2Nous prenons contact avec cette série au travers de ses couvertures aux guerrières à la poitrine généreuse, comme il se doit. Puis c’est par un combat d’un groupe de Pandora menée par Aoï Kazuha que nous entrons d’emblée dans cette guerre sanguinaire. De ce combat dont l’issue sera funeste pour notre héroïne qui se bat en robe et chaussure à talon, nous découvrirons son passé. Nous verrons alors que l’académie privilégie toujours les classes sociales supérieures, même au détriment des meilleures guerrières du peuple.

Nous verrons également qu’entre rivalité et amitié, les Pandora sont loin d’être les guerrières que les dirigeants subliment. Elles sont encore jeunes quand elles entrent à l’académie et ont encore tous les défauts et les idéaux de leur âge. La mise en page est cependant dynamiques car les combats sont nombreux et, il faut le souligner car cela est rare dans les mangas, restent d’une grande lisibilité et sont faciles à suivre. L’histoire se tient et les graphismes sont de toute beauté. Nous découvrirons que Kazuha est la petite-fille de l’inventeur des Pandora, qu’il n’a pas hésité à sacrifier à ce corps de combat et que son jeune frère n’est autre que Kazuya que les fans de Freezing retrouveront avec plaisir.

Nombreux sont les prétextes à montrer de jeunes filles dénudées, ainsi que dans des sous-vêtements plus que suggestifs. L’esthétique de l’ensemble des personnages montrent un monde de perfection, d’où se dégagent souvent une tension sexuelle qu’on imagine aisément. Tout le monde est jeune, beau, ambitieux. Une vision partielle et partiale de la société, mais un parti pris assumé par les auteurs. Dans le deuxième tome, nous découvrirons le passé de deux autre Pandora : Aneth McMillan et Elisabeth Mayburry. Il en sera de même pour les volumes suivants. Une série à recommander pour les fans de Freezing… et les esthètes.

Freezing Zero
Lim Dall Young (scenario) Jung Soo Chul (dessin)
Editions Doki-Doki
Collection Freezing zero
2014

7,50 €

Chris

Chris

Chris a toujours apprécié les littératures de l’imaginaire, mais il lit également d’autres genres pour son plus grand plaisir. Il préfère le terme de critique à celui de chronique qui lui semble toujours trop consensuel. Non qu’il dise systématiquement du mal des auteurs, mais quand il tient une bonne daube ou une resucée maladroite alors il laisse la plume glisser dans de bien sombres humeurs. Comme tout lecteur passionné – ça lui arrive parfois – il n’aime rien tant que de devenir festivalier et d’aller à la rencontre des auteurs. Chris participe de temps à autre à des appels à texte et s’intéresse depuis peu à la photographie, histoire d’apprendre à cerner l’essentiel d’une situation comme d’un lieu. Enfin, il aime plus que tout le transgenre et espère avec une certaine impatience pouvoir être à l’origine de la découverte d’un auteur qui aurait l’audace d’écrire un roman policier avec des sorcières, des mutants et bien entendu quelques créatures extraterrestres aux mœurs exotiques, à défaut d’être douteuses.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.