Home / Livres / Fantasy / Le Dernier poète – Sîn T1 – Noureddine Séoudi

Le Dernier poète – Sîn T1 – Noureddine Séoudi

Imrou, Ransâ, Dalim et Selma sont des adolescents dont la vie s’écoule paisiblement avec leurs amis et tuteurs Felden et Siméon dans les forêts du Naharina. Mais l’arrivée d’une conque gravée de symboles étranges porteurs d’un mystère plus grand encore bouleverse leur quotidien. Les voilà partis pour un long périple qui leur fera traverser la moitié des Deux-Terres. Aidés par leurs amis, dont de vaillants Kinderi, Siméon et Felden défont nombre d’ennemis avant de parvenir à leur première étape, la cité magique de Kudram. C’est à partir de ce moment qu’ils se rendent compte que rien n’est plus pareil dans le monde et que le Dénébolar, la Poésie Maudite est plus forte que jamais alors que l’Arbre Originel, d’où découlent toutes les forêts des Deux-Terres, se meurt… Cela sera-t-il la fin du monde ? Ou simplement la fin d’une ère…

Sîn, le dernier poète est indéniablement un roman de qualité. Le monde oriental dans lequel se déroule l’histoire comporte de subtiles touches orientales, notamment dans les dialogues et dans la trame de fond font de cette histoire un véritable plaisir à lire.

Un petit bémol peut-être : le déséquilibre dans la longueur de certains chapitres, rien de grave cependant. C’est bien peu de chose face au contenu de ces chapitres. Les moments de tension s’alternent parfaitement avec des passages plus calmes qui permettent aux personnages de faire avancer l’intrigue et donnent au lecteur de précieuses informations sur leur histoire et sur leur sombre futur.

 Sîn, le dernier poète n’est pas uniquement un roman, la poésie est omniprésente car fondatrice du monde des hommes par le Créateur. Pour cela, l’auteur crée une langue, celle des étoiles. Le Njomalil est issu de langage universel et est la seule façon de combattre son pendant maléfique, le dénébolar dont le nom ne doit pas être prononcé à la légère sous peine de lui donner de la puissance.

Cette langue sacrée est composée de symboles donc chacun d’entre eux, en plus de représenter une lettre, est le schéma d’une constellation particulière. Il est possible de l’apprendre sur le site de l’auteur grâce à un tableau de conversion.

Dans le texte, les poèmes sont traduits par l’auteur pour une lecture plus aisée. Elles transportent le lecteur de la manière la plus efficace qui soit dans l’univers de Sîn. Comme dans la réalité, la poésie est pour moi l’un des plus gracieux moyens de faire passer une information.

 L’auteur propose dans Sîn, le dernier poète un univers aussi riche que vaste. Ce n’est pas uniquement un monde dessiné à la va-vite. Passionné d’histoire et féru de mythes pré-islamiques, Noureddine Séoudi nous propose quantité de personnages légendaires et de créatures fantastiques tout droit sortis de ces mythes.

Le bestiaire pas si inconnu que ça… Les héros côtoieront dragons, nains et d’autres ignobles créatures issues du Dénébolar. Le bestiaire très vaste donne envie de s’intéresser de plus près aux légendes orientales si peu connues dans nos contrées.

De plus, certaines créatures, comme le fameux Altaïr, n’est pas sans rappeler un fameux aigle ami d’un magicien nommé Gandalf. Cette référence m’a conforté dans mon appréciation de ce roman et qui me semble être un gage de qualité. Je ne dis pas que l’auteur s’est massivement inspiré des œuvres de Tolkien. Au contraire : les discrets clin-d’œil à des scènes peu connues de Bilbo le Hobbit sont pour moi un gage d’érudition littéraire mais aussi d’une grande diversité culturelle de l’auteur.

 Les personnages sont quant à eux uniques et l’épaisseur est évidente et travaillée : ils ont un passé clair et un caractère bien campé. Il en va de même pour les magiciens. Sîn, le dernier poète peut être par plusieurs aspects considéré comme un roman initiatique : le « plus » de cette histoire est que les enfants agissent sur leur avenir et possèdent une capacité de décision tout en découvrant leur passé et les légendes fondatrices de leurs peuples respectifs.

 Je vous invite à vous plonger dans univers fantasy orientale. Sîn, le dernier poète conserve les traits caractéristiques du genre tout en présentant un univers riche et varié tant dans l’histoire que dans ses intervenants.

 Sîn, le dernier poète Tome 1
Noureddine Séoudi
Editions Atria
Collection Les mondes d’Atria
22€

About Aranae

Je suis étudiante en édition, lettres moderne dans cette option l’an prochain. Je suis passionnée par la littérature depuis que je suis toute petite et des littératures de l’imaginaire grâce au Seigneur des Anneaux, lorsque j’avais 15 ans. Je tiens un blog que je tente d’alimenter le plus possible et écris des articles pour Jeux de rôle magazine. Je suis férue de jeux de rôles et suis GNiste.

Check Also

Silo – Hugh Howey

L’édition dont je vais vous entretenir est parue au Livre de Poche, mais une fois …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *