Pluto 5 – Naoki Urasawa et Osamu Tezuka

Au cours de son enquête sur une série de meurtres de robots, l’inspecteur-robot Gesicht découvre qu’un sentiment de haine entre les hommes et les robots semble être à l’origine de l’affaire. Quant à lui, il va bientôt révéler ses effroyables souvenirs…

Ce cinquième volume de la série Pluto commence par la dernière mission en date de l’inspecteur Gesicht, à savoir mettre Haas et sa famille à l’abri des hommes qui veulent le tuer pour avoir trahi leur cause. Haas hait Gesicht, car ce dernier a tué son frère qui était un criminel sans vergogne. Gesicht accomplira cependant sa mission de protection, hanté qu’il est par cette faute inexcusable pour un robot et qui viole les lois de la robotique. Il sait maintenant d’où viennent ses cauchemars et pourquoi sa mémoire a été partiellement effacée.

Il n’a pas le temps d’approfondir plus le sujet, car il est mis sur une nouvelle enquête. Un criminel particulièrement abject, à moins qu’il ne s’agisse de l’organisation à laquelle appartenait Haas, a décidé de tuer des enfants-robots. Il se lance donc sur la piste de ce monstre. Comme nous l’avions vu lors du précédent épisode, Astro a été tué par Pluto. Uran, sa sœur robot, n’arrive pas à s’en remettre. Le professeur Tenma non plus, car bien plus qu’un robot, il avait créé Astro pour compenser une perte incommensurable. Peut-être retrouvera-t-il la foi dans ses capacités et fera-t-il le nécessaire pour comprendre comment tout cela a pu se produire ?

C’est au tour d’Hercule d’affronter Pluto pendant qu’Epsilon va essayer de capter un maximum d’informations durant le combat. Pendant ce temps, la cour pénale juge Darius XIV l’ancien dirigeant de la Perse qu’on accuse d’être à l’origine de la guerre. Il va nous dévoiler une tout autre facette et peut-être les torts ne sont pas tous là où l’on a cru qu’ils étaient.

L’histoire est toujours aussi palpitante, même si ce volume est un peu en perte de vitesse sur le plan de l’action. Il faut bien camper la suite de l’histoire et reprendre un peu son souffle. Naoki Urasawa et Takashi Nagasaki nous ont habitués à cela dans leurs séries précédentes qu’on peut juger inégales entre chaque volume, mais qui relève du nécessaire soin à apporter dans la construction d’un récit. Ces auteurs se démarquent ainsi de la plupart des autres mangakas qui remplissent le quota d’action et de suspense dans chaque volume, parfois au détriment de l’histoire. Le bonus en fin de volume est une analyse d’un universitaire japonais qui est aussi critique de manga et qui fait des rapprochements entre les choix de Naoki Urasawa et ceux qu’aurait pu faire Osamu Tezuka qu’on découvre plus polémique dans ses relations avec les autres mangakas et avec sa propre œuvre.

Pluto 5
Naoki Urasawa et Osamu Tezuka
Traduction par Thibaud Desbief
Editions Kana
Collection Big Kana
2010

7,45 €

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *