Accueil / Musique / Métal / Entretien avec Anna, chanteuse de Lynn
Bannière Institut de la Musique

Entretien avec Anna, chanteuse de Lynn

Lynn est un groupe français qui vient de sortir son premier album, Saint. Après les avoir découverts au Klub et au MusikO Eye Fest, et avoir été touché par leur musique, je me suis fendu d’une petit chronique mais aussi de cette interview, avec Anna, chanteuse du groupe. Un entretien autour de la folie, des sorcières de Salem et bien plus encore…

Bonjour, et merci de répondre à ces quelques questions. Pourrais-tu tout d’abord te présenter et nous expliquer ce que tu fais dans Lynn ?

Salut, moi c’est Anna, je suis chanteuse au sein du groupe Lynn. J’écris les textes et l’univers qui tournent autour de ce projet, et les garçons y apportent la musique. Nous sommes une unité.

Comment, et pourquoi, en es-tu venue à la musique ?

Alors… petite je n’étais pas insensible à la musique, et surtout à la voix. J’ai reçu mes premiers vrais frissons sur  The Show Must Go On de Queen,  qui reste aujourd’hui la seule chanson qui arrive à me faire monter les larmes, tellement ce qui passe par la musique et la voix  est dingue. A partir de là dès qu’une musique me transmettait quelque chose, elle avait toute mon attention… Cela allait de la musique de films à Pavarotti, Joe Cocker, Nirvana, le Requiem de Mozart… bref tout y passait, peu importait le style. Bref, j’aime la musique et j’y suis sensible.

Apres passage à l’adolescence, premier concert de Metal de ma vie : Marilyn Manson à Bercy. J’écoutais Nirvana, Joan Jett, Deftones, Korn et j’en passe… J’aimais le Rock, son univers marginal et en colère et je voulais faire pareil, je voulais lâcher la même chose… Être ce « quelqu’un d’autre » qui me ronge de l’intérieur et le faire s’exprimer, celui que tes proches ne connaissent pas et que tu veux assumer. Bref j’ai commencé d’abord seule chez moi, et je vous laisse imaginer l’ado goth des années 90/2000… Puis j’ai répondu à une annonce pour un groupe de métal au lycée et j’ai commencé comme ça. Je n’ai jamais quitté cette passion pour la musique.

Pourquoi ce nom pour le groupe ? Et comment s’est-il fondé ?

Je ne faisais plus de musiques depuis 2 ans faciles, j’ai quitté Chambéry et toute la vie que j’avais là-bas pour raison personnelle. Et j’avais vraiment lâché la musique. En 2015, arrivée a Paris, j’ai rencontré mon binôme de vie et il m’a redonne l’envie de recommencer (niaiserie absolue assumée, mais c’est la vérité 😂)… J’ai donc rencontré pleins de gens, puis farfouillé les réseaux, puis je suis tomber sur trois supers musiciens : Guillaume, Ray et Dimitri. Ils avaient un groupe nommé TOLD et la chanteuse était partie. On s’est donc rencontrés, pour un « test » répète sur lequel je n’étais pas à mon aise, j’avais surtout zéro confiance en moi… Puis après un partage entre nous, on a quand même tenté quelque chose, petit à petit les choses ont évoluées, et nous avons fait naître Lynn.

Lynn, c’est le nom d’une ville aux États-Unis, juste à côté de Salem, et comme j’ai engagé mes textes sur les récits d’une « sorcière », on a choisi ce nom. Il reste joli et mystérieux, tout comme l’histoire des sorcières de Salem. J’y reviendrais…

Saint est le premier album du groupe. Comment s’est passé le travail dessus ? Qui a écrit les paroles, qui a composé… ?

Nous avons travaillé dur. (rires) Nous avons créé un calendrier avec nos disponibilités pour sa composition, Guillaume a composé tous les morceaux et, en fonction de ce qu’il me faisait écouter, j’écrivais ce qu’ils m’inspiraient. On se retrouvait chaque semaine pour jouer, discuter, enregistrer les lignes de chant, les idées pour la basse et la batterie se sont joint ensuite. Notre rythme de croisière s’est retrouvé plus intense lorsque MusikÖeye a souhaité collaborer avec nous. Ils nous ont offert une sublime opportunité, et on ne cessera de les remercier pour ca,  donc a partir de là, on a retravaillé notre calendrier et mis les bouchées doubles pour remplir notre « contrat ».

Un univers fantastique se dégage clairement de cet album. Quelles sont les thématiques que tu as souhaité développer derrière ces chansons ?

Alors, voilà pourquoi je disais que j’allais y revenir… j’ai lu et me suis toujours intéressée aux histoires fantastiques et leurs points de vue scientifiques. Dans pleins d’histoires étranges il y a des explications scientifiques, et notamment dans celle que l’on a choisie, avec les sorcières de Salem. A l’époque où les communautés religieuses avaient les pleins pouvoirs, les gens fous  étaient considérés comme diaboliques et devait être éliminés… C’était le cas de ces « sorcières » il n’y avait surement rien de mystique, mais simplement de la folie. Je raccourcis sinon je fais une dissertation. (rires)

Donc pour Lynn, j’ai voulu par ces textes, raconter les récits d’une femme seule, que l’on peut qualifier de « folle sorcière », une femme qui a été  rejetée, malmenée, torturée, manipulée… Elle est dans le monde qu’elle s’est créé, son cerveau est transpercé de sentiments violents, incontrôlables, hypersensibilité, bref il n’y a plus rien de rationnel chez elle. Et pour être impliqué j’utilise ma propre sensibilité.

Quelle est ta chanson préférée de l’album, et pourquoi ?

Saint. La  composition de Guillaume est merveilleuse. Un coté rythmé et une mélodie douce, tellement sensible et prenante, un temps de folie où l’on distingue la colère… Je me souviens très bien du jour où j’ai tenté mes premières lignes de chants, j’arrivais aux larmes en chantant du yaourt, c’est pour dire ! (rires) Je savais ce que je voulais raconter et j’avais beaucoup a dire. J’ai une haine féroce pour la manipulation à des fins perverses et, dans Saint, ma petite sorcières complètement folle raconte à cause de qui elle en est là, et dans son monde, comment elle se voit l’éliminer… J’ai des millions de sujets qui m’ont inspiré ce texte, et certains récits des sorcières de Salem traitent d’inceste. Le reste des morceaux sont des récits de ce qu’une jeune fille torturée est devenue…

Point de vue clips, qu’est-ce que Lynn a de prévu ou de déjà sorti ?

Nous avons sortie Saint en mars dernier afin de présenter l’album et commencer notre histoire. Nous l’avons tourné a Bordeaux avec une équipe de passionnés, Leobe Studio . C’était leur premier clip, tout comme pour nous d’ailleurs et c’était une super expérience. Il est certain que l’on continuera de travailler avec eux.

Vous vous retrouvez toutes les quatre sur une île déserte, sans nourriture. Qui est-ce que vous mangez en premier ?

Ils ne sont pas là pour répondre mais, même si c’est une souffrance de les voir souffrir, je négocie pour que chacun partage, je commence par leur offrir mon bras. Pour quatre ça va, je suis dodue donc ça le fait ! (rires) Et le lendemain au tour du bras d’un autre. Question de partage et d’unités, et puis le dernier debout a gagné (rires) Sinon pour éviter ça j’envoie Ray et Dim à la pêche, apparemment ils aiment bien ça. (rires)

Si tu devais refaire quelque chose sur cet album, ça serait quoi ?

Eh bien mon chant, éternelle insatisfaite, j’ai encore du taff… J’aimerais travailler des choses, c’est mon projet : la hauteur, le souffle… Je vais continuer à travailler pour le prochain album.

Quelles sont les prochaines dates, si je veux voir, ou revoir, Lynn sur scène ?

Nous sommes en quête pour les trouver, mais sinon nous jouons le 3 mai à Seurre, en Bourgogne, et le 4 mai a  Chambéry au BDZ, pour ces 2 dates, nous serons en compagnie de Volker, et ensuite ce sera le 31 mai a Troyes où nous ouvrons pour Fallcie et Except One. Et on espère pleins d’autres dates !

A partir de là, quels sont les prochains projets du groupe ? Déjà en train de composer une suite, ou à tout le moins de l’imaginer ?

On commence à parler du prochain, en espérant déjà que le premier nous aide a l’atteindre, on y travaille. Nous sommes tous  super bien entourés,  et je sais déjà pour ma part que je n’ai pas envie de lâcher.

Merci beaucoup pour tes réponses, et à bientôt au détour d’un verre ou d’une scène !

Avec plaisir,  je suis une vraie pipelette …. Merci a toi pour le soutien !

Eldricht Tales

A propos de Thomas Riquet

Passionné de littératures de l'imaginaire il cherche à faire partager sa passion au plus grand nombre à travers ses chroniques et le site. Depuis 2011 il est également anthologiste et directeur de la collection Reflets d'Ailleurs (Fantasy) des Editions Asgard, sous son vrai nom. Ce faisant il assure également la direction littéraire d'anthologie lorsque tous ses boulots lui en laissent le temps, ce qui arrive trop rarement à son goût..

Lisez aussi

Le Bal des Enragés – La Cigale – 04/05/2019

Tagada Jones – La Cigale – 04/05/2019

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *