Acheron Books (et Acheron Games/Studio)

Retenez bien ces noms, parce que vous n’avez pas fini d’en entendre parler. Ou peut-être est-ce déjà le cas ? Vous savez, ce sont ces « petits gars » italiens qui ont sorti il y a quelque temps Brancalonia, un cadre de campagne pour la 5E qui reprend les codes des westerns spaghettis et dont la VF sera assurée par Studio Agate (j’ai d’ailleurs fait un papier sur le kit de découverte —> ICI).

Eh bien ils récidivent ici, en changeant radicalement d’univers pour quelque chose de BIEN plus sombre, noir et désespéré…

Dante’s Guide to Hell vous propose en effet de plonger dans les affres de la souffrance et la douleur sur fond de Divine Comédie du même Dante. Rien que ça. Et ça envoie du bois !

NdA : ce petit article est, bien évidemment, SANS SPOILERS et peut donc être lu par les futurs joueurs. De plus, il ne traite que du « Red Book », c’est-à-dire le Guide du Joueur spécifique au cadre de campagne. En effet, issu d’une campagne KS, il s’agit ici encore d’un WIP (certains paragraphes apparaissent toujours en italien, il y a des petits bugs techniques).

Eh oui, c’est le principe même des KS : annoncés livrés pour une date X, et livraison à X+2d12 mois ^^ (et c’est un vaste sujet dont je reparlerai peut-être plus en détail ailleurs).

 

Mon Dieu que c’est beau !

Oui, outre le jeu de mots (foireux) de cette accroche, c’est la première réflexion qui ‘est venue à l’esprit quand j’ai parcouru le PDF. En effet, les illustrations (nombreuses et pour la plupart pleine page) sont absolument extraordinaires. On est tout de suite plongé dans cette ambiance si particulière et glauque qui est celle.. des Enfers, et on comprend très vite que l’expérience des joueurs, même si elle va être passionnante à jouer, n’en sera pas moins éprouvante pour leurs personnages.

Je crois qu’il est bon de noter (même si je pense que c’est une évidence en soi), que ce cadre de campagne aborde des thèmes résolument adultes et qu’il ne conviendra pas forcément à tout le monde. Parlez-en avec vos joueurs avant de vous embarquer dedans ;).

Ce Red Book présente donc (de façon classique sur le fond) les différentes options dont pourront bénéficier les joueurs.

Après une introduction destinée à placer l’ambiance et à poser les bases, chaque classe de personnage est passée en revue. Les archétypes (parce que c’est de cela qu’on parle ici) bénéficient d’une exposition très détaillée.

La lecture de ces derniers termine de convaincre quant à la noirceur de l’univers qui attend les joueurs.

Et quand je parle de noirceur, on est loin – très loin, même – de la dark fantasy ou autre « classique » du genre. Mais vous verrez par vous-même. Tout cela est parfaitement travaillé et pensé. Il est évident que le dépaysement se ressentira d’autant par l’incarnation de vos futurs personnages que par l’ambiance générale que se dégage de ce cadre de campagne.

J’ai déjà lu de très nombreuses campagnes pour l’Ancêtre de tous les JdR, mais celle-ci se place clairement dans le haut du panier.

Épique, dantesque (pour le coup, on ne peut pas être plus dans le vrai), impressionnante, énorme. Les qualificatifs ne manquent pas. Sérieusement, il faudrait vraiment être blasé pour ne pas trouver tout ce travail absolument fantastique. !

Le livre présente certaines mécaniques qui viendront s’ajouter à celles des règles de base afin de renforcer encore la singularité de l’univers.

Enfin, l’ouvrage se termine par une (grande) « visite guidée » de l’univers qui vous attend. Encore une fois, c’est particulièrement bien rédigé et participe à l’immersion (s’il fallait encore en rajouter une couche ^^).

Alors non, je ne taris pas d’éloges sur ce qui est présenté ici (et encore, pour cause de « non spoiler mode », je n’ai fait qu’effleurer le sujet – ou presque). Mais il faut avouer que le travail ici abattu force le respect.

Il est à noter deux choses :

1/ Il semble que le pledge manager est toujours ouvert et qu’il est donc possible d’aller sur la page du KS pour rentrer dans la boucle infernale.

2/ Studio Agate a annoncé une version française pour 2023 :). Elle est pas belle, la vie ?

En bonus, une image issue de la mise à jour du 14/06/22

 

 

Philippe Pinon

Philippe Pinon

Trublion de presque 50 balais, touche à tout, autodidacte, tête de cochon. Après plus de 20 ans à effectuer un travail décérébrant, change de voie. Scribouillard, « traductier de l'impossible », il devient même éditeur (OVNI) en 2015 où il édite, accompagné de son associée et conjointe, romans et JdR. Mais ce qui le définit le mieux, c'est quand même le terme de "Gros Connard" (au grand cœur, malgré tout, pour ceux qui prennent le temps de fouiller au delà des apparences).

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.