Un premier volume romanesque et divertissant !

La vie de Camille, adolescente surdouée, bascule quand elle pénètre accidentellement dans l’univers de Gwendalavir avec son ami Salim. Là des créatures, les Ts’liches, la reconnaissent sous le nom d’Ewilan et tentent de la tuer. Originaire de ce monde, elle est l’unique héritière d’un don prodigieux, le Dessin, qui peut s’avérer une arme fatale dans la lutte de son peuple pour reconquérir pouvoir, liberté et dignité. Épaulée par le maître d’armes de l’empereur et un vieil érudit, Camille apprend à maîtriser son pouvoir…

 

La quête d’Ewilan nous plonge dans un univers riche et dépaysant.

Le point de départ de l’histoire est relativement classique : quelque part dans notre monde, une jeune fille orpheline se découvre étrangère à notre univers et part à la recherche d’elle-même. S’en suit un long voyage initiatique, ponctué d’allers – retours d’un lieu à l’autre.

L’originalité n’est donc pas nécessairement le point fort de ce roman. Le monde alternatif présenté par l’auteur reprend les codes de la fantasty sans vraiment y apporter grand-chose. Le principal point notable réside dans le dessin, ce pouvoir particulier qui permet de créer ce que l’on imagine. Jolie métaphore que celle-ci, qui apporte un vrai plus au scénario.

Les personnages ne se démarquent pas spécialement non plus par leur personnalité. Camille – Ewilan est même le stéréotype parfait de la bonne élève surdouée. Elle est assez agaçante dans son genre. Pour autant les protagonistes restent attachants, et la petite communauté qui se crée autour de l’héroïne fonctionne très bien. Les femmes du roman sont fortes et combattives, loin des clichés sexistes des œuvres de fantasty. C’est appréciable.

Mais ce qui fait la force de ce roman, c’est incontestablement la narration et le romanesque. Avec un style limpide, l’auteur nous embarque dans une histoire riche en rebondissements. Le scénario ménage habilement le suspense : il entretient suffisamment le mystère pour nous donner envie d’en savoir plus, et distille juste la bonne dose d’informations au bon moment. On ne s’ennuie jamais, et chaque page est une invitation à tourner la suivante. Ce rythme soutenu, cette succession d’actions palpitantes permettent d’apprécier la lecture de ce livre, malgré certains aspects assez classiques.

 

D’un monde à l’autre est donc un roman divertissant, que j’ai pris plaisir à lire !

NokomisM

NokomisM

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *