Un roman fantastique haletant !

Lors d’une mission de l’Otan dans le Nord du Kosovo, le lieutenant Jasmine Pascal-Anderson est grièvement blessée. Son cœur s’arrête pendant près de quarante secondes avant que les médecins ne parviennent à la réanimer. À son réveil, elle est persuadée d’avoir vu l’antichambre de la mort – une étrange ville portuaire évoquant la Chine ancestrale. Un monde sans foi ni loi sur lequel un gang fait régner la terreur pour s’emparer des “visas” des nouveaux arrivants, seuls viatiques permettant d’espérer un retour à la vie.

Des années plus tard, quand son fils de cinq ans doit subir une opération délicate nécessitant un arrêt cardiaque, Jasmine sait que le petit garçon n’en réchappera pas s’il se rend tout seul dans l’au-delà. Une solution radicale s’impose : provoquer chez elle un coma artificiel et l’accompagner de l’autre côté.

En voilà un roman fantastique comme je les aime ! Poétique et cruel, explorant ces thématiques mystérieuses qui, aujourd’hui encore, fascinent l’être humain… J’ai adoré me plonger dans cette histoire palpitante, à la frontière entre la vie et la mort.

La première partie du roman propose un traitement très fantastique. Le monde des morts est évoqué comme un souvenir vague, dont on ne sait vraiment s’il relève de la mémoire ou du rêve. L’hermétisme des proches de Jasmine, ses séjours en hôpital psychiatrique : tout nous fait douter de la véracité de son histoire.

C’est dans la seconde partie du livre que le scénario bascule vraiment. Alors que Dante doit se faire opérer du cœur, Jasmine se jette à corps perdu dans le royaume des morts. S’en suit un récit certes moins surnaturel mais tout aussi palpitant.

Dans ses premières descriptions, l’autre monde est gris et terne, il s’effiloche avec la vie qui reprend. Ses ruelles inexplorées, ses habitants las le rendent impalpable et irréel. Mais plus Jasmine s’y ancre, plus cet univers devient tangible. Il dévoile sa palette de violence, d’humanité, ses bâtiments millénaires, son fonctionnement archaïque. Et au fil des pages, c’est la vie qui s’éloigne au bout du tunnel, happés que nous sommes par les ressorts de cette course contre la mort et le temps.

Le style très détaillé de l’auteur rendra peut-être un peu difficile l’identification aux personnages. La plume est factuelle, même les émotions y sont décrites avec cette neutralité propre aux ouvrages du nord. Le combat incessant de cette mère pour son fils a cependant su trouvé écho en moi dans son acharnement. L’amour filial est ici omniprésent, il imprègne chacune des pages, et à défaut de me reconnaître dans l’héroïne, j’ai totalement adhéré à la puissance de sa lutte.

L’ensemble est raconté avec un talent incontestable pour le suspense. Dans le monde des morts, la course ne s’arrête jamais. Les rebondissements sont nombreux, et tiennent le lecteur en haleine. Malgré quelques incohérences (le va et vient entre les deux mondes finit par sembler un peu facile), j’ai été totalement happée par le scénario de cette fabuleuse histoire.

Playground est donc une excellente lecture, que je recommande à tous les amateurs de fantastique et de suspense !

NokomisM

NokomisM

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.