Albator, corsaire de l’espace

AlbatorAlbator est le seul homme à oser défier la Coalition corrompue de Gaia qui vise à dominer l’univers. Cherchant à se venger contre ceux qui font du tort, le pirate de l’espace mystérieux parcourt l’univers dans son croiseur de bataille, l’Arcadia à la recherche de navires ennemis à piller. Ezra, le chef de la flotte Gaia, envoie son jeune frère Logan s’infiltrer sur l’Arcadia avec pour mission d’en assassiner le capitaine. Mais Logan va bientôt découvrir que les choses ne sont pas toujours ce qu’elles semblent être, et que les légendes ne naissent pas sans raison.

D’abord, clairement, vous n’avez pas besoin de connaître le personnage pour comprendre qui il est, ce qui est un gros plus pour le film. Ensuite, contrairement à ce qu’on a pu entendre un peu partout, l’histoire est facile à comprendre. D’ailleurs, elle est peut-être un peu trop simpliste en proposant une trame scénaristique peu originale. On comprend clairement et vite les enjeux. Cependant, la narration est assez lente et manque de rebondissements inattendus.

Si Albator est extrêmement charismatique et nous laisse sans voix à chacune de ses apparitions, il ne semble pourtant pas assez présent pour un film portant son nom.

large_660926

Le héros, Yama, a fière allure et dans sa caractérisation devient finalement plus complexe qu’Albator.

sddefault

On regrettera également le manque de travail sur les personnages féminins. Seule Mimay la Sylphide s’en sort malgré la froideur du personnage et son intérêt dramatique assez limité.

Space-Pirate-Captain-Harlock-02

La fable écologique mise en avant (principale thématique du film) est insérée de façon légère, mais nous laisse clairement comprendre nos responsabilités face au désastre actuel. Sans être moralisateur, l’histoire veut nous présenter un monde futuriste dans lequel les humains ont du quitter la Terre après l’avoir bien abîmée. Si, de nos jours, nous souhaitons visiter (voire habiter) d’autres planètes, le film lui nous montre des humains désireux de rentrer sur leur planète pour y retrouver leurs racines. Le message n’est pas explicite, mais clairement compréhensible pour ceux qui visionnent le film avec attention…

Le manque d’émotions pourra en laisser plus d’un déçu, mais finalement on s’attache plus au divertissement visuel que procure le film. Malgré une motion capture pas aussi aboutie que dans d’autres projets et une animation de personnages (notamment au niveau des marches) pas terrible, on peut dire que l’ensemble est un vrai régal.

Taxer Albator d’une énième copie de Final Fantasy, c’est ne pas prendre en compte le style habituel japonais. Oui, ce n’est pas très original, mais nous retrouvons le design cher aux Nippons et qui habituellement ne semble pas gêner les aficionados du genre. Il faut donc souligner la tentative de film 3D réalisé par ce pays plus doué dans la 2D. Depuis Goemon en 2009, on peut clairement apprécier la belle évolution de leurs images de synthèse.

albator-2013-3

L’ambiance pirate est assez agréable et change de ce que l’on a l’habitude de voir en SF. Les codes de la piraterie sont respectés jusqu’aux séquences d’abordage!

21053823_20131030100137511.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

CONCLUSION

Si Albator, Corsaire de l’espace n’est pas pour certains le film qu’ils attendaient, on ne peut nier la qualité visuelle de ce film d’animation repoussant la frontière de la création de décors notamment. Je saluerais également la fin, assez intelligente et finalement seul moment touchant du film. Avec un scénario original et non une adaptation de personnage mythique, qui sait ce que les Japonais nous proposeront dorénavant en motion capture…

Albator, Corsaire de l’Espace

de Shinji Aramaki

avec Shun Oguri, Haruma Miura, Yû Aoi

Tôei Animation

2 Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *