Le livre jaune – Michael Roch

29

Michael Roch a connu un beau succès avec son très remarqué Moi, Peter Pan. Avec Le livre jaune, il revient chez Mü Éditions pour nous conter une histoire d’amour tourmentée dans un monde littéraire à part entière, celui du Roi en jaune. C’est tellement vrai qu’à ma grande honte j’ai enchaîné par la lecture de l’œuvre de Robert W. Chambers qui attendait depuis trop d’années dans ma pile à lire.

Nous suivons un pirate, dont vous découvrirez par vous-même l’identité, dans un monde qu’il ne connaît pas. Est-il mort ? A-t-il accosté à quelque rivage non encore cartographié ? Toujours est-il qu’il part à l’aventure et rencontre des personnages qui relèvent des mythes anciens pour arriver à la cour du roi en jaune.

Ce qu’on aurait pu prendre pour une visite des cercles de l’enfer du divin Dante s’avère être une plongée dans le monde du roi en jaune. Et quelle est donc la cause de cette étrange perdition ? L’amour, le vrai. L’amour qui rend aveugle ou fou. Celui qui vous ronge et finalement vous anéantit totalement.

Cet amour, c’est celui d’Ananova. Le pirate en est tombé amoureux et n’arrive plus à vivre sans elle. Le roi en jaune est aussi passé par cette épreuve et va guider le pirate vers une saine résilience. Ananova est – j’avoue avoir regardé sur internet – la première présentatrice virtuelle de news. Il est amusant de lier un objet de la modernité à une histoire reposant sur des bases d’un grand classicisme.

Si le terme de résilience est mis en avant, c’est bien parce qu’il y a un réel traumatisme dans cet amour défunt. En effet, Ananova quitte ses amants avec ces mots « Je ne t’aime plus, et je ne sais pas pourquoi ». C’est d’une violence sourde, d’une incompréhensible simplicité. Là réside le traumatisme fondateur de la chute du pirate et d’autres avant lui.

Alors avec une langue érudite et poétique, des références multiples et un univers qui vous engloutit tout entier, Michael Roch redéfinit l’amour dans une œuvre unique et captivante. Le livre jaune ne serait-il pas celui que décrit Chambers dans son œuvre, et la folie qui naît de la lecture du second, n’a-t-il pas l’amour pour cause comme dans le premier ? Une mise en abyme d’une œuvre qui nous permet une lecture aussi délicieuse que vertigineuse.

Le livre jaune
Michael Roch
Couverture illustrée par Jean-Emmanuel Aubert
Mü Editions
Collection Le labo de Mü
2019

15,00 €

Chris

Chris

Chris a toujours apprécié les littératures de l’imaginaire, mais il lit également d’autres genres pour son plus grand plaisir. Il préfère le terme de critique à celui de chronique qui lui semble toujours trop consensuel. Non qu’il dise systématiquement du mal des auteurs, mais quand il tient une bonne daube ou une resucée maladroite alors il laisse la plume glisser dans de bien sombres humeurs. Comme tout lecteur passionné – ça lui arrive parfois – il n’aime rien tant que de devenir festivalier et d’aller à la rencontre des auteurs. Chris participe de temps à autre à des appels à texte et s’intéresse depuis peu à la photographie, histoire d’apprendre à cerner l’essentiel d’une situation comme d’un lieu. Enfin, il aime plus que tout le transgenre et espère avec une certaine impatience pouvoir être à l’origine de la découverte d’un auteur qui aurait l’audace d’écrire un roman policier avec des sorcières, des mutants et bien entendu quelques créatures extraterrestres aux mœurs exotiques, à défaut d’être douteuses.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *