Accueil / Billy Bat 1 – Naoki Urasawa et Takashi Nagasaki

Billy Bat 1 – Naoki Urasawa et Takashi Nagasaki

C’est une belle surprise que la sortie des deux premiers volumes de la série Billy Bat. Au scénario et aux dessins, nous retrouvons le grand mangaka Naoki Urasawa qui a été aidé par son ami et co-scénariste Takashi Nagasaki. Nous devons ce petit bijou à Pika édition qui l’a édité dans sa collection seinen. Et le plus beau, c’est que c’est un comics. La quatrième de couverture termine de nous allécher :

Dans l’Amérique de la fin des années 40, les aventures de Billy Bat font l’unanimité parmi les amateurs de bandes dessinées. Mais cette mystérieuse chauve-souris tire en réalité les ficelles du destin de l’humanité depuis la nuit des temps…

Ce premier volume commence par une aventure couleur de Billy Bat, le célèbre détective chauve-souris, qui se trouve impliqué dans une affaire d’adultère, puis de meurtre. Il semble perdre la maîtrise de la situation quand on passe à un crayonné de case, puis dans l’atelier américain de Kevin Yamagata, le dessinateur, qui se dit que cette histoire manque de cohérence. Un concours de circonstances va lui faire découvrir qu’au Japon il y a déjà une bande dessinée qui parle de la chauve-souris.

« Ne vole jamais ce qui appartient à autrui… », tel est le précepte que le père de Kevin lui a inculqué. C’est une valeur qui lui tient à cœur et c’est pour cela qu’il décide de quitter les Etats-Unis et de retourner au Japon où il a jadis servi d’interprète aux troupes d’occupation américaine. Il remonte la piste jusqu’à la fameuse chauve-souris et son dessinateur qui n’est qu’un des maillons d’une chaîne qui remonte très loin dans le passé. Il y a aussi ce mystère qui veut qu’il y ait deux chauves-souris : une noire et une blanche, une bonne et une mauvaise.

Quelques meurtres commis lors de ce séjour vont venir perturber la quête de notre dessinateur. Tout cela se passe dans une période trouble de l’histoire du Japon. En effet, en sus de cette belle enquête, Naoki Urasawa et Takashi Nagasaki nous présentent un Japon que nous connaissons peu. En effet, en 1949, le Japon est occupé par les troupes alliées et surtout par les Américains. Même si la plupart des Japonais se consacrent à la reconstruction de leur pays et de son économie et même si le climat semble apaisé, on remarque la rancœur des vaincus, le mépris de certains occupants et le tout nous restitue la tension constante et souterraine qui sévissait dans le Japon d’après-guerre. A noter qu’il est fait à un moment, un clin d’œil à Osamu Tezuka, celui qui fut le meilleur mangaka avant que Naoki Urasawa ne lui succède dans le cœur des Japonais.

Ce premier volume est assurément une belle découverte à faire et une plongée dans une autre culture. Le cliffhanger final ne manquera pas d’attiser votre curiosité pour vous inciter à découvrir rapidement la suite. Rassurez-vous, les éditions Pika ont eu la bonne idée de sortir simultanément les deux premiers volumes de cette série captivante. Nous en sommes donc à deux titres sortis en France sur huit alors que la série, entamée en 2009, est toujours en cours au Japon. Un comics de qualité et original qui se lit dans le sens de lecture japonais, de quoi changer les habitudes de bien agréable façon.

Billy Bat 1
Naoki Urasawa et Takashi Nagasaki
Couverture illustrée par Naoki Urasawa
Traduction par Sylvain Chollet
Pika édition
Collection Seinen
2012

7,90 €

À propos Chris

Chris a toujours apprécié les littératures de l’imaginaire, mais il lit également d’autres genres pour son plus grand plaisir. Il préfère le terme de critique à celui de chronique qui lui semble toujours trop consensuel. Non qu’il dise systématiquement du mal des auteurs, mais quand il tient une bonne daube ou une resucée maladroite alors il laisse la plume glisser dans de bien sombres humeurs. Comme tout lecteur passionné – ça lui arrive parfois – il n’aime rien tant que de devenir festivalier et d’aller à la rencontre des auteurs. Chris participe de temps à autre à des appels à texte et s’intéresse depuis peu à la photographie, histoire d’apprendre à cerner l’essentiel d’une situation comme d’un lieu. Enfin, il aime plus que tout le transgenre et espère avec une certaine impatience pouvoir être à l’origine de la découverte d’un auteur qui aurait l’audace d’écrire un roman policier avec des sorcières, des mutants et bien entendu quelques créatures extraterrestres aux mœurs exotiques, à défaut d’être douteuses.

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

Life : Origine inconnue – David Espinosa

Station Spatiale Internationale. Un groupe de scientifique reçoit des échantillons provenant de Mars, contenant notamment ...

Watch Dragon ball super