Entretien avec Olivier, guitariste de Maudits

Je suis tombé amoureux du premier album de Maudits, appelé lui aussi Maudits. Proposant un prog profond et envoûtant, le groupe débarque en force sur la scène. J’ai eu l’opportunité de poser quelques questions à Olivier, guitariste et compositeur du groupe.

Bonjour, et merci de prendre le temps de répondre à mes questions. Est-ce que tu peux te présenter et nous expliquer ce que tu fais au sein de Maudits ?

Olivier (guitare): Avec plaisir ! Eh bien bonjour je suis guitariste au seins de Maudits, et suis responsable de la majorité des riffs, des mélodies, et des “soundscapes” que tu entends sur l’album, les idées ayant été assemblées et arrangées collectivement avec mes acolytes et co-fondateurs Chris (batterie) et Anthony (basse).
Je gère également le gros des éléments logistiques liés à la vie du groupes donc on peut dire que j’en suis le “manager” même si je déteste ce terme (rires). J’occupe également la fonction de guitariste live dans  les groupes Throane (black metal/ambient) et Ovtrenoir (post sludge/metal).
Je n’ai donc pas vraiment le temps de m’ennuyer…

Comment définirais-tu la musique de Maudits ? Et pourquoi ce nom pour le groupe ?

Cette musique est assez difficile à étiqueter même pour nous ! C’est une fusion de pleins de styles et d’ingrédients différents..post rock, metal au sens large, rock progressif, trip hop, ambient et musique de films..si je devais tenter de la nommer je dirais : du post metal instrumental protéiforme ;) haha
Le nom du groupe correspond à un moment particulier de mon existence. Mon groupe de toujours The last embrace (actif de 1998 à 2018 et qu’Anthony et Chris avaient rejoint respectivement en 2010 et 2013 ) venait de splitter, et c’était un peu le chaos dans ma vie professionnelle et personnelle.J’avais le sentiment que quoi que je fasses rien ne se passait comme je le souhaitais et qu’une poisse tenace me poursuivait. Le nom est donc venu tout seul et correspondait parfaitement à la vibe des premiers riffs sur lesquels j’avais commencé à travailler. Mes acolytes ont tout de suite aimé et nous sommes donc partis la dessus.

Maudits est le premier album éponyme du groupe. Comment s’est passé le travail dessus ? Comment avez-vous composé ?

Pour la majorité du matériel nous avons avons assemblé et réarrangé à trois les idées que j’avais travaillées dans mon coin. Chris et Anthony ont énormément contribué à la forme définitive des morceaux ,et ce sont de brillants musiciens avec un bien plus gros background technique que moi..il m’est arrivé de bloquer des jours entier sur des passages qui une fois passé entre leurs mains, n’avait plus du tout le même visage, et le tout en 10 minutes… Ils se sont investis à fond et leur patte fait partie intégrante du style de Maudits.
Nous avons aussi fait appel à des intervenants extérieurs. En premier lieu Emmanuel Rousseau du Whitewasteland studio (également claviériste du groupe 6:33), un vieil amis chez qui nous avons fait toute les pré-prod’, ainsi que la majorité des prises définitives de guitares et de basses. Il s’est également chargé des arrangements de cordes ,des sons électros et des quelques claviers présent sur l’album.
Pour les parties de violons nous avons fait appel à Caroline Bugala, une fantastique musicienne avec qui nous avions déjà travailler par le passé avec The last embrace. Ses parties de violon et son interprétation illuminent l’album.
Enfin l’artiste Dehn Sora ,avec qui je joue dans Throane et Ovtrenoir,et qui s’est chargé d’une bonne partie de l’artwork, est venu poser des voix, samples et du Theremin sur “Liminal”.Son savoir faire dans le domaine de l’ambient (allez jeter une oreille à son projet Treha Sektori) collait parfaitement à l’ambiance noire et irréelle que j’avais en tête pour ce morceau…

Comment en es-tu venu à la musique, et plus particulièrement au metal ?

Aussi loin que je m’en souviennes mon premier choc musical fut Dire Straits avec leur live “On the night”, qui est d’ailleurs le tout premier cd que j’ai acheté. Le touché aérien et le son unique de leur guitariste Mark Knopfler m’a tout de suite fasciné ,plus particulièrement sur le morceau “Brother in arms” ,qui reste pour moi l’une des plus belle pièce de musique jamais écrite.
Le metal est arrivé très vite derrière avec les Metallica, Pantera, Sepultura, Slayer et consort ! suivie de toute la scène black metal norvégienne (Immortal, Emperor, Enslaved, Darkthrone ect…) dont l’aura mystique m’avait fasciné à l’époque et me fascine encore aujourd’hui d’ailleurs..
Mais l’ADN musical de Maudits se situe plus dans la scène Doom anglaise des années 90.notamment les premiers Anathema (“Pentecost III” et “The Silent Enigma”) et certains albums de My Dying Bride (“34.788 %”, “The Angel and The Dark River”,”The Light At The End Of The World”). Certains albums de death progressif comme “Crimson” d’Edge of Sanity ou encore “Morningrise” d’Opeth. Le mouvement post rock également avec des groupes comme Godspeed you!, Black emperor et leur chef d’oeuvre ” Lift Your Skinny Fists Like Antennas to Heaven”. Et enfin plus récemment en metal Mastodon avec “Crack the Sky” et “Blood Mountain”.

Un premier clip est sorti pour cet album. Comment s’est passée sa réalisation, comment avez-vous eu l’idée des images que vous avez mis dedans pour illustrer votre musique ?

J’ai confié la réalisation du clip du morceau “Maudit” à Dehn Sora cité plus haut. En plus d’être un musicien touche à tout c’est un graphiste de renom, et étant donné qu’il a réalisé une grosse partie de l’artwork, qui d’autre que lui aurait été mieux placer pour le faire ? ;)
Il a repris en version 3d et animée toute les illustrations présentes dans de livret de l’album, en les montant d’une certaine manière selon l’intensité de la musique, le concept étant de jouer avec les symboles de (mal)chances et de malédiction: le trèfle à quatre feuilles qui en perd une, un lapin qui perd sa patte, l’homme qui scie la branche sur laquelle il est assis ect… Le résultat est conforme à ce que je connais de son travail, à savoir fantastique. Il a parfaitement saisi du premier coup l’ambiance voulue et les images sont superbes. L’ensemble est assez contemplatif mais aucunement ennuyeux. Toutes les personnes qui m’ont fait un retour depuis la mise en ligne sont d’ailleurs unanimes en nous disant qu’il n’avait pas vu passer les 13 minutes et 11 secondes que dure le titre, et que la première chose qu’ils avaient faite était de le remettre.

Quelle est ta piste préférée sur cet album ?

Difficile à dire car chaque seconde et chaque morceaux de cet album sont très chers à mes yeux et reflètent exactement l’état d’esprit du moment auquel ils ont été composé. Les pistes sont toutes reliées entre elles tout en étant assimilable, chacune, à des “cartes postales émotionnelles” sincères et dépourvues de tout calcul.
Après à titre personnel si je devais choisir le morceaux le plus représentatif de toutes les émotions abordées sur cet album, je dirais “Maudit”, qui ouvre album et pour lequel nous avons fait ce premier clip justement. Les 13 minutes sont un bon condensé de notre style et quand j’y repense c’est certainement celui qui a été construit le plus collectivement.

Quels sont les projets pour le groupe, maintenant que cet album est sorti ?

Eh bien dans l’immédiat nous sommes malheureusement comme tout le monde bloqué pour le défendre en live. Mais nous continuons à répéter et travailler le set pour être prêt quand ce sera possible.
Nous travaillons d’ailleurs à la mise en place d’une vidéo live dans un endroit un peu original , avec des versions retravaillées et adaptées au concept et au lieu en question.
Nous continuons également à bosser sur la promo et un deuxième clip , dirigé cette fois ci par William Lacalmonti (chanteur d’Ovtrenoir et également photographe de talent) devrait voir le jour incessamment sous peu pour le titre “Verloren Strijd”.
Enfin, pendant les 2 mois de confinement nous avons maquetté à distance 90% du matériel qui constituera le prochain album et allons certainement en  terminer la pré-production ainsi que les arrangements. Nous serons donc prêt à enregistrer la suite dans peu de temps.

Merci pour tes réponses et tous mes vœux à Maudits !

Merci à toi pour l’interview ce fut un plaisir!

Thomas Riquet

Thomas Riquet

Passionné de littératures de l'imaginaire il cherche à faire partager sa passion au plus grand nombre à travers ses chroniques et le site. Depuis 2011 il est également anthologiste et directeur de la collection Reflets d'Ailleurs (Fantasy) des Editions Asgard, sous son vrai nom. Ce faisant il assure également la direction littéraire d'anthologie lorsque tous ses boulots lui en laissent le temps, ce qui arrive trop rarement à son goût..

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *