AMEN– Heptaedium

La description que donne le label est tellement parfaite que je vous en livre un extrait :
« Heptaedium est un projet musical né en 2012 d’une fusion à la Dragon Ball Z entre un Homme et une Baguette Tradition, qui coûte un peu plus cher qu’une Baguette « normale », sous prétexte qu’elle est façonnée de manière traditionnelle, alors qu’en réalité elles sont souvent cuites dans un four à soles fixes électrique, avec des chambres de cuisson causées par résistances, des tableaux de commandes électroniques, et des soupapes d’évacuation de chaleur automatisées. » Apathia records.

Vous l’aurez compris, c’est un one man band, un projet complétement perché, surtout ce dernier album qui, bien que moins metal et moins violent que l’opus précédent The Great Herald of Misery (qui est hyper bien soit dit en passant ), reste tout à fait dans la trajectoire et l’identité d’Heptaedium. Il s’agit du deuxième album de cette année 2018, sorti début septembre, c’est l’album surprise.

Mes premières impressions sur l’album sont sans appel : complétement barré, déjanté, bourré de samples improbables et de culture dite geek et purement instrumental. Bienvenus dans Amen ! Bref j’adore.

Les titres s’enchainent plutôt bien et se suivent même parfois ce qui donne une certaine d’unicité à l’album mais si vous n’aimez pas écouter d’une traite un album, ça passe aussi très bien et c’est même carrément mieux.

On trouve dans cet album des morceaux très expérimentaux comme Logistic, sur lequel on retrouve des samples complètement bien trippants. SuperFunTime, que je ne saurais qualifier ou décrire, est un titre très calme.

Florent, l’homme derrière ce projet, propose aussi une session un peu « what the fuck ». On y retrouve le japonisant  SisLoveMe ; SlipeMoite qui se passe de description car tout est dit; DoggyStyle, un titre hyper court (1 minute 30) avec des samples inattendus, est le morceau qui m’a fait me demander si je devais peut être prendre un truc pour profiter pleinement du reste de l’album. Il introduit bien le titre suivant BouleMagique, qui m’a bien fait éclater de rire en pleine rue et qui pourrait être une apologie de l’écologie et du mouvement durable en quelque sorte. Avec NomdeMerde on retrouve légèrement un monde « bourrin » avec un blast qui tranche bien avec le sample candide derrière. Ce dernier me rappelle une vidéo japonaise dans laquelle un batteur en costume rose se met à blaster pendant ce qui semble être une anniversaire d’enfants. Bref c’est très décalé et on adore ça évidement.

Les amateur de choses un peu planantes seront aussi servis avec des titres comme HerrErbarmeDich,  qui commence sur le sample très agréable d’un choeur féminin, un titre vraiment plaisant ; Leave  est le morceau le plus long mais quel titre ! Un de mes favoris sans nul doute. Enfin, avec Acid’N’Sex et surtout Space  on prolonge Leave encore un moment et c’est beau.

On parle d’électro depuis tout à l’heure mais quid des références pures? Le coté rétro est là aussi avec SuicideMachine aux tonalités de Vangelis ou J.M Jarre, et MotionlessV2, dont les sonorités rappellent des bons vieux jeux vidéos Nintendo en 8 bits.

Et mais au fait, Heptaedium c’est pas censé être du metal un peu ? Ben si, même qu’il parait que c’est du breakcore. D’ailleurs, tiens le dernier morceau. SmoothOutro c’est du son saturé : guitare et voix, c’est le seul morceau qui sonne métal et c’est violent et c’est bon. Voila, ça c’est fait.

Hepteadium est une super découverte pour moi, totale néophyte du genre. J’avais headbangé sur Horskh et Morphis au Brutal Assault, j’ai découvert récemment the Algorithm.

Ce n’est pas un opus que j’écouterai tout les jours car musicalement parlant, c’est pas trop ma came comme on dit, mais il a le mérite de proposer un travail  comme peut le faire justement The Algorithm ou d’autre comme Priyapism ou ceux cité précédemment. En revanche le coté décalé, improbable et surprenant m’a plu d’emblée. Cet album fonctionne vraiment bien et ça on ne peut pas le nier.

Vous souhaitez vous faire un avis sur Amen ? Il en écoute intégral sur le Youtube d’Apathia Records ici https://www.youtube.com/watch?v=OooYpuBd3gY et aussi sur le bandcamp d’Heptaedium https://heptaedium.bandcamp.com/album/a-m-e-n

AMEN
Heptaedium
2018
Apathia Records

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *