Grave Digger + Burning Witches – 29/01/2019 – Petit Bain – Paris

Pour réchauffer les cœurs des fans meurtris par le froid Garmonbozia propose une date 100% Heavy en accueillant sur les planches du Petit Bain les filles de Burning Witches, qui accompagnent Grave Digger à l’occasion du Tour Of The Living Dead 2019

Le jeune quintet Suisse propose un bon petit Heavy Rock traditionnel, pour ouvrir les festivités. J’ai l’impression qu’il y a un souci de retours façade, au niveau du micro de Seraina, la frontwoman. Comme si le chant était étouffé quelque part. A moins que je fasse beaucoup trop de concerts et que je devienne à moitié sourde, je n’ai pas ressenti ce problème à l’écoute des albums disponibles sur la toile. Quoiqu’il en soit, les filles sont ravies d’être là et d’envoyer leur son, devant un public qui me semble parfois sceptique. Je ne saurais pas vous dire si Burning Witches est un groupe connu en France mais ce qui est sûre c’est qu’elles savent de quoi elles parlent !

Au fil des morceaux, j’ai la vague impression de les avoir déjà vues ou du moins, un groupe qui y ressemble. En effet, il s’agit du quartet britannique Girlschool que j’ai découvert sur la Mainstage du Metaldays, l’été dernier. Avec cette même énergie et globalement des influences musicales similaires, Burning Witches sait parfaitement enflammer la scène avant l’arrivée, tant attendue, de Grave Digger.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Présenté par La Faucheuse elle-même (même pas peur !), le show promet d’être sympa. Quelques zombies occupent les côtés de la scène, créant une ambiance de cimetière un peu glauque. Ça tombe bien, on est justement dans le thème ! Et comme en ce moment je me refais tous les Comics de The Walking Dead, je ne suis pas trop dépaysée non plus. Mais je ne suis pas là pour raconter ma vie, après tout. Chris « Reaper » Boltendahl donne le ton dès le départ avec le premier titre d’une setlist prometteuse. Fear Of The Living Dead raisonne dès les premiers riffs dans la salle, illustré par des effets pyrotechniques, moment précis où l’ensemble des fans chantonnent (presque) en chœurs les paroles ou les refrains de chaque morceau qui compose le set. Je constate bel et bien que Grave Digger n’est pas né de la dernière goutte de pluie et que le groupe maîtrise son job depuis quatre décennies : du Heavy germanique Old School, carré, propre et efficace. Ni plus, ni moins.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Sur scène, la formation mythique se fait plaisir et fait plaisir à son public en proposant une jolie setlist longue comme mes deux bras. Je n’ai pas tout retenu mais j’ai reconnu quelques morceaux emblématiques du groupe. Autant dire que si on veut passer un bon moment de concert ce soir, c’est « The place to be » !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *