La Brigade des Loups – Episode 1, 2 & 3 – Lilian Peschet

brigade12020. L’épidémie de lycanthropie sévit en Europe depuis près de trente ans. La Roumanie est l’un des pays les plus en pointe concernant la recherche sur ce rétrovirus, mais aussi l’un des rares où les lupins ont le droit de vivre dans la société. Sous certaines restrictions.
Pour s’occuper des crimes lupins, des unités de polices spéciales exclusivement composées de malades ont été créées.

On les appelle les Brigades des loups.

Episode 1
Un professeur massacré. Une mère de famille et son enfant dévorés vivants. De jeunes lupins sauvages en liberté. Pourquoi ces crimes ? D’où viennent ces enfants, et quel est leur but ? Les réponses pourraient bien bouleverser l’avenir de la brigade de Bucarest.

Episode 2
Un attentat dans un centre commercial de Bucarest. Des revendications d’un groupe indépendantiste moldave. Une autre bombe qui doit exploser. Mais l’ennemi se trouve-t-il vraiment à l’extérieur de Bucarest ? La Brigade risque beaucoup à enquêter sur une affaire où elle n’est pas désirée…

Episode 3
Le procès du capitaine de la Brigade s’ouvre alors que la haine anti-lupins ne cesse de croître. Les extrémistes, qui gagnent du terrain, deviennent une véritable menace. Au milieu de la tourmente qui se lève, l’avenir de la Brigade est de plus en plus incertain

Lorsque je m’étais proposé pour chroniquer le premier épisode de cette « Brigade des Loups », je n’avais pas été très attentif. Persuadé qu’il s’agissait d’un roman traitant de la lycanthropie, je l’avais basculé sur ma liseuse dans l’optique de le découvrir tranquillement pendant mes vacances (de la Toussaint).
J’ai rapidement compris mon erreur: c’est donc envahi par un sentiment quelque peu coupable que je m’y attèle maintenant. Mais, pour me racheter, je ne vais pas vous parler d’un seul épisode de la série, ni même de deux, mais des trois épisodes disponibles désormais.

La Brigade des Loups, c’est en premier lieu un univers: Bucarest, dernier quart du XXIe siècle, une société qui a fait le pari de l’insertion des lupins et qui est confronté aux extrémistes en tout genre. L’auteur peaufine son tableau lentement, par petites touches: chaque épisode contient des éléments importants qui, mis bout à bout, dessinent le canevas d’une société bien plus malade qu’il n’y paraît.
On retrouve ici la thématique éternelle du rejet de l’autre qui repose à la fois sur la différence et la méconnaissance. Il est facile d’établir ici des parallèles avec notre monde… tout comme il serait facile de le faire avec les minorités ethniques ou religieuses du Moyen-Âge occidental ou avec le « barbare » de la société grecque antique. Ça n’enlève rien à la pertinence du propos, mais ce n’est pas une nouveauté.

La Brigade des Loups, c’est aussi une approche atypique de la lycanthropie. Non pas tant en raison de son traitement médical — d’autres ont déjà envisagé la lycanthropie comme un virus — que dans son implication sociale: ici, les lycanthropes sont loups, c’est-à-dire que la meute est le groupe identitaire de référence, dominée par un couple alpha seul autorisé à se reproduire. Ce qui pourrait n’être qu’un détail devient un élément moteur de ces aventures en raison du grand soin que porte l’auteur à ses interactions sociales.
Mais le véritable point fort de La Brigade des Loups se situe ailleurs. La grande réussite de Lilian Peschet réside dans ses personnages, dans cette « Brigade » de Loups dont on suit les mésaventures au fil des épisodes. Elle est constituée (au départ) de cinq personnages fascinants:
* Vasile, le capitaine, l’alpha de la meute, le chef rationnel qui se retrouve bien malgré lui au cœur de l’intrigue.
* Pavel, l’expert informatique, qui préfère s’isoler de la foule humaine et dont l’armure se fissure, épisode après épisode, sous les assauts de ses traumatismes passés.
* Yakov, l’expert médical, frustré par son sort. Incarnation même de la malédiction lupine, il ne pense qu’à ce que le retrovirus lui a enlevé.
* Mikaï, le loup devenu homme, qui a fui les persécutions en Allemagne, qui ne parle pas mais qui sait le mieux utiliser les atouts sensitifs de l’animal.
* Dragos, l’ancien mercenaire devenu simplet suite à un accident, mais dont les réflexions éclairent comme des projecteurs tous les particularismes de la société malade qui l’environne.

Et l’auteur choisit de donner la « parole » (ou la plume en ce qui concerne Mikaï) à tous ces personnages, chacun relatant ce qui lui arrive (ou ce qu’il ressent). Loin d’être un traitement à la Rashomon, démultipliant les points de vues, les interventions des protagonistes s’entremêlent, se succèdent, parfois se superposent, finissent par dessiner un tableau foisonnant et passionnant. Lilian Peschet relève le défi de provoquer de l’empathie pour ces cinq personnages, qui n’ont fondamentalement d’héroïques que leur volonté de survivre, de résister à la déferlante de haine qui se dresse devant eux, de retrouver une vie dont ils puissent être fiers.

Un conseil, pour finir: lorsque vous attaquerez cette série, ne vous arrêtez surtout pas au premier épisode. Pour des raisons qui se comprennent par la suite, il est structuré comme une enquête policière, ce qu’il n’est assurément pas. Mais le lecteur qui découvre la série peut se laisser abuser et concevoir alors une certaine frustration quant à la « résolution » de l’enquête, pour le moins expéditive.
Pourtant, ce premier épisode est une superbe introduction à cet univers déliquescent dont les fissures se multiplient aux fils des aventures. Un seul défaut: je suis frustré d’avoir à attendre la suite, tant j’ai hâte de découvrir ce qu’il va advenir de tous ces personnages qui ont su me séduire en si peu de pages. Bravo, monsieur Peschet !

La Brigade des Loups

Episode 1, 2 & 3

Lilian Peschet

Collection e-courts – Voy'[el]

Premier épisode gratuit – 0,99 € l’épisode ensuite

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *