Accueil / Musique / Métal / Dolls Apartment – Doll$boxx
Bannière Institut de la Musique

Dolls Apartment – Doll$boxx

DollsboxLe Japon a l’art de donner naissance à des formations improbables et uniques qui n’hésitent pas à renverser les barrières, à mélanger les genres et à frapper là où ça fait mal. Il est pourtant rare qu’un nouveau groupe parvienne à faire tout cela à la fois. Doll$boxx le fait pourtant avec ce premier album qui ne souffre d’aucune faute de goût. Savante fusion entre du metal puissant, du rock et de la pop, que viennent saupoudrer des claviers intelligents et jamais pompeux, chaque chanson sait nous cueillir pour mieux nous faire passer un agréable moment. Dès « Loud Twin Stars », les chevaux sont lâchés.

Sur un tempo rapide, la section rythmique écrase tout sur son passage tandis que la voix de Fuki, également chanteuse du groupe de prog metal Light Bringer, allège l’ensemble de manière sournoise, ne laissant aucune chance à l’auditeur de s’échapper. Pas le temps de respirer, que le superbe « Merrely High Go Round » vous cueille sur un rythme syncopé, entretenu par le clavier épileptique d’Oreo-Reona et la basse vrombissante de F Chopper Koga. Un moment fort de l’album. Mais que dire alors de « Take My Chance », sorte de creuset dans lequel du thrash, de l’indus, de la pop, du jazz et du rock auraient fauté ? On se demande où ces musiciennes sont allées chercher une telle énergie et un tel talent. Car, ne vous y trompez pas, chacune d’entre elles maîtrise à la perfection son instrument. Composé de l’entièreté du groupe Gacharic Spin auquel s’ajoute Fuki, Doll$boxx possède en Tomo-Zo, une guitariste douée qui sait varier les riffs et délivrer des solos à la fois techniques et gorgés de feeling qui pourraient faire rougir bon nombre de ses homologues masculins.

Il en va de même d’Hana qui martèle ses fûts avec puissance et groove, tout en assurant des growls ou des vocaux agressifs comme sur l’étonnant et nuancé « fragrance », aux mélodies accrocheuses. Chaque titre est une découverte, que ce soit le surpuissant « KARAKURI TOWN » ou la ballade « Doll$boxx », et nous entraîne dans un univers plein de poésie et d’ironie comme le montrent les clips tournés par le groupe. En dix titres, ces Japonaises signent là, l’un des meilleurs albums de l’année 2013.



Dolls Apartment
Doll$boxx
Bishi Bishi/King Records
2013

Eldricht Tales

A propos de Thomas Riquet

Passionné de littératures de l'imaginaire il cherche à faire partager sa passion au plus grand nombre à travers ses chroniques et le site. Depuis 2011 il est également anthologiste et directeur de la collection Reflets d'Ailleurs (Fantasy) des Editions Asgard, sous son vrai nom. Ce faisant il assure également la direction littéraire d'anthologie lorsque tous ses boulots lui en laissent le temps, ce qui arrive trop rarement à son goût..

Lisez aussi

Clockwork Immortality – Lovebites

Les japonaises de Lovebites nous reviennent avec leur second album en deux ans et en …

Anaal Nathrakh + Point Mort – Backstage By The Mill – Paris – 6-11-2018

Point Mort nous explique qu’il y a une mince frontière entre la vie et la …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *