DREDD

Dredd_couvDREDD 3D ne sortira pas en France dans les salles obscures.  C’est en effet un direct-to DVD comme on dit et généralement, c’est assez mauvais signe pour un film sorti dans les salles aux USA. Et pourtant dans le cas présent, autant le dire tout de suite : c’est bien dommage ! Car selon moi, c’est tout sauf un mauvais film.

Si vous connaissez le comics Judge Dredd de John Wagner, vous aurez sans doute fait le rapprochement avec ce long-métrage. Sinon, vous vous rappelez sans doute du film du même nom avec Sylvester Stallone. Ce dernier fut un réel flop et a une belle réputation de navet. Alors même si DREDD 3D est considéré comme un remake, autant vous prévenir que l’histoire n’a rien à voir, et l’approche non plus.

Dans un avenir proche, les Etats-Unis ne sont plus qu’un immense désert irradié. Mega City One est une métropole tentaculaire rongée par le vice. La seule forme d’autorité restante est représentée par les juges, une police urbaine qui cumule toutes les fonctions : flic, juge et bourreau. Une nouvelle drogue se propage, la Slo-Mo, qui permet de percevoir la réalité au ralenti. Sa distribution est contrôlée par Ma-Ma, ancienne prostituée, devenue baronne de la drogue. Dredd, le juge ultime, va se voir assigner une mission dans les environs de la tour de Ma-Ma et va devoir s’y confronter. 

Voici à peu de chose près le scénario du film. Rien de très original, on pensera notamment au très bon et récent The Raid. Alors DREDD est-il un simple remake à la sauce science-fiction ? Non, bien que des similitudes soient présentes, le film a ses qualités propres qui en ont fait un bon moment de cinéma pour ma part. Je ne suis peut-être pas totalement impartial étant un grand amateur de science-fiction, mais voici tout de même mes arguments.

 Dredd_1

Il est vrai que l’univers des comics donnait possibilité à nombre de scénarios plus complexes et intéressants, mais comme nous l’a confié le scénariste Alex Garland (28 jours plus tard, La Plage, Sunshine), il craignait de trop s’étaler sur l’univers de Judge Dredd et souhaitait montrer dans le film une journée type de Dredd, choix vivement approuvé par l’auteur John Wagner. Et selon moi, cela fonctionne très bien. On découvre ce futur pas si éloigné avec la vision un peu kitch de la science-fiction dans les années 80 -d’ailleurs les inspirations Blade Runner sont plus qu’évidentes et même assumées.

C’est Karl Urban (Le Seigneur des Anneaux, les derniers films Star Trek) qui a été choisi pour incarner le juge sans pitié Dredd. On retrouve à ses côtés Olivia Thirlby dans le rôle de la novice Cassandra Anderson et Lena Headey (la reine Cersei dans la série Game of Thrones) en tant que Ma-Ma, la baronne de la drogue complètement timbrée. J’ai trouvé le jeu d’acteur tout à fait convaincant : Karl Urban avait le défi de transmettre le caractère de Dredd sans jamais enlever son casque avec seulement le bas du visage, et il s’en tire plutôt bien. La folie de Ma-Ma est assez dérangeante par moment, même si nous avons l’habitude des vilains de ce genre. Et enfin Olivia Thirlby transmet bien l’évolution de son personnage qui au fil de l’aventure, perd peu à peu sa naïveté et son idéalisme exacerbé.

 Dredd_2

Il faut dire que la jeune Anderson, envoyée en mission avec Dredd pour prouver qu’elle est digne de devenir un juge malgré son échec à l’examen, ne va pas passer un moment des plus agréables ! Cherchant à démanteler le réseau de Ma-Ma, ils vont se retrouver seuls sans aide extérieure face à une armée de malades armés jusqu’aux dents. Mais le scénario n’est pas qu’une vague excuse pour montrer des scènes d’action, le tout reste plutôt bien ficelé et l’évolution est plaisante. On se demande même par moment comment ils vont bien pouvoir s’en sortir.

Il paraît que la 3D a été fort bien pensée, malheureusement nous ne pouvons en juger chez nous puisque le film n’est pas sorti au cinéma. Cependant, les effets spéciaux sont plutôt réussis, bien que le film semble avoir assez peu de scènes sur fond vert (il a été filmé dans la ville de Cap). Les moments où l’on voit les évènements se passer sous l’effet de la drogue Slo-Mo sont plutôt sympathiques.

 Dredd_3

La musique est pesante et sert bien le déroulement du film, même si on est loin d’une BO épique qu’on aimera réécouter. Si vous regardez le film en version française, sachez qu’elle est tout à fait acceptable, même si les voix originales font bien plus d’effet.

Je finirai donc en me répétant sans doute un peu, le film réussit pour moi parfaitement son but : nous montrer la journée d’un juge dans cette époque trouble où la criminalité gangrène toute cette cité gigantesque.  L’ambiance est immersive même si il n’y a pas partout des gadgets hautement technologiques qui pourraient d’ailleurs desservir le film. Reste à se demander si l’on aimerait un jour voir débarquer un juge comme Dredd qui a le pouvoir de juger et exécuter directement la sentence sur place, surtout avec un costume à la Power Rangers (seul point un peu noir pour moi du côté de l’ambiance).

En définitive, Dredd n’est sans doute pas le film de l’année, mais il méritait amplement de sortir au cinéma chez nous. D’ailleurs, les auteurs envisagent de faire une suite, si le film marche aux Etats-Unis et j’espère sincèrement que ce sera le cas.  À voir!

Dredd (3D)

Avec Karl Urban, Olivia Thirlby, Lena Headey

Le 11 février 2012 en DVD et Blu-Ray

One thought on “DREDD

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *