Sermon – Une Misère

Premier album des Islandais de Une Misère, Sermon, propose à l’auditeur un black mélodique teinté de la rugosité du hardcore. Nouveauté donc, que j’ai été curieux de découvrir, ne serait-ce que pour le nom français du groupe. Et j’ai franchement été surpris et je vous invite à ma suite sur leurs traces musicales !

Sin & Guilt ouvre l’album de manière proprement magistrale : une introduction grandiose, puis on change de rythme pour quelque chose de plus brutal, plus intense. On pourrait se dire que le mélange fonctionnerait difficilement, mais en fait il n’en est rien et l’auditeur va en prendre plein les oreilles de bout en bout. Sermon qui vient ensuite reprend le même principe avec cette introduction très black, oppressante, avant que les chevaux ne soient lâchés, que le rythme augmente, et que l’on headbang joyeusement au rythme du son du groupe. Deux chansons et personnellement j’ai été clairement conquis. Overlooked/Disregarded et Burdened/Suffering empruntent leurs introductions pratiquement à du prog tant les guitares se font aériennes. Puis le chant de Jón Már Ásbjörnsson arrive ensuite dans nos oreilles avec toute sa puissance brute. Deux autres grands moments de plaisir musical que je n’ai clairement pas boudé. Fallen Eyes est ma chanson préférée, avec cette intro de guitare seule, mélancolique et étrange. Puis on ressent l’émotion dans la voix du chanteur notamment sur un refrain que je trouve de toute beauté. Beaten se fait plus enlevé au niveau du rythme, quittant partiellement l’aspect torturé des chansons précédentes.

Grave est une petite piste très rapide, du pur hardcore comme on aime, d’une trentaine de secondes qui fait un peu office d’OVNI au coeur de cet album. Failures est également très court comme morceau, mais on retrouve cet aspect mélodique emprunté au black. Mais c’est avec Damages que l’on revient au plus pur univers du groupe : sombre, brutal et pourtant mélodique. Offering propose quelque chose d’assez aérien, avant de nous faire replonger dans la brutalité de la composante hardcore de la musique du groupe avec Spiral. Là on se retrouve avec une chanson purement et simplement puissante, intense et prenante, les mélodies n’en restant pas moins intéressantes. Voiceless conclue l’album de belle manière en condensant en un poil plus de cinq minutes l’ensemble de ce que le groupe est capable de faire : batterie surpuissante, guitares affutées et chant rageur.

Ce premier album de Une Misère les envoie directement sur le devant de la scène à la vitesse d’un TGV. Composé avec métier, exécuté et mixé avec talent, cet album n’a strictement rien à envier aux plus grands du genre. Si vous aimez découvrir des groupes, alors ce Sermon devrait vous convaincre de passer par leur église !

Sermon
Une Misère
Nuclear Blast
2019

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *