Blues Pills est un peu un OVNI sur la scène rock actuelle. Proposant un son issu tout droit des années 60-70, mêlant intelligemment rock et blues, le groupe signé chez Nuclear Blast a déjà un album à son actif qui lui a permis de tourner dans le monde entier, Lady In Gold, et deux live : Live At Rockapalast et Lady In Gold Live In Paris. Le groupe s’est clairement fait une petite notoriété, tant par le talent de ses musiciens que le charisme de sa chanteuse. Il va être difficile de faire mieux que Lady In Gold, peut-être Holy Moly! y parviendra-il ?

Onze titres, quarante-deux minutes, le groupe ne se moque pas de ses fans. Proud Woman débute l’album et de suite on rentre dans la période « pattes d’eph » et guitares légères, tandis que Elin Larsson nous emmène sur le fil d sa voix. Cette première piste fait office de manifeste face à tout ce que l’on peut entendre sur les femmes, et plus particulièrement les chanteuses. Et je ne peux qu’approuver son discours car très clairement elle a raison d’être fière ! Une fois cela posé le groupe reprend le fil de sa musique avec Low Road qui se fait plus rock, plus rapide et pourtant toujours aussi enjoué. La chanson donne un sentiment d’urgence mais pourtant tout est impeccable tant dans la composition de la réalisation. Zach Anderson à la guitare fait un très gros boulot et cela se ressent ! Dreaming My Life Away se fait plus tranquille, plus groovy et laisse à nouveau plus de place au chant d’Elin. Décidément ce groupe a tout pour me séduire. On enchaîne avec une ballade d’excellente facture, California, qui vient ralentir le rythme et nous séduire par ses mélodies old-school très dansantes. Rythm In The Blood fait plus office d’OVNI avec un côté très psychédélique et entêtant. Dust propose ensuite un son lancinant, prenant, avec une intensité étonnante en fin de piste.

Petit groove musical avec Kiss My Past Goodbye, puis de nouveau une ballade romantique avec Wish I’d Known. Avec Bye Bye Birdie on retrouve l’énergie communicative du groupe et on sautille partout en même temps qu’Elin. Nouvelle pause musicale avec Song From A Mourning Dove, très belle et mélancolique, avec en fin de chanson une puissance à la guitare qui pousserait presque les larmes aux yeux. Et enfin l’album se conclue sur Longest Lasting Friend, un ultime au-revoir du groupe à son public avant d’avoir le plaisir d’aller à leur rencontre sur scène…

Les suédois séduisent avec ce nouvel album, même si pour moi Holy Moly n’arrive pas à égaler la perfection de Lady In Gold, il n’en reste pas moins que le groupe continue à affirmer sa suprématie sur la veine du rock old-school, et c’est une excellente chose au vu de ce qu’ils sont capables de produire. Précision importante : Blues Pills est une expérience à vivre sur scène également car le charisme et l’énergie d’Elin sont très communicatives !

Thomas Riquet

Thomas Riquet

Passionné de littératures de l'imaginaire il cherche à faire partager sa passion au plus grand nombre à travers ses chroniques et le site. Depuis 2011 il est également anthologiste et directeur de la collection Reflets d'Ailleurs (Fantasy) des Editions Asgard, sous son vrai nom. Ce faisant il assure également la direction littéraire d'anthologie lorsque tous ses boulots lui en laissent le temps, ce qui arrive trop rarement à son goût..

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *