Accueil / Interviews / Entretien avec le groupe Kamala

Entretien avec le groupe Kamala

C’est lors de leur dernier passage à Paris, en mai dernier que j’ai eu l’immense plaisir de croiser la route du trio brésilien Kamala. Ce soir là, ils jouaient avec Corrosive Elements. J’attendais avec impatience d’avoir quelques sons nouveaux à vous mettre sous la dent pour agrémenter cette interview et je ne suis pas déçue car ça bouge fort chez Kamala depuis quelques mois.
La sortie de leur dernier opus, Eyes of Creation en Février dernier, s’est ponctuée d’une belle tournée française durant laquelle leur merch’ a été dévalisé, il ne restait presque rien à leur arrivée à Paris. Nouveau line up, nouvel album et maintenant nouveau clip, voici l’entretien avec Isabela, Raphael et Allan.

Bonjour ! Je suis très heureuse de vous revoir, un grand merci à vous de prendre le temps de me rencontrer pour cet entretien. Pouvez-vous, vous présenter pour nos lecteurs qui ne vous connaissent pas encore?

Raphael : Je suis Raphael Olmos, chanteur et guitariste.
Isabela : Je suis Isabela Moraed, batteuse.
Allan : Je suis Allan Malavasi bassiste et lead vocal.

Pouvez-vous nous dire pourquoi vous avez choisi ce nom : Kamala?

Raphael : Il s’agit de la déesse hindoue de la sagesse. Nous aimons voyager à travers les éléments visuels et aussi en utilisant les sonorités. Nous empruntons beaucoup d’élément orientaux pour nos albums.

Effectivement, tous vos albums ont une pochette avec des éléments et influences orientaux et hindous.

Raphael : Oui, mais nous ne composons rien ayant attrait à l’hindouisme, il s’agit uniquement d’utiliser les visuels et les sons.
Allan : et aussi les messages positifs!

Vous avez sortis il y a quelques temps un nouvel album, Eyes of Creation. Pourquoi ce nom?

Allan : L’album est centré autour de l’alignement des chakras, du troisième oeil et tous ces trucs. L’album est donc basé sur les concepts de connaissance, sagesse et créativité. Pour la couverture on a mixé tout un tas de photos, des idées récentes et anciennes et on a un oeil, un reptile, un nom. Finalement le nom va bien.

Vous avez travaillé avec un artiste ou vous avez tout fait vous-mêmes?

Allan : Oui nous travaillons avec un ami qui vit au Brésil. Il s’appelle Felipe. Il nous a créé les artworks de Mantra et celui-ci. Les autres ont été fait par d’autres amis.

Quel est le message derrière Eyes of Creation? Pouvez-vous nous en dire plus?

Allan : Le message est assez transparent à partir du premier titre de l’album (Internal Peace). Nous partons du principe que nous avons tous quelque chose à apprendre, nous avons besoin d’être ensemble, de nous réveiller pour profiter de la vie, je pourrai en citer beaucoup d’autre.
Raphael : Prendre une profonde inspiration.
Allan : Oui!  Prendre une profonde inspiration avant de prendre une décision. Nous utilisons nos paroles pour créer de la positivité, parce que le monde est tellement pourri. Nous essayons de le rendre plus positif mais rien n’est complètement positif. C’est pourquoi il a un tel contraste entre nos paroles et notre son plus agressif.

J’aimerai en savoir plus sur votre processus créatif. Comment vous fonctionnez?

Allan : Nous adorons travailler ensemble. C’est notre base.
Tous ensemble : OUI !
Allan : certaines paroles viennent de Raphael, d’autres d’Isabela ou de moi-même. Mais le travail mélodique et instrumental est collectif : nous travaillons ensemble.

Cela signifie que l’un de vous arrive et dit  » J’ai une idée » et vous commencez le travail?

Isabella : Oui! Habituellement c’est Raph qui arrive et qui dit : « Hey, j’ai un nouveau riff, il faut que je vous montre. » A partir de là, on commence une nouvelle compo. Il y a toujours un petit quelque chose, et on créée ensemble.
Raphael : Par exemple, on a sorti le nouvel album et j’ai commencé à travailler sur de nouveaux riffs. Je leur ai fait écouter ce que j’avais et on a commencé à répéter. C’est un long processus, jusqu’à deux ans. Cela nous prend du temps pour faire un album.
Allan : En fait, nous aimons jouer de nouveaux morceaux pendant les concerts, ceux de l’album à venir longtemps avant la sortie officielle. Par exempple quand nous avons sortie Mantra, nous jouions déjà plusieurs titres quatre mois avant la sortie. On a fait pareil avec Eyes of creation : on jouait 3- 4 titres en concert.
Raphael : La raison est simple : c’est tellement bien de voir les réactions à chaud.
Allan : Oui et d’ailleurs certains titres changent après un concert, quand on passe en studio…
Raphael : … Pendant l’étape finale.

Donc vous testez vos chansons !

Raphael : Constamment !

Si je comprends bien vous avez déjà du nouveau ?

Raphael : Pas encore.
Allan : On a seulement des bribes pour l’instant. On a sorti Eyes of Creation en Février, alors c’est encore très frais et nous avons eu beaucoup de dates et de tournées. Il nous a donc fallu nous préparer pour ça. Et puis, Eyes of creation a été un processus tellement long, à cause du changement de line up entre autre. Isabela était déjà avec nous sur la tournée précédente (2016) car notre batteur ( Estevan) était blessé. Il n’est d’ailleurs pas totalement remis et a eu des soucis personnels. On a décidé de chacun suivre un chemin différent. Tout va bien, nous sommes toujours en bon terme avec lui. Au final, pour Eyes of Creation, nous avons du faire quelques chose d’inédit : nous avons enregistré la guitare, la basse et les paroles avant la batterie.

C’est totalement le processus inverse!

Tous : Oui !
Allan : On a dû faire comme ça, car nous ne savions pas ce qui allait advenir de Kamala. Nous attendions qu’Estevan se rétablisse et Isabella continuait de le remplacer. Cela a tellement bien fonctionné, c’était naturel, spécialement sur notre dernière tournée en 2016. Maintenant elle est avec nous. En y repensant c’etait une évidence.

Comment vous êtes-vous rencontré? Isabella est arrivée en remplacement mais vous deux?

Allan : La création de Kamala remonte à il y a 15 ans et Raphael est seul membre originel. Je connais Isabela depuis 8 ans maintenant. Nous étions déjà de bons amis, bien avant qu’ils ne se mettent ensemble, Raphael et elle. En 2014, je suis allé à un concert de Kamala et on a discuté de choses et d’autres. Le bassiste de l’époque n’était pas très impliqué, il n’était pas très motivé pour partir en tournée à cause du travail et d’autres contraintes personnelles. Pour les autres membres, il faisait parti du groupe mais pas assez. Isabela était aussi à ce concert. 2 semaines après cette soirée, j’étais sur scène! Donc je suis dans le groupe depuis 2014, c’etait en Aout il me semble.

Vous vous souvenez même du mois !

Tous : Mais ouiii!

Cette tournée se déroule très bien d’après ce que l’on peut voir : il ne reste presque plus rien à votre stand de merch’.

Allan : Oui on peut dire que cette tournée est notre meilleure jusqu’à maintenant. Nous avons joué dans un super festival, Metal Culture de Guéret. C’était notre deuxiemes fois là bas. Vraiment les gars sont supers!  Tout cela est rendu possible par de bons amis que nous avons en France, ils sont notre deuxieme famille : Il y a Corentin Charbonnier de Throne of Thanatos qui nous a donné un sacré coup de main (NDLR  il s’agit de leur manager en Europe) et Cédric d’Heavyction, qui a présenté Corentin à Raphael. Tout est connecté. Tout cela c’est l’amitié.
Raphael : Cédric m’a aussi présenté Teepee (Moonskin, Corrosive Element, Conviction).  C’est une belle grande famille metal : France est notre deuxième maison. On se sent toujours très bien ici, on est toujours bien accueilli.

Comment ces gens là sont-ils devenus votre deuxième famille? Comment ça s’est organisé cette première fois en France?

Raphael : La toute première fois était un concert à Montpellier en 2013. C’était avec un line up complètement différent. C’est l’année où j’ai rencontré Cédric et Corentin. Je discutais avec Cédric via Facebook parce qu’il était un grand fan de  Fractal. Nous avons tellement échangé que cette relation s’est transformé en amitié.
Quand le line up a changé, c’est-à-dire, quand nous avons officiellement inclus Isabela, j’ai parlé avec elle et Allan et dit « Organisons une tournée ! » Ensuite j’ai envoyé un message à tout le monde, tous ceux que je connaissais, y compris Cédric, en demandant « Qui peut nous aider? » Cédric a répondu que nous devions parler à Corentin.

Cette tournée est sous le signe de l’amitié.

Allan : Nous sommes indépendants. Nous n’avons pas de label même si nous en cherchons un. Tout le merchandising, les billets, les réservations, le studio, la location de voiture et j’en oublie, nous le faisons nous-mêmes. C’est un énorme travail mais nous voulons y arriver, alors on y va!

Il semble que tout fonctionne parfaitement. Vous recevez les fruits de vos efforts!

Allan : La meilleure chose c’est de voir la réponse des fans. C’est vraiment super d’être ici, vous êtes tous si gentils et chaque fois que nous venons en France c’est comme ça. C’est vraiment agréable d’être ici. Sur cette tournée nous avons fait 12 dates : 11 en France et une en Belgique.

Quelles sont vos sources d’inspiration : musique, groupes, artistes?

Isabela : Beaucoup! Tellement de groupes.
Allan : Nous avons des goûts différents et en même temps très similaires. Par exemple on aime prendre des influences variées et les mélanger. En fin de compte on se dit : « c’est bien ça, j’aime pas tel truc mais en fait ça marche! » ou bien « D’habitude j’aime pas ça mais dans ce morceau c’est parfait. » C’est vraiment vraiment sympa.Je crois qu’on aime tous les genre de musique.

Si vous deviez n’en choisir qu’un? Un qui a eu une influence majeure, ce serait qui ou quoi?

Allan : Pantera, In Flames, Dark Tranquility, pour moi, et aussi Machine Head, et bien sûre Sepultura, Soulfly… Encore une fois ce sont des styles différents.
Isabela : Gojira
Raphael : Oui Gojira. J’adore Metallica, Megadeth et Slipknot. Nous écoutons tous les genres de chansons y compris du Flamenco pour le mixer.
Allan : C’est vrai, on aime le Flamenco. Tous les types de Flamenco.
La raison pour laquelle Sepultura est si énorme c’est qu’ils ….
Isabela : Ils mixent divers éléments, ils les mettent dans leur musique et leur metal.
Allan : Des éléments originaires et spécifiques au Brésil. Comme dans leur album qui est sorti en France avec ce morceau que vous adorez ici : Roots. Ils ont intégré tous ces éléments natifs du Brésil comme le berimbau. On adore ça! On a une chanson intitulé My Religion qui est plus tribal et vous, en France, vous devenez dingues sur ce titre! C’est génial et c’est de loin la meilleur réponse que nous pouvions espérer. Nous faisons du speed thrash metal mais nous avons aussi des titres plus groovy et tout cela fonctionne vraiment bien.

Dernière question : si vous aviez 5 mots pour parler de votre groupe et de votre musique, quels seraient-ils?

Allan : Cinq mots! d’accord. Passion, dévouement, sagesse et les pieds sur terres [rires du trio] Je crois que je m’éloigne de la question.

Non, non, continue.

Allan : Je crois que nous devons être plus aimable les uns envers les autres et être respectueux.
Isabela: La patience
Allan : Oui beaucoup de patience parce que…
Isabela : Parce que le chemin n’est pas simple et nous devons prendre un peu de patience. Nous nous adorons, nous sommes de très bons amis…
Allan : Nous sommes une famille.
Isabela : Mais parfois, parfois…. aaaaaaaahhhh
Allan : Nous nous connaissons depuis un bon moment maintenant alors ça va. Nous savons quand l’un ou l’autre a besoin de calme et de rester seul…
Isabela : Quand on a besoin de prendre un grand bol d’air ou faire une pause.
Raphael :  Tout d’abord nous sommes amis, on adore jouer ensemble et cette relation se ressent dans notre musique, se transmet à nos fans. C’est une cercle immense. cCest naturel et évident. Le respect est essentiel.
Allan : Je crois que finalement le mot central est respect. Si tu nous avais dit de choisir un mot c’est ce mot que nous aurions retenu. Avec le respect tu as tout et aussi la façon d’interagir avec les autres.
Rafael : On ne parle pas seulement de nous, mais aussi de nos fans, des journalistes, et nos familles. C’est très important pour nous, pour tout le monde.
Allan : Nous dépendons aussi de ces personnes. Ils sont là pour nous et nous nous somme là pour eux : on leur donne ce qu’ils veulent. C’est un partage. Nous avons à coeur d’être aimable avec l’ingé son, avec les autres groupes même s’ils ne le sont pas avec nous. On a du respect pour tous ces gens, malgré tout, parce que c’est ce que nous sommes. C’est notre façon d’être.

C’est un message très fort que vous nous donnez là! merci pour votre immense gentillesse.

Ce soir là ils ont retourné le klub.

Si vous voulez suivre Kamala :

Youtube

Instagram

 

Eldricht Tales

A propos de Jehleen

Bonjour je m'appelle Jeh' j'ai 29 ans bientôt 32 et j'aime les hyènes. Parce que les hyènes c'est un animal dont on parle jamais alors..... Passionnée de SF (films, série télé, livres!), de vieux films et de musique, grande amatrice de mangas et films asiatiques (Takeshi Kitano, Wong Kar Wai), de chats. Je suis touche à tout mais le métal reste mon point d'ancrage. Un peu geek à mes heures (les MMO, c'est mal m'voyez) avec un humour particulier, normal quand on oscille entre les Monty Python et South Park. j'aime les défis, le premier était de me lancer et communiquer ma passion, me voilà sur E maginarock, le suivant sera d'apprendre un instrument de musique. Keep smiling, keep on rocking!

Lisez aussi

Entretien avec Gilles, guitariste de Nothing But Echoes

J’avais eu l’opportunité de découvrir Nothing But Echoes en live au Gibus il y a …

Entretien avec Lala Frischknecht, batteuse des Burning Witches

Le combo suisse sort dans les jours qui viennent un nouvel album, intitulé Hexenhammer, puissant …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *