Héros de Terrinoth – Fantasy Flight Games France

Terrinoth, c’est l’univers dans lequel se déroulent les jeux d’Heroic Fantasy de FFG (dont Descent et sa V2, qui est un des meilleurs Dungeon Crawling auquel j’ai eu la chance de pouvoir jouer). Ici, donc, on retrouve ce même univers, toujours dans un jeu coop (c’est bien la coop), mais cette fois-ci, on change de mécaniques, parce que c’est un jeu de cartes auquel on a affaire.

Les joueurs (de 1 à 4, même si c’est mieux plus on est, il ne faut pas se leurrer), vont devoir accomplir différentes quêtes (8 sont proposées dans la boîte, de difficultés croissantes) afin de terrasser le mal qui ronge différentes régions de Terrinoth.

Les habitués de l’univers de FFG ne seront pas dépaysés par les différents héros proposés, parce qu’on retrouve les même que dans les autres jeux de la gamme (idée que je trouve particulièrement intéressante – et qu’on retrouve aussi dans l’univers d’Arkham du même FFG, parce que cela joue sur l’immersion et cette impression de s’en retourner en terrain connu).

Les héros appartiennent au 4 archétypes classiques (le tank, le healer, le dps distance – magicien, et le dps distance type voleur/ranger). Du classique, donc ! Mais le classique, quelquefois, ça a du bon, et ça ne sert à rien d’aller chercher midi à quatorze heures 🙂

Simple, mais efficace !

Avric est un personnage récurrent de Terrinoth qu’on retrouve donc ici (et il est plutôt fort, comme soigneur).

Chaque héros possède un set de cartes qui lui est propre. Ces cartes symbolisent les actions réalisables au cours du tour : attaquer, soutenir, explorer et se reposer. Évidemment, en fonction de l’archétype choisi, ces même actions auront des conséquences différentes (adaptées à la classe du personnage, en gros). À chaque tour donc, chaque joueur va effectuer une de ces 4 actions avant de passer la main au joueur suivant.

Puis va venir le tour des monstres, qui vont agir séparément, et différemment, en fonction de leurs capacités. Ces derniers disposent d’une sorte d’IA qu’il suffit de suivre pour résoudre leurs actions. Les actions se résolvent à coup de dés spéciaux et permettent d’obtenir les résultats des différentes actions entreprises.

Voilà donc un système plutôt simple qui garantit un jeu accessible au plus grand nombre (je ne répète assez souvent, en effet, mais nous tentons au maximum de jouer avec nos enfants, et là, encore une fois, même le plus jeune a compris tout de suite).

Mais qui dit simple ne dit pas forcément simpliste – et c’est tant mieux !

Oui, par ce que je jeu ne s’arrête pas là.  En effet, chaque quête dispose d’une feuille spécifique à laquelle il faut se référer pour la préparation. On va  y trouver les types de monstres et leurs difficultés respectives, les lieux à explorer et le type d’événements auxquels les joueurs vont se retrouver confrontés lors de leurs explorations. Sachant que chaque quête est – forcément – unique, on peut donc s’attendre à des challenges radicalement différents.

Mais ce n’est pas tout : il ne faut pas oublier les phases de péril, en fin de tour, où, en fonction de la quête entreprise, les galères risquent de déferler sur le coin de la tête des aventuriers s’ils n’ont pas fait en sorte de contrer ces événements.

Rajoutons à cela l’évolution des personnages :

En effet, chaque archétype va, au, au fil de la partie, pouvoir évoluer vers 2 sous-classes plus puissantes : mais l’accès à l’une bloque l’accès aux compétences de l’autre. Donc le choix va être cornélien. Mais une chose est certaine : l’évolution des personnages est conséquente et permet de faire face à la difficulté des fins de scénarios où, bien souvent, les monstres sont légion.

Enfin, signalons les dés spécifiques avec le système de résolution des actions et leurs résultats critiques, les points de Succès qui peuvent aider à faire pencher la balance de votre côté, le fait de pouvoir engager les monstres d’un de ses partenaires en difficulté pour lui donner un peu de répit, le système d’ombres, et j’en passe (oui, je vous laisse la surprise de certaines mécaniques !)

Sous ses aspects on ne peut plus classiques, Héros de Terrinoth se révèle être un jeu bien plus finaud qu’il n’y parait, où la coopération entre joueurs  s’avère indispensable si on veut espérer triompher des quêtes les plus ardues.

Nous sommes arrivés au bout des 2 première quêtes, les plus faciles, et la seconde a eu raison d’un de nos héros… Ça promet donc pour les quêtes les plus compliquées. Et c’est tant mieux !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *