Premier retour aux concerts après plus de deux ans, pour la date parisienne des irlandais de Primordial. J’affectionne particulièrement ce groupe, entre autres pour leurs prestations scéniques. Ils sont cette fois accompagnés de Swallow The Sun et de Rome. Une date sombre organisée par Garmonbozia qui va envoyer du très très lourd.

Le concert commence tôt, car Swallow The Sun et Primordial ont des sets assez longs. C’est à Rome que revient la tâche d’ouvrir la soirée. La salle se remplit peu à peu alors que le binôme monte sur scène. Je ne suis pas forcément très fan de la musique de Rome mais il faut leur reconnaître quelque chose : ils savent ce qu’ils font. Leur son est propre, le set est très bien exécuté et les amateurs sont ravis. Ce n’est pas la folie dans le pit mais de toute façon leurs compositions ne s’y prêtent pas. Le groupe a clairement le temps de développer leur ambiance, leur musique, sur un set de près de quarante-cinq minutes. Une entrée en matière plutôt douce qui fonctionne bien.

 

Ça y est, je suis bien chaud, le doigt est sur le déclencheur au moment où Swallow The Sun passe sur scène.  Les finlandais proposent un doom metal prenant, presque poisseux, et immersif. La qualité technique est très clairement présente de la première à la dernière note et le public, beaucoup plus nombreux, est subjugué. La voix de Mikko Kotamäki passe extrêmement bien dans les oreilles et les deux guitaristes s’en donnent également à cœur joie avec des riffs de qualité. Seul défaut : les lumières et la fumée viennent empêcher de voir le set de manière précise, mais le Black et le Doom sont experts en la matière. Swallow The Sun va passer une heure quinze sur scène, égrenant autant les nouveaux titres que les plus célèbres de leur extensive discographie.

 

C’est au tour des irlandais de venir nous proposer leur musique. Primordial c’est un son lourd, organique, prenant. Allan Averill nous conte ses histoires d’une voix rauque, presque sépulcrale avec un talent incroyable. Dès la seconde chanson se déclenche le premier pogo de la soirée et la fosse est en ébullition. Primordial va nous en mettre plein les oreilles pour notre plus grand plaisir pendant plus d’une heure. Le groupe ne ménage pas ses efforts pour faire vivre au public la meilleure expérience possible. Le son est bon, le jeu de scène est impeccable, il n’y a rien à redire.

 

Ce retour aux concerts fait un bien fou ! Une date comme je les aime, avec de la noirceur, du rythme, des paroles prenantes et une ambiance de folie. Une fois de plus Garmonbozia démontre qu’il valait mieux ne pas les oublier pendant deux ans car ils sont de retour en force avec des dates franchement exceptionnelles.

Thomas Riquet

Thomas Riquet

Passionné de cultures alternatives, Thomas dirige eMaginarock depuis 2008. Editeur, photographe, anthologiste, graphiste... ses casquettes ont été nombreuses dans sa vie, un peu comme un chapelier fou, mais avec toujours une ligne directrice qui s'est dégagée : faire découvrir les univers qu'il aime aux autres.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.