Flora Greys ou FV Syam : La naissance et la renaissance d’une auteure

Flora Greys ou FV Syam :

La naissance et la renaissance d’une auteure

Souvenez-vous, c’est en 2012 que Flora Greys naquit.
En effet lors de la publication du premier tome d’Aélis, la talentueuse Flora Greys se faisait connaître de la sphère des Lecteurs de fantastique en nous offrant un très bon roman fantastique à se mettre sous la dent. Bonne trame de fond, surprises au rendez-vous, personnages forts et  actions, bref un très bon livre dont on attendait déjà la suite avec impatience (cf la chronique d’Aélis, T1 Le Sacrifice).
Malheureusement, quelques mois plus tard, Sortilège Éditions rendait l’âme, laissant le deuxième tome d’Aélis en suspend et Flora Greys sans éditeur.

Flora Greys devient FV Syam

Aélis le sacrificeMais aujourd’hui nous avons de ses nouvelles !
Tel un phénix, FV Syam s’est relevée des cendres de Flora Greys. Décidant de changer de pseudonyme, l’auteure a persévéré et trouvé un nouvel éditeur. FV Syam a choisi eMaginarock pour se confier.

eMaginarock : Bonjour FV Syam, nous sommes ravis d’avoir de vos nouvelles dans la sphère du livre. Racontez-nous, nous sommes très curieux : que s’est-il passé entre le moment où Sortilèges Editions a mis la clé sous la porte et le moment où vous avez signé chez Boz Dodor ?

FV Syam : Bonjour, c’est moi qui suis ravie de vous donner de mes nouvelles !
Sortilèges Editions ont été les premiers à me faire confiance, et j’ai été très attristée que notre partenariat doive prendre fin. Ce sont des choses qui arrivent, surtout dans les circonstances actuelles, mais cela m’a mis un coup au moral. Pendant de longs mois, j’ai délaissé l’écriture.
Puis je suis tombée sur des appels à textes, et j’ai rédigé quelques nouvelles. L’une d’elles, « Les Défenseurs de Siddapur », est parue chez Voy’el Editions dans leur très belle anthologie asiatique « De la corne du kirin aux ailes du fenghuang » en 2015.
J’ai également participé au cadavre exquis « Les divagations du Boz’Dodor », paru également en 2015 (en numérique).
Réconciliée avec la plume, je me suis remise en quête d’un éditeur qui accepterait de reprendre Aélis – après tout, les lecteurs me demandaient quand viendrait la suite, je ne pouvais pas les décevoir ! C’est alors qu’a commencé le parcours du combattant : je me suis heurtée à plusieurs refus, juste parce que le texte n’était pas inédit. Les mois ont filé, puis j’ai eu trois réponses positives. J’ai choisi de signer chez Boz’Dodor, et l’aventure a (re)commencé !

eMaginarock : Pourquoi avoir décidé de changer de pseudonyme ? Et pourquoi « FV Syam » ?

FV Syam : Je ne suis plus tout à fait la même qu’en 2012, j’ai ressenti le besoin de tout reprendre à zéro. Changer de pseudonyme s’imposait comme une nécessité. Oublié le pseudonyme anglophone, je suis revenue à mes racines : F.V., qui sont mes initiales réelles, et Syam, le nom d’un endroit que j’affectionne (sans rapport avec le puissant royaume d’Asie!).

eMaginarock : Vous avez publié « Regénérations », un recueil de nouvelles, fin Décembre 2015 chez les Editions Boz Bodor, pouvez-vous nous en parler ?

FV Syam :  « Regénérations » est un recueil de quatre nouvelles fantastiques, dont l’intrigue est à chaque fois centrée sur le thème de la métamorphose. Inspirée de légendes antiques ou de la mythologie de pays variés, chaque nouvelle a pour mission de faire voyager le lecteur, à la découverte d’horizons fascinants et de créatures inconnues, ou au contraire connues, mais vues d’un œil nouveau. Je tiens à remercier les Editions Boz’Dodor pour leur confiance et la talentueuse Vael qui a illustré le livre avec brio !

RegénérationVoici la quatrième de couverture :
Qui peut affirmer avec une absolue certitude que l’Homme n’est destiné à occuper qu’un seul corps, une seule forme ? Qui peut clamer que notre âme est vouée à un rapide passage sur Terre, et condamnée à une longue chute vers le Néant, l’oubli ?

A travers ces quatre nouvelles, F.V SYAM vous expose un monde, le sien, le vôtre, qui depuis l’aube des temps a été le berceau de ces métamorphoses, quand l’homme et l’animal fusionnent pour ne plus faire qu’un. Des dunes brulantes d’Assyrie à la jungle luxuriante du Brésil, en passant par l’Islande et les contrées glacées d’Amérique du Nord, soyez, à votre tour, les témoins de ces renaissances. De ces regénérations.

eMaginarock : Avez-vous une nouvelle favorite ?

FV Syam : J’ai une petite préférence pour Rio By Night, une nouvelle dont l’action se passe dans la favela de la mégalopole brésilienne, mais j’ai pris un plaisir égal à me documenter pour les quatre nouvelles, et à décrire quatre univers très différents les uns des autres.

Aélis, la suite…

aélis le sacrificeeMaginarock : Actuellement le premier tome d’Aélis, Le Sacrifice, est « en mise en page ». Il va donc être réédité, puis Boz Dodor éditera également le deuxième tome.

FV Syam :  Et il y aura très probablement une suite à ces deux tomes ! En effet, Boz’Dodor ont été très enthousiasmés par ces deux tomes, qui seront bientôt disponibles en numérique et papier.

eMaginarock : Quatre ans se sont écoulés depuis la publication du premier tome d’Aélis, ne craignez-vous pas que vos lecteurs vous ait oublié ?

FV Syam : Je fais confiance à mon public, à tous ceux qu’Aélis avait su séduire lors de sa première éditions. J’ai reçu de nombreux mails me demandant des nouvelles de cette saga, et enfin, j’ai pu en donner ! Je compte également reprendre une « tournée » de dédicaces dans ma région (Nord-Pas-de-Calais), pour revoir les fans des premiers temps, et conquérir un nouveau lectorat !

eMaginarock : Pouvez-vous nous en dire plus sur le second tome d’Aélis ?

FV Syam : Bien sûr ! Le second tome sera plus dynamique, plus sombre. Sans en dire trop (pour ceux qui n’auraient pas lu « Le Sacrifice »), je peux affirmer que les intrigues vont se resserrer, les voyages reprendront mais avec une arrivée incertaine. Le danger ne sera plus seulement le fanatisme des adeptes de la Déesse Ezrola, mais un objet magique à la puissance dévastatrice. Tous ceux qui avaient apprécié les passages du journal de Cyrus pourront retrouver de nouvelles réflexions, qui les aideront à mieux comprendre ce personnage complexe et tourmenté.

eMaginarock : Quand est née l’histoire d’Aélis dans votre esprit ?

FV Syam : Pas très longtemps avant sa première parution, en fait. Je dirais… fin 2011, début 2012, quand j’étais encore à la fac et que j’avais le temps d’écrire (rires) ! Si mes souvenirs sont exacts, c’était lors d’un voyage à la montagne, où j’avais puisé mon inspiration dans la nature, la solitude et le silence – les trois choses qui me sont indispensables pour écrire.

eMaginarock : Comment vivez-vous l’écriture ? L’histoire est-elle déjà achevée dans votre tête ou bien prend-elle vie toute seule au fil de l’écriture ?

FV Syam : Comme un nouveau souffle, une évasion. J’oublie tout : le temps, le quotidien, je m’oublie moi-même. Je prends place dans l’histoire, je suis spectatrice des actions des personnages qui au fil des pages finissent par ne plus m’appartenir. Comme s’ils se mettaient à exister eux-mêmes et devenaient indépendants, vivants. Et moi, je ne fais qu’entrer dans leur monde et tenter de le restituer grâce aux mots.

Je ne fais jamais de brouillons. Quelques notes de ci de là, mais jamais de « plan » prédéfini. Je préfère laisser la place à l’imprévu, quitte à prendre des chemins différents de ma première idée. Les chapitres s’enchaînent d’eux-mêmes, je ne me relis qu’une fois que j’ai mis le point final. Et je dois vous confier que j’oublie parfois que j’ai écrit telle chose. Je peux me relire six mois après et me demander si c’est bien moi qui ai écrit tel passage… Est-ce ma mémoire qui déraille (rires) ?Je me surprends continuellement !

Un nouveau livre en cours élaboration, FV Syam ne chôme pas.

eMaginarock : Vous allez également publier un one shot, pouvez-vous nous en dire plus à ce sujet ?

FV Syam : Cette fois, ce sont les Editions Underground qui m’ont proposé un contrat pour un texte bien différent d’ « Aélis ». Le manuscrit est actuellement en corrections, la sortie est prévue très prochainement.

Il s’agit d’un roman fantastique en un seul tome qui s’intitule « Missi Dominici – Les Envoyés du Maître ».
Mêlant magie, ésotérisme et folklore celtique, ce roman raconte les aventures de trois personnages complémentaires : Sand, Hayden et Alaric qui se retrouveront entraînés dans une dangereuse chasse au trésor.

Voici la quatrième de couverture :

99,9% des hommes qui vivent sur cette Terre ignorent qu’au-delà des contours rassurants du monde qui les entoure, d’autres voies se déroulent, jusqu’à l’infini. Derrière cette réalité se cache quelque chose de plus vaste, de plus sombre, de plus dangereux.

Voici les mots d’un sorcier à un autre sorcier. Voici le point de départ d’une quête qui conduira Sand, Hayden et Alaric aux quatre coins du globe, à la recherche d’un objet capable de bouleverser l’Humanité tout entière : le légendaire Thyrse de Merlin. Car ils sont des Enfants d’Emrys, des êtres dotés de pouvoirs surnaturels et ensemble, ils peuvent tout changer.
Mais ils sont seuls, face à une organisation secrète qui a juré l’éradication de ceux de leur espèce. Leurs vies basculent lorsque le Maester, chef suprême du Conclave, lance à leurs trousses ses dangereux Missi Dominici.
D’alliances en errances, à jamais hantés par l’espérance, Sand, Hayden et Alaric devront affronter bien des épreuves pour avoir une chance d’envisager l’avenir.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *