Cheval de foudre – Aurélie Wellenstein, Béatrice Penco Sechi

Une jolie histoire, qui met à l’honneur l’éthologie et le respect du cheval.

Capturée à Rome, Thalie est précipitée dans le monde des courses du Déluge.

Cette dangereuse compétition contraint des esclaves à chevaucher des fulgurs, chevaux de foudre imprévisibles qui peuvent tuer leur cavalier d’un éclair. Et sur la piste électrifiée, la moindre chute est mortelle.

Prisonnière de l’Écurie Rouges, Thalie serre les dents et obéit aux ordres, mais les fulgurs sont aussi maltraités que les esclaves, et dans la tête de la jeune fille, la révolte gronde. Aidée par Ira, un étalon indomptable, et Marcus, cavalier prodige, Thalie va se battre pour tenter de renverser ce système brutal.

Tirée d’un roman d’A. Wellenstein, cette bande dessinée avait de grandes chances de me plaire ! N’ayant cependant pas lu le roman en question, je ne me prononcerai pas sur la qualité de l’adaptation. Cela ne m’a pas empêché de dévorer Cheval de foudre !


Une thématique forte et récurrente

L’animalité est une thématique transverse à l’œuvre de Wellenstein, et c’est l’une des raisons pour lesquelles j’apprécie autant ses romans. Elle y explore notre rapport à l’animal avec beaucoup de justesse et d’émotions, sans y oublier pour autant l’éthologie propre à chaque espèce.

Cheval de foudre s’inscrit dans cette même veine. Ici, c’est le rapport à l’équitation qui est questionné : les maltraitances réelles que subissent les chevaux montés sont ici reprises et transposées à cet univers de fantasy. On y dénonce cette violence banalisée, mais à travers le scénario se dessine également une autre perspective : celle du respect et de la tolérance mutuelle, dans laquelle la liberté irait de pair avec l’alchimie du cheval et du cavalier.

Des personnages forts dans un décor séduisant

Le récit s’inscrit dans un décor antique séduisant, celui d’une Rome parallèle. Les courses de chevaux remplacent les courses de char, dans un univers où la puissance des équidés se manifeste par le biais de la foudre. Héroïne forte et déterminée, Thalie s’insurge dès le départ contre le traitement cruel infligé aux montures. Elle impose avec patience une méthode moquée de tous mais bien plus respectueuse, basée sur le lien fort qui peut s’établir entre deux êtres.

De très belles planches 

L’ensemble est joliment illustré par B. Peco Sechi. Le décor romain est très réussi, et nous immerge au centre de l’arène. Les couleurs vives, les contrastes et le trait acéré transmettent parfaitement les lignes des chevaux, et les sensations de vitesse qui s’en dégagent lors des courses.

Cheval de foudre m’a donc séduite !

Titre : Cheval de foudre
Série :
N° du tome :
Auteur(s) : Aurélie Wellenstein
Illustrateur(s) : Béatrice Penco Sechi
Traducteur(s) :
Format : Album de BD
Editeur : Drakoo
Collection :
Année de parution : 2024
Nombre de pages : 64
Type d'ouvrage : BD/Comics/Manga

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *