Deux années se sont écoulées depuis la parution de Ravages et nous découvrons en ce mois de septembre 2012 le premier volume de cette troisième mission toujours sous la forme d’un dyptique et intitulé Justice. Nous avions laissé l’agent Caleb Swany entre la vie et la mort après son héroïque combat contre la créature extraterrestre qui menaçait la Terre. La couverture nous présente pour la première fois l’agent sandjarr Mézoké Izzua sans son coéquipier, ce qui aurait tendance à nous faire craindre le pire. On la voit cependant en fort mauvaise posture, car visiblement accrochée de façon bien précaire au-dessus du vide. La quatrième de couverture n’a également pas de quoi nous rassurer quant au devenir de notre binôme préféré, voire de l’ODI dans son intégralité :

Un commando terroriste est en route pour la station Orbital. Tout va alors changer. Irrémédiablement.
Pour Mézoké la Sandjarr, accusée de trahison par ceux-là même qui lui avaient donné ses ordres de mission.
Pour Caleb l’humain, dont le dernier combat l’a laissé entre la vie et la mort. Pour la Confédération, dont le fragile équilibre diplomatique vacille…
La paix a-t-elle encore un sens quand chacun réclame justice ?

Les accusations à l’encontre de Mézoké sont graves. En effet, on pense qu’elle a dissimulé aux délégations venues pour les cérémonies de paix quel danger les menaçait. Mais bien sûr, il s’agit d’un prétexte pour remplacer Evona Toot et ainsi prendre le pouvoir à la tête de l’ODI et déclarer la guerre à la Terre. Nous avons déjà vu dans les épisodes précédents que nombre d’espèces se défient des humains, leur rêve d’éradication va peut-être se réaliser.

Pendant ce temps, des terroristes sèment la mort et ont un plan diabolique en marche. A leur tête, il y a quelqu’un qu’on ne s’attendait pas à trouver. Action coordonnée ou hasard qui va faciliter les manœuvres politiques, il nous faudra attendre le prochain volume pour le savoir. Mais nos héros ne sont pas près de se rendre, aussi mal en point ou traqués qu’ils soient.

D’album en album, cette série se bonifie. On pourra regretter que le délai entre chaque parution soit si long, mais c’est le prix de ce travail remarquable. Le scénario de Sylvain Runberg ne laisse pas de côté les volumes précédents et leur accorde une place particulière dans cette nouvelle mission. Il réussit une fois de plus à nous proposer une situation qui semble inextricable et va rendre l’attente de la suite intitulée Résistance absolument intolérable. Ce volume est aussi celui de la qualité graphique. Nous avons des planches sublimes de Serge Pellé comme je les aime, c’est-à-dire dédiées à l’action sans surcharge et sans bulles. Nous suivons Mézoké dans de superbes environnements. Les détails et notamment les traits des différentes races extraterrestres ont été travaillés avec minutie à l’instar de Caleb pour lequel la souffrance qu’il porte est parfaitement restituée. Je pense que nous avons là l’album de la maturité pour cette série Orbital et qu’il sera difficile de faire mieux, mais je ne doute pas que les talentueux auteurs prennent ce challenge comme un moyen d’aller toujours plus loin pour parfaire leur art et enchanter leur lectorat. Une série en passe de devenir culte.

Justice – Orbital T5
Scénario : Sylvain Runberg
Dessin et couleurs : Serge Pellé
Editions Dupuis
Collection Dupuis “Grand public”
2012

14,50 €