Home / Musique / Métal / In fine – Backtrack Lane

In fine – Backtrack Lane

 

Quelques années après Black Truth White Lies (sorti en 2013), le quartet parisien revient sur la route du Rock avec In Fine un nouvel EP de 6 titres dont je vous fais la présentation ci-dessous…

J’ai découvert Fifteen Minutes sur l’internet, le premier morceau du CD, et il me paraissait déjà pas trop mal. Electrique et énergique, du grand Backtrack Lane comme j’aime ! Curieuse que je suis, j’avais envie d’en savoir plus…

Du coup, on enchaine sur Underground, alliant riffs groovy et voix pêchue dans un style qui frôle le Brit’ Rock à la façon de The Answer, pour ne citer qu’eux. Un morceau dynamique et bien ficelé qui donne envie de taper du pied.

Au tour de Perfect Motion de me faire tourner la tête. Relativement rythmé, avec une ligne de chant s’alliant parfaitement à la composition du morceau. Que dire de plus ?

C’est la guitare qui fait la loi dans Breaking The Rules, avec ses riffs appuyés qui font presque toute la dynamique de ce titre énervé.

Le cinquième titre de l’EP est un peu différent de ses prédécesseurs mais reste toujours dans le même thème. En effet, Stray présente plutôt bien avec ses changements de rythmes cohérents et rythmées par une ligne de voix maitrisée, dont les chœurs se plaisent à y faire écho.

J’arrive, malheureusement, au dernier titre qui envoie des riffs bien lourds dès le début qui rappellent un peu cette légère influence Stoner que le groupe entretient depuis leur début. After The Rain est un morceau pluri-influences qui corresponds tout à fait à l’esprit du groupe, qui a su trouver la limite entre Rock et Metal, en imposant leurs riffs entrainants et ravageurs, toujours soutenu par des lignes de chant qui subliment l’ensemble des compositions.

En conclusion, foncez tête baissée sur cette nouvelle production pas piquée des hannetons !

 

 

BACKTRACK LANE
In Fine / EP
Dooweet Records
2017

 

About Izzy

C’est l’histoire d’une fille qui n’a pas toute sa tête et qui n’est pas toute seule dedans d’ailleurs… Passionnée d’arts graphiques et de littérature fantastique, issue de diverses formations artistiques et amoureuse de la musique depuis belle lurette, elle cherche à faire partager ses passions à travers des productions de concerts. C’est ainsi qu’en 2012 elle crée une association de production de concerts indépendante sur la capitale, Extrême Factory. En parallèle, elle est chroniqueuse pour différents webzines musicaux et commence ainsi une carrière de schizophrène mélomane.

Check Also

Wizard Bloody Wizard – Electric Wizard

  Trois ans après le LP Time to Die, Electric Wizard revient avec un nouvel …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *