Eluveitie + Lacuna Coil + Infected Rain – Elysée Montmartre – 01/12/2019

Le premier décembre, à l’Élysée Montmartre, se produisaient Infected Rain, Lacuna Coil et Eluveitie, qui nous ont tous trois offerts une jolie soirée. Ma seule incompréhension réside dans le fait d’avoir mis ensemble des groupes à chanteuses, comme s’il s’agissait là d’un genre de métal un peu à part : à mon sens, cela stigmatise la présence des femmes sur la scène métal et c’est bien dommage, car elles y ont tout autant leur place que les hommes.

Infected Rain

La soirée débute avec Infected Rain, un groupe dont je n’avais jamais écouté les morceaux. Dans l’ensemble, j’ai bien aimé : Infected Rain me semble assez classique dans ses compositions mais reste bien exécuté (malgré quelques fausses notes sur la performance vocale). La chanteuse dégage une belle énergie qui séduit rapidement le public, et malgré sa place de premier groupe, il y a déjà une grosse ambiance dans la salle.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Lacuna Coil

S’en suivent les italiens de Lacuna Coil qui, là aussi, nous proposent une très bonne performance.

J’ai vraiment apprécié les mélodies du groupe, dont le répertoire possède d’excellents titres très accrocheurs. L’ensemble alterne entre un chanteur en chant crié et une chanteuse en chant clair : ça passe très bien, même si on sent que la chanteuse n’a pas l’habitude des aigus. Lacuna Coil nous joue certains des titres phares du groupe, dont plusieurs issus de leurs derniers albums : de quoi échauffer le public comme il faut !

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Eluveitie

La foule est donc au rendez-vous quand paraît sur scène Eluveitie, tête d’affiche de cette soirée parisienne. Une fois de plus, c’est excellent : les morceaux sont très folks, ça fourmille de sonorités atypiques et celtes.

J’ai cependant déploré le manque de titres anciens au cours du set : j’ai eu l’impression d’une performance un peu répétitive, et j’aurais préféré que le groupe panache davantage entre ses morceaux. Par ailleurs, la chanteuse joue sans doute un peu trop de sa féminité sur scène, et semble être là pour séduire, ce qui dommage dans l’interprétation des titres. C’est dommage car sa performance vocale est impressionnante ; il y manque cependant à mon sens les accents celtes qu’Anna Murphy savait si bien y mettre : la voix de Fabienne Erni est un peu plus lourde, et certaines notes aiguës gâchait un peu le plaisir.

Eluveitie achève son concert sur Inis Mona, pour une très grosse ambiance.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

J’ai donc passé une très bonne soirée en compagnie de ces trois groupes, même si je reste nostalgique de l’ancien Eluveitie.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *