Les Questions Dangereuses – Lionel Davoust

 

1637 : Qui a assassiné le docteur Lacanne, en plein château de Déversailles ? Pour connaître la réponse à cette question, le mancequetaire Thésard de la Meulière, son libram à la main, est prêt à résoudre les énigmes les plus perfides… jusqu’aux confins de l’indicible.

La novella de Lionel Davoust Les Questions Dangereuses, initialement publiée en 2011 dans l’anthologie Dimension de capes et d’esprit vol. 2 aux éditions Rivière Blanche, nous fait ici l’honneur de paraître dans la collection Hélios chez ActuSF, assortie d’un long entretien entre l’auteur et Nicolas Barret. L’honneur, le plaisir, la joie, je manque de qualificatifs pour cette véritable découverte aux yeux (et au cerveau) de ceux qui, comme moi, sont passés à côté de la publication originelle. Comme le disait l’auteur dans le post de son blog annonçant la parution de cet ouvrage, « c’est une idée vraiment trop stupide pour que je ne l’écrive pas », et j’aimerais rajouter que c’est une idée vraiment trop intéressante pour passer à côté en tant que lecteur.

Mais quelle est cette idée ? Je ne puis me hasarder à vous le révéler sans vous gâcher le plaisir de la découverte, cependant je suis à même de vous attester qu’ici, Lionel Davoust invente un univers fort proche du nôtre, si ce n’est par un léger détail : l’on ne combat pas l’épée mais le libram à la main (et à tous ceux qui voient leur érudit ou invocateur de Final Fantasy XIV sortir leur livre de sorts au début d’un affrontement, ou encore les héros de Black Clover combattant jusqu’à la mort le livre à la main, sachez que ce n’est pas vraiiiiment ça du tout).

À partir de là, l’auteur joue à merveille avec le langage. Le rythme est très enlevé et il ne se contente pas de se reposer sur son idée mais creuse les implications d’un monde façonné d’une telle manière tout en écornant avec humour un certain nombre de figures historiques. Ce texte court, drôle, admirablement écrit et fourmillant de références sans être amputé d’une profondeur de réflexion est d’une grande densité et je pense qu’on peut y voir pas mal de choses, suivant sa sensibilité de lecteur et son propre parcours. C’est brillant, amusant, subtil et maîtrisé, l’histoire contée se termine à point nommé mais l’univers reste suffisamment riche pour que l’on ait envie d’y replonger : une suite ne serait pas de trop, il y a de la matière !

Pour ne rien gâcher, ce livre est complété par un long entretien entre l’auteur et Nicolas Barret, entretien durant lequel ils reviennent sur la novella et son univers mais aussi sur l’écriture en tant que telle, sur la vie de lecteur de Lionel Davoust et sur le rapport qu’il entretient avec certaines des (nombreuses) références disséminées dans le texte. Les questions de Nicolas Barret sont pertinentes, les réponses fouillées et intéressantes et l’on perçoit assez aisément la complicité entre auteur et Questionneur ; complicité qui permet un large emploi de l’humour mais également l’approfondissement de certaines questions. Ça va assez loin et c’est intelligent.

Et puis… (appel du pied pas du tout discret à l’auteur), Nicolas Barret soumet des idées de suite plutôt intéressantes… Et le lecteur assoiffé peut assez facilement désirer vivre de nouvelles aventures en compagnie de Thésard de la Meulière. Ou comment réinventer le roman-feuilleton avec intelligence ? Mais cela reste bien entendu à la discrétion de l’auteur et, si toutefois il venait à se replonger dans cet univers, nul doute qu’il nous surprendrait une fois de plus.

Je vous laisse avec les premières pages…

Les Questions Dangereuses
Lionel Davoust
Couverture illustrée par AMMO
Éditions ActuSF
2019

 

One thought on “Les Questions Dangereuses – Lionel Davoust

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *